Top articles

  • Où la paresse sombre

    17 juin 2016 ( #Sensation )

    ... Cherchant le recoin le plus sombre / Où, certes, fraîcheur s’exila ... À pas comptés sous le cagnât À midi sont hommes sans ombre, La canicule les dénombre, Où le soleil les aligna. Un peu comme l’alinéa, Comme la pierre ou le décombre, Cherchant...

  • Douves

    12 mars 2016 ( #Nostalgie )

    ... L’homme les laisse, hélas, humbles défigurées, dépérir aux ronciers de la chose vulgaire ... Aux douves d’ignorance sont des fleurs fanées, Sèches et racornies, aux feuilles surannées, Vestiges sur leurs tiges compassées ; enfin Mortes évaporées aux...

  • P’tite analyse

    16 mars 2016 ( #Calembours )

    ... Aux lits des petits font dodo Sigmund Freud et sa libido ... Dedans Vienne à la belle époque En étudiant les hystériques, Sigmund, cynique et fort en Thèbes Devint devin à son divan. Œdipe était un drôle de type De Laïus il cassa la pipe Et sa Jocaste...

  • L’Ankou

    19 mars 2016 ( #La camarde )

    ... La Parque aveugle, la têtue, la faucheuse, veuve, l’Ankou ... Puis l’on comprend qu’on va mourir. Un jour, au détour d’une rime, On mesure l’absurdité De ce destin, corps fourvoyé. Et l’on voudrait la soudoyer, La camarde en sa surdité, Ou la distraire...

  • Au seuil de vos paraîtres

    25 février 2015 ( #Souvenirs )

    ... L’artisan d’autrefois, dans ce calme apparent, avait dépeint la vie sur l’antique masure … Fendu, ventru, pansu, sans grâce, portant beau, Ce pot de terre cuite, humble dans la cuisine, Jadis, où mère-grand dressait des fleurs séchées. Silhouette...

  • Dans le prêt à penser

    06 avril 2016 ( #Résilience )

    ... Quérir en la rumeur la force de nommer, c’est notre liberté au flux de la parole ... Plus que de gènes, sommes faits de circonstances, Matière façonnée par nos interactions, Unique est l’alchimie que forme nos passions, Nous sommes de ce chœur, assemblage...

  • Sodade

    07 avril 2016 ( #Musique )

    Incomparable « diva au pied nus », Cesaria Evora (1941-2011) Ç a fait bouger dedans, là, ça remue le cœur Ça monte et houle et ça reflue, ça fait rêver Ça chante, la musique et ça déhanche et danse Et l’âme elle en sourit dedans, même en pleurant. Longtemps,...

  • Cabbale

    23 mai 2016 ( #Le temps )

    Angelika Kauffmann (1741-1807) Portrait d'une dame en vestale1780 On accouche de soi, un peu, chaque matin Mais le soir nous défait ; quand s’ordonne la nuit On cache la déroute où chaque jour l’on fuit Cet étranger qui passe en un ciel sans destin. Intervalle,...

  • Filles d’azur

    13 avril 2016 ( #Sensation )

    ... Avant l’averse, qui les berce, les verse, et puis qui les disperse ... Novembre s’est couvert de rouille, Les jambes des enfants s’y brouillent, Y fouillent, fouillent et farfouillent Parmi les feuilles qu’on gribouille. Filles d’azur, là, profanées,...

  • Impossible étendard

    04 janvier 2016 ( #Fongus )

    je traîne ma parole ... vers la mort inconnue, impossible étendard dressé, telle une idole ... Si je ferme les yeux je trouve ma douleur, Elle est chienne fidèle et désormais me hante, Compagne d’infortune à la croisée du cœur Et du corps éprouvé d’une...

  • Dépression

    24 mai 2016 ( #Névrose )

    ... Entend ce chant subtil masqué par les moteurs ... Sous la veule frairie des machines à sous ... (Après une lecture de Valéry) Je sais le seuil étroit fermé sur ma détresse, La trappe dérisoire où veille ma démence Et les néants obscurs gisant auprès...

  • À double écho

    08 janvier 2016 ( #Calembours )

    ... Mirliton, simple fifrelin, nul rimailleur n’est orphelin ... Mon enfance, un jour, jeta l’ancre, L’adolescent acheta l’encre, Depuis lors je dine à toute heure Aux champs de mon ordinateur. La muse en moi n’est pas sérieuse, Elle n’est pas coincée,...

  • Licence prude

    10 janvier 2016 ( #Amour )

    Jan Van der Meer, dit Vermeer de Delft (1632-1675), Portrait d'une jeune femme, détail Lise la belle et l’Isabelle, Deux demoiselles sous l’ombrelle ; Un éclat vif en leur prunelle Clair, illumine la venelle. Le printemps leur chante à l’oreille, Leur...

