Top articles

  • La danse Macabrée

    04 mai 2015 ( #La camarde )

    Danse macabre en l'église St. Marie des Rochers, près de Beram en Istrie, Croatie Au dernier bal il faut aller L'âme transie et délabrée, C'est la chanson des osselets, Vive la danse Macabrée ! Tel qu'un jambon à l'étalage, Suant et gras, rose et dodu...

  • Matériau

    05 mai 2015 ( #Névrose )

    Francis Bacon (1909-1992), « Trois études pour un portrait d’Isabel Rawsthorne », 1965 Cette haine profonde et ce désir malsain Qui suinte de mon corps comme sueur mauvaise, Cette détestation que j’ai de ma personne, De ses tristes atours et de ses oripeaux...

  • Rhétorique

    17 avril 2015 ( #Calembours )

    Devinette : qu'est ce qui est rouge, blanc, bon au naturel autant qu'à l'huile ? Réponse : letton sur thon. Figurez-vous que j’ai, en main propre, lavé Ma figure à l’épure, mais au sens figuré. Cette figure de style, hostile, figurait Au péristyle, ainsi,...

  • Aux ressources du voir

    08 mai 2015 ( #Spiritualité )

    Maurits Cornelis Escher (1898-1972), Oeil VII Je suis dans chaque chose vue, Vague rumeur au doux printemps, En l’orée, la sente imprévue, La seconde au pas de l’instant. Je suis l’arche multicolore Dans l’onde où la nuée s’éprend, Le songe que nul ne...

  • Prison de l’âge

    11 mai 2015 ( #Amour )

    Quentin Metsys (1466-1530), L'amour inégal ou le couple mal assorti 1. Si je suis sage devenu, Rassis de port et de parole, Gras, lourd et lent, ventripotent, N’en suis pas moins fol en dedans. Oh, certes, j’ai perdu mes dents, Et la mémoire par instant,...

  • Cartomancies

    12 mai 2015 ( #Portrait )

    Georges de La Tour (1593-1652), La diseuse de bonne aventure La voyante aux yeux mort qui prédit l’avenir, Ne sait, comme la Parque où le jour va finir ; Elle claque du bec, comme l’autre un ciseau, Coupe cartes et plis, pique, cœur et carreau. Moi je...

  • Assemblés en sonnailles

    15 mai 2015 ( #Art poétique )

    ... Et voici le néant de mes feuilles frivoles, offertes sans apprêt au chant de mes envois ... Je caresse des doigts les clés d’une machine Au clavier poussiéreux dont les lettres s’effacent : Ne s’émeuvent ces touches souples sous ma voix Que le verbe...

  • En l’infini du sens

    18 mai 2015 ( #Art poétique )

    Honoré Daumier (1808-1879), Le petit clerc, dit le « saute ruisseau » J’ai parlé sans détour au lieu de l’émotion, Le verbe m’est venu, les mots, comme de l’eau, De ma main ont coulé sur le clavier ductile Et l’écran s’est paré de ma verve futile. C’est...

  • Verhaeren

    19 mai 2015 ( #Portrait )

    Émile Adolphe Gustave Verhaeren, (1855-1916) Elle lisait un vieux bouquin aux pages jaunes, Volume épais, ventru, à l’écriture drue, Serrée, en bataillons de mots, noir contingent ; Grave, sous l’arc tendu de ses sourcils froncés. Je me tordais le cou...

  • En l’absurde liesse

    20 mai 2015 ( #Fongus )

    Pieter Brueghel l'Ancien (vers 1525-1569) La chute des anges rebelles, détail L’année qui se termine a vu sonner mon glas. Cancer, ombre portée au beffroi d’infortune, Impavide en mon sein, dans l’heure solennelle, Qui pénètre mon âme et grignote ma vie....

  • Mille solitudes

    21 mai 2015 ( #Sensation )

    Les oiseaux de Maurits Cornelis Escher (1898-1972), détail Je ne sais, pour l’instant, ce que vaudra le jour. Je lève, en maugréant, ma carcasse grégaire Et la porte au grimoire, avant toute autre chose, Où je trace ces mots dans la nuit qui s’achève....

  • La gnôle de Marlanges

    24 mai 2015 ( #Souvenirs )

    James Ensor (1860-1949), Les ivrognes, détail « Cambriolée, tu dis ? Ah, c’est à n’y pas croire ! Cette saloperie, faudrait être marteau ! Je n’ai pas oublié quand on m’en a fait boire : J’ai failli en crever, raide, sous le tonneau ! Tu me dirais, vois-tu...

  • Plantain

    26 mai 2015 ( #Citoyen )

    ... Amie du roc ardent, de l’ombre et de broussailles, on me dit camarade à toutes les racailles ... Je suis de ce plantain que l’on sait mal décrire, Follicule herbacée qu’on dit de mauvaise herbe, En vos jardins précieux apportant la déroute Et qui...

  • Comtesse

    29 mai 2015 ( #Portrait )

    Francisco Goya, (1748-1828), Les vieilles, détail (Que tal ? peut se traduire ainsi : comment va ?) La comtesse a ses résurgences : Ecrits pour l’écho des annonces. Entre la pub et les promos, S'emboitent ses vers en cadences. Ce sont clichés à contre-jour,...

  • Couperets d’ombres

    31 mai 2015 ( #Spiritualité )

    ... Au jardin qui s’étonne en de sombres clartés, solitaire, mon pas claque en la pierre roide ... Sous l’œil rond de la lune, en la nuit froide et pâle, Novembre va blanchir les taillis de l’allée ; Dense dans l’air gelé, la marche de granit Coupe une...

  • Nœud gordien

    01 juin 2015 ( #Névrose )

    Hélas, le nœud gordien ne saurait se défaire ! Il y faut, de l’épée, l’impatience et le fer ... Voici de ma musique l’onde symétrique Où je forge, rêveur, d’une pâle métrique, Le verbe qui m’étreint en ce linéament, Et m’ancre sur la terre, à l’encre,...

  • Citadelle de braise

    02 juin 2015 ( #Enfance )

    Gaston Charles Marquet (1848-?), Portrait d'une petite boudeuse L’enfance en nous demeure : un feu n’est pas éteint Lorsque la flamme vive a terminé sa danse. Sous la cendre attiédie une braise rougeoie Qui, d’un embrasement, cultive l’espérance. Alors,...

  • L’encrier

    05 juin 2015 ( #Autobiographie )

    ... Mais son âme s'éprend de la nouvelle aurore, qui force son destin et lui monte à la gorge ... