Top articles

  • Grisette

    11 octobre 2016 ( #Amour )

    Joseph Désiré Court (1797-1865) Rigolette cherchant à se distraire (1844), détail L'est toute chamboulvirée, ma p'tite âme, Toute débigoisée par une chansonnette ; Une romance à deux sous, Un mélo pas possible qui glisse sous Ses yeux trois larmes d'émotion......

  • Panthères et patères

    14 novembre 2015 ( #Enfance )

    ... Et le soir dans leur lit, au moment de l’histoire, c’est une jungle, aussi, le lion et la panthère ... Y a des monstres, des fois, qui font même pas peur, Dinosaures pour rire et sauriens d’opérette, Racontars en costard de serpent sans sornette,...

  • Inatteignable truffe

    01 septembre 2016 ( #Sensation )

    ... Tout le bonheur d’aimer en la simple bouchée ... Une truffe par jour, pour seule gourmandise, Non point du mycélium mais de l’humble cabosse ; Peu à peu transformée par un homme de l’art, En la source d’or brun d’où le plaisir s’exhale. Incises, nos...

  • Mauvais sang

    03 octobre 2016 ( #Calembours )

    Rembrandt van Rijn (1606-1669) Leçon d’anatomie du docteur Tulp L'art se terre en la fée morale Même en l’artère fémorale, Et ma veine se cave Même en la veine cave. Si l’ave n’est accorte, Non, sur la veine aorte, Nul ne conjugue en l’aire Sur cette...

  • Dodécalogues

    03 avril 2016 ( #Art poétique )

    ... Je cherche mon reflet dans ce miroir sans tain ... Il est une heure au moins qui me tient en éveil, Celle dont j’use au soir, arrachée au sommeil, Ou dans le clair matin, dérobée à l’aurore, Penché sur l’écritoire où mon âme pérore. Et seul face à...

  • Inaccessible hiatus

    02 août 2015 ( #Portrait )

    Lucian Freud (1922-2011), portrait de Francis Bacon, 1952, détail Jeune homme il est déjà du côté de l’absence, Qui fuit, de long en large au quai, sous les grisailles, Il arpente le vide, attendre est son destin, Patienter, remettre et puis ronger son...

  • Wir ruffen zu dir

    15 août 2016 ( #Autobiographie )

    ... Pater noster et Requiem Ne sont pour moi : « Et libera ! » ... Cela chantait à voix rugueuses « Maria wir ruffen zu dir » L’humble chapelle en résonnait, Les vitraux, je crois bien, tremblaient… Je ne sais quelles fois comblaient Ces cœurs où ce vain...

  • Le tailleur

    14 décembre 2016 ( #Autobiographie )

    Albert Anker (1831-1910), Le tailleur, détail Peut-être un rien pervers, ou faussement discret, Sans doute pour jouer de mon vert désarroi, Le tailleur avait dit, comme on souffle un secret : « Jeune homme, portez-vous à gauche, ou bien à droite ? » Treize...

  • Nihil

    02 juillet 2016 ( #Spiritualité )

    Portrait funéraire du Fayoum, « Eutyches, fils d’Herakleides » premier au quatrième siècle après JC Il n’est d’autre recours que la réminiscence Au germe de pensée où songe la conscience ; Ainsi les fleurs de sel qu’exsude, chamarrées, Le marais ennobli...

  • Cœurs taiseux

    19 janvier 2018 ( #Musique )

    Georges de La Tour (1593-1652) Fumeur au tison Toutes les musiquesSont contenues dans le silence,De par la mémoire des hommes. C’est pour cela qu’il nous faut bruirePour en réveiller les échos. Horreur si un être se tait ! L’humble bestiole qui bourdonne,La...

  • Le gué

    07 janvier 2016 ( #Accrostiche )

    Lumière hivernale, détail, aquarelle d'Albert Hartweg L e jour paraît, enfin, sur l’heure désolée E t je libère en moi le verbe dans son fruit O ubliant, du passé, le mal qui m’a construit. É levant au poème ce vain mausolée, S éjour où ma tristesse est...

  • Makamouré

    18 janvier 2017 ( #Calembours )

    ... Tes sons, met la dalle au six quarts, / Dès qu’on l’a faite aux lazzis roux ... 1. Isouléa là séoulée : Hasé, hasé mi confélé ! Rou zy laho féla condé Karsi, codala mésonté. Iponéma l’arzo monté, Calassalo quin fécondé, Miroumo, la, lasifélé Fala,...

  • Effarement

    25 septembre 2017 ( #Autobiographie )

    ... Je ne comblais personne et le savais déjà, / Lorsque j’étais petit ... J’ai commencé ma vie par un chagrin d’amour.Je n’étais pas celui qu’il aurait fallu êtreEt l’on m’a regardé croître sans joie. AinsiJe contemplais le monde avec effarement. Je...

  • Arrobase

    26 août 2015 ( #Autobiographie )

    ... Sur la case prévue je clique, elle se coche, en l’océan virtuel ne suis échec et mat ... Lionel, puis Droitecour, arrobase ‒ on dit « at » J’ai mal point com. C’est la maille où je me raccroche Dans l’ample solitude en mon désert humain. J’aurai peut-être...

  • Au fournil du devoir

    27 décembre 2017 ( #Le temps )

    ... Le temps, cet assassin, parfois primesautier, / Tire sa révérence au compte du boulier ... Calme, assis sur un banc, en espérant le train,Tranquille, les yeux clos, l’âme insoucieuse, en paixAvec moi-même, avec le monde ; en ce parvisOù, d’un mois...

  • Distraite sentinelle

    16 janvier 2018 ( #Art poétique )

    ... Et je trace hors de moi, distraite sentinelle, / Le secret apparat de ma rive mortelle... Une clé pour ouvrir la barrière du songe,La fatigue ne peut, tandis que je m’allonge,Suffire à me conduire en la pente du rêve,Un poème souvent m’y surprend...

  • Tout chargé de sa chaine

    13 septembre 2016 ( #Souvenirs )

    ... Je me vois cheminant ainsi vers ma géhenne ... Un petit oiseau pâle est là, sur le trottoir, Il trottine sans heurt, sans hâte et sans plaisir ; Un gros sac sur le dos il s’en va vers l’école Et tout son corps traduit la peine qu’il y trouve. J’étais...

  • Vermine

    13 mai 2014 ( #La camarde )

    Ce masque de carnaval morbide n'est qu'un asticot, vu de très, très près... Un asticot jaloux de mon rire mortel S’en vint se balader entre lèvre et gencives Y cherchant le secret qui me faisait chanter. Hélas, j’étais crevé et pour toujours je crois...

  • La fête

    25 décembre 2017 ( #Sensation )

    ... Un peu comme des flammes / Au feu de l’amitié ... La joie nous a unisEn ses douces clartés,Jusqu’au cœur de la nuitOù nous avons chanté. Nous avons bu le vinEt partagé le pain,Le rire et cette faimDe croire au chœur humain. Et là, dans les clameurs,Au...

  • Chiffe

    23 septembre 2017 ( #Spiritualité )

    " ... Tel chiffe dérisoire Dans le néant notoire ... " Dès qu’on parle on s’invente. Et ces mots que l’on tente Pour habiller nos jours Du même vain discours ; Mensonge, vil satrape, Illusion qui s’épate À force de miroir Où il n’est rien à voir ; Ressassé,...

  • L’Ankou

    19 mars 2016 ( #La camarde )

    ... La Parque aveugle, la têtue, la faucheuse, veuve, l’Ankou ... Puis l’on comprend qu’on va mourir. Un jour, au détour d’une rime, On mesure l’absurdité De ce destin, corps fourvoyé. Et l’on voudrait la soudoyer, La camarde en sa surdité, Ou la distraire...

  • Les dix lexiques

    11 janvier 2018 ( #Autobiographie )

    ... « Tu as les dix lexiques », lui a dit son papa ... « Li y a un problème avec cet enfant là ! »Dit le maître perplexe en fronçant le sourcil ;Li souligne, vermeil, la faute récurrente Et le montre du doigt à la classe, méchante,Qui moque le gamin,...

  • Consolation

    03 avril 2014 ( #Amour )

    Vincent Van Gogh (1853-1890), Le vieillard triste, 1890 Voici que ton regard a pesé sur le mien, Et que, sans dire un mot, l'ombre de la tristesse De ton âme blessée a passé en mon sein. Viens, nous partagerons le sel de la détresse ! Va, je saurai trouver...

  • Hiver sans nom

    28 août 2016 ( #La camarde )

    ... Nos corps vers la souffrance apprêtent leurs convois, / Nous sommes à jamais parades de l’effroi... Non, je n’espère plus rien dans l’éther sans dieux, La vaine camisole où sont esprits verbeux, Accablés de la crainte où mourir les domine, Se dupant...

  • Havre

    02 février 2016 ( #Résilience )

    Vincent van Gogh, (1853-1890) main avec une tasse, esquisse L’enfant rouge et blessé, alangui de sa peine, Qui jette sur les murs et sur les portes closes Son âme sans étai, qui cherche à tout saisir, Et ne sent que néant sur ses lèvres avides ; Qui sait,...