Top articles

  • Merlin l’enchanteur

    13 mai 2015 ( #Musique )

    Otto Böhler (1847–1913), silhouettes de Gustav Mahler dirigeant l'orchestre, extraits Bien qu’il eût l’air austère, il était magnifique, Comme un grave Merlin pâle et droit comme un « i », De sa souple baguette, il créait la musique, Eblouissant sorcier...

  • Défroques de nos cris

    14 mai 2015 ( #Résilience )

    ... Chaque langue redit ce manque sous nos peaux, défroques de nos cris, comme des oripeaux ... On ne guérit jamais de ses chagrins d’enfant. Ainsi l’heure première, au chevet de nos vies, Marque-t-elle à jamais, aux sentes poursuivies, La trace surannée...

  • Les héros s’amarrent, Céline

    22 mai 2015 ( #Calembours )

    Homophonie approximative... Javelles, eussent catin, te râpent or tes nécroses, Méchant navet t’en prie d’un messin hure cause, Qu’Hélène troussée, raie, non plus le conte hennir. Laines ont tes clartés. L’Hérault songe en volées Dans l’évent, à l’amer,...

  • Vol d’heure du mal

    25 mai 2015 ( #Paraphrase )

    ... Pas de trou rouge au côté droit ! ... Cela suffit, muse, repos ! Tu me branle trop le cerveau : J’en ai assez de tes caveaux Requiescat ah, non troppo ! Des bouquets, des roses, des fleurs, De l’élégie, de la douceur, Je veux des tâches de rousseur...

  • Spectre

    20 novembre 2015 ( #Névrose )

    Image extraite du film "Le Festin de Babette" de Gabriel Axel (1918-2014) Je ne suis pas heureux au milieu de la fête, Dans le cercle brillant des amis qui plaisantent Je m’écarte et me gêne et garde le silence, Encombré de moi-même, à ignorer pourquoi....

  • Vers l’aine

    30 décembre 2015 ( #Calembours )

    Paul Verlaine, (1844-1896) Voici débris de pleurs, des deuils et des planches Et pivoine si moqueur, qui naît bas que pourvu, Vêle des sires épars avec veaux, demain tranche. Et cave au placebo l’amble pré sans choix d’où. Jarry m’est tout. Couve errant...

  • Pour vous maudire

    19 avril 2016 ( #Citoyen )

    Image extraite du film de Patrice Lecomte « Ridicule », 1996 1. Ce qu’il en est de mon silence, Lorsque tout bruit aux alentours, Aux bavardages creux des jours Je le garde pour votre absence. Je n’ai besoin de vos tricornes, De vos subtiles convenances,...

  • Fautes d’orthographe

    23 mai 2015 ( #Autobiographie )

    ... Ma copie revenait, de rouge empanachée, ornée d’un chiffre rond, preuve de nullité ... Lorsque j’étais enfant j’avais une hantise… Collégien d’imposture, harcelé par le doute, Ainsi qu’un miséreux dans la classe tiédasse, Le jour de la dictée, toujours,...

  • Chanson de balivernes

    11 janvier 2017 ( #Musique )

    Raoul Dufy, (1877-1953) Clowns musiciens, détail Gens de biens ou bien gens de peu Ils s'accrochent aux croches Et s'opposent aux pauses, Réprouvent l'anacrouse − À moins qu'ils ne l'éprouvent, Aux soins de l'agogique Livrant toute logique. Ce sont les...

  • Motum perpetuum

    06 janvier 2016 ( #Musique )

    Maurits Cornelis Escher (1898-1972), Douze oiseaux, 1948, détail 1. Quelque chose de lent, en moi, malgré la presse. Je résiste, patient, à cet emballement, Motum perpetuum et accelerando, Elan non maîtrisé qui ne va nulle part. Je recule toujours l’instant...

  • Le pèlerin de l’infini

    27 mars 2014 ( #Musique )

    Jean Cocteau (1889-1963), photo extraite du film « Orphée » La musique est le lieu du spirituel séjour, L’antichambre du ciel où je veux me dissoudre Et cette brume d’onde, élaborant mon doute, Où se perd mon dessein sous d’innombrables voûtes. Là, dans...

  • Furtive embellie

    03 février 2016 ( #Amitié )

    Étienne de La Boétie, écrivain humaniste et poète français, (1530-1563) Même sans le vouloir, nous sommes le partage, À cœur ouvert, ou bien à son corps défendant, Il nous faut accueillir l’autre en un ciel mouvant, On ne peut exister, reflet dans un...

  • Pauvre de moi, oh, ma vie

    11 avril 2016 ( #Paraphrase )

    Walt Whitman (1819-1892) Paraphrase d'après « Oh me! Oh life! » de Walt Whitman Oh me ! Oh life ! of the questions of these recurring, Pauvre de moi, oh, ma vie, que de questions sans cesse ressassées, Of the endless trains of the faithless, of cities...

  • Étrille au triolet

    21 octobre 2015 ( #Musique )

    ... D’un trio de tercet, d’un peu de brio l’ai accommodé, miroir, en mon rimoir paré ... Le musicien, parfois, dans le rythme carré Impose un pas de trois qu’on nomme triolet. J’ai voulu par défi, un jour l’approprier Aux formes dont la muse ici vient...

  • Bright star

    07 mai 2015 ( #Paraphrase )

    John Keats (1795-1821) sur son lit de mort, par son ami Joseph Severn (1793-1879) Bright star, would I were steadfast as thou art Si je pouvais être immobile, Resplendissant, ainsi la pure et claire étoile Not in lone splendour hung aloft the night Suspendue...

  • Théâtre d’ombre

    02 novembre 2014 ( #Autobiographie )

    Philippe Caubère, interprète "La danse du diable" Je n’aurais pas vécu, j’aurais rêvé ma vie, Projetant, sur l’écran de mes paupières closes, Au rebours de mes jours qui s’épanchent dans l’ombre, La fiction délavée de mes désirs sans nombre. Là, dans...

  • L’échappée belle

    01 mars 2014 ( #Musique )

    Le marchand de musique, aux pages des recueils,Au crayon de papier inscrit le prix des notes.Et puis il fait sa note additionnant MozartAvec la chansonnette, en couplets à deux balles Qui emplissent l’échoppe. Lors le piano, sur cales,Tire comme un navire...

  • Madiba

    28 mars 2014 ( #Citoyen )

    Il faut se retenir d’admirer les grands hommes,Les plus sages d’entre eux ne le demandent pas ;Devant l’assentiment béat du populaireL’arrogance est native au pas du condottiere. Laissons donc ce spécieux pourrir en sa ratière,Assez de vaines gloires...

  • Tendres plaintes

    30 juin 2015 ( #Musique )

    ... J’y suis le passager de ces rêves étranges que font les musiciens en regardant les sphères ... La musique est un lieu qui console de vivre,Espace, sur la terre, où les corps vont, meurtris ;À la lèvre un frisson, pareil à une plainte,Pour l’être en...

  • Thème, variations et fugue

    26 mars 2016 ( #Paraphrase )

    Fernand Léger (1881-1955), Portrait de Rimbaud, 1949 sur un poème de Rimbaud 1. On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans. Un beau soir, loin des bocks et de la limonade, Poète adolescent aux cahiers d’écoliers On se prend pour Rimbaud où l’idée qu’on...

  • Diesels

    12 janvier 2016 ( #Art poétique )

    ... Adieu bel air léger empesté de diesels, adieu ma rêverie : les moteurs sont des fous ... J’étais assis, peinard, à lutiner la muse, Sur le quai de la gare espérant un wagon ; Griffonnant une page, œil vague et l’esprit libre, Et le cœur à l’encan...

  • Tardieu

    15 janvier 2016 ( #Art poétique )

    Jean Tardieu, (1903-1995) J’ai été le contemporain de Jean Tardieu, Pendant près de quarante ans Et je n’en savais rien ! Pourquoi ne l’aies-je pas lu lorsque j’avais quinze ans, Ou vingt, ou trente ? J’aurais pu me précipiter vers lui, Lui crier mon...

  • En nos hâves rebours

    29 janvier 2016 ( #Névrose )

    Masque carthaginois, musée national du Bardo, Tunis Puisqu’il faut que la forme, enfin, cache le fond, Puisque la métaphore, en double périphrase, Avive dans l’abscond ma secrète espérance, Allons, mon verbe, allons, déguisons nos misères. Pour d’autres...

  • Doublons

    12 février 2016 ( #Art poétique )

    ... Doux, blêmes vers aux lots des rimes doublez, mes verseaux holorimes ... Au carnet de mélancolie, Au quart, naissent élans qu’on lit Mes maux sombrent en hérésie Mes mots sombres sont poésie. Doux, blêmes vers aux lots des rimes Doublez, mes verseaux...

  • Monsieur Hyde

    09 avril 2016 ( #Névrose )

    Fredric March (1897-1975), Dr Jekyll, en 1931 dans le film de Rouben Mamoulian (1897-1987) Je me hais dit l’auteur, et je sais bien pourquoi ; Je connais la pulsion qui enivre ma nuit, Du bon docteur Jekill, attisant la folie. Et quand l’obscurité le...

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>