  • Passades

    14 janvier 2016 ( #Sensation )

    Vincent van Gogh, (1853-1890), Bateaux de pêche près des Saintes-Marie-de-la-Mer, détail Tout est moment, ruades, bruit, Rien ne demeure et tout nous fuit, Le ciel emporte nos douleurs Qui se dissipent en lueurs. Oh les parures de l’aurore, Où, calme,...

  • Pilastres

    02 juin 2016 ( #Enfance )

    ... Car vingt petits, déjà, sont une foule immense, / Il n’est plus nul recoin, céans, pour le silence ... Ça piaille, là-bas, la classe prend le train, Une marée d’enfants déboule avec entrain, Bousculant, des passants, les molles habitudes Et la gare...

  • Amer caissier

    19 janvier 2016 ( #Fongus )

    Danse macabre à Hrastovlje, en Istrie ( XIIe siècle) : la mort et l’usurier, détail Le ciel rosit, là bas, aux lisières de l’ombre, La ligne dentelée des grands arbres austères S’affirme, lentement, dans un vaste silence Et, dans l’indéfini, quelque chose...

  • Indigo

    03 juin 2016 ( #Sensation )

    En l’indigo de mes hors-champs, / Mon âme se tient au mitan / Du sombre nuancier du temps ... Rouge est ma peine au soir cuisant, Noire ma haine, pertuisant, Blanche ma nuit, morte à l’encan Où vieille rage à son boucan. Moires sont vertes, rouge sang...

  • Telle déconvenue

    25 janvier 2016 ( #Marine )

    ... Or, voici sur l’estran une épave de plus, Réchappée des lointains du profond de l'abîme, ... J’ai fait ce sonnet double au moment du réveil, Tout à l’heure, tantôt, l’âme encore ajourée ; Quelle étrange vision, issue de mon sommeil, Et quel triste...

  • Ce qui me dénombre

    31 janvier 2016 ( #Résilience )

    Vincent Van Gogh (1853-1890), Autoportrait au chapeau, hiver 1887 (détail) 1. Tu m’as appelé à la vie, Jadis, en prononçant mon nom, L’amour ainsi ouvre une porte, Une raison ivre en l’espace. Où vais-je et pourquoi cette trace, Sinon ce que ton regard...

  • Havre

    02 février 2016 ( #Résilience )

    Vincent van Gogh, (1853-1890) main avec une tasse, esquisse L’enfant rouge et blessé, alangui de sa peine, Qui jette sur les murs et sur les portes closes Son âme sans étai, qui cherche à tout saisir, Et ne sent que néant sur ses lèvres avides ; Qui sait,...

  • Néo-fascisme libéral

    08 février 2016 ( #Citoyen )

    ... Et le clan des vainqueurs du haut d’un mirador contemple avec dégoût ... le troupeau relégué ... Perpétré à grands bruit le crime est une audace Et la cupidité, vertu, qui accapare, Livrant le bien commun, toujours, au petit nombre, Elu par le hasard...

  • Insane dictateur

    18 février 2016 ( #Le temps )

    Charles Spencer Chaplin (1889-1977), Le Dictateur L’avenir est un peuple, il est souvent floué, Il n’est de république aux arcanes du temps, Mais un tyran cyclique aux arrêts sans appel, Qui sans cesse avilit et leste nos avoirs. Ne reste que le champ...

  • Chant secret

    08 juin 2016 ( #Résilience )

    ... Mon petit cœur souvent se fronce Au lieu où mon âme s’engonce ... On ne m’a jamais regardé, On m’a souri, mais pas aimé, Soigné, nourri, lavé bougé, Je suis un enfant déplacé. Je ne sais pas pour qui je vis, Je ne sais pas ce que je suis, Sur du vide...

  • En la nuit qui s’avance

    24 février 2016 ( #Fongus )

    Gustav Klimt, (1862-1918), La mort et la vie 1908, détail Dans l’étrange huis-clos de mon âme en carence Déroge la cadence où puise ma souffrance. Ainsi j’ai mon errance en toute déshérence, Sans fin sera la faim où est ma désinence. Je n’ai été, je pense,...

  • Territoire étranger

    25 février 2016 ( #La camarde )

    ... et, sous la feuille blanche il est un seuil livide ... Il est en mes remords, ainsi qu’une amulette, Un talisman de verbe où ma rime s’emploie, Totem inaccompli de ma propre chimère En l’abside ajourée que mon rite déploie C’est la trame ignorée où...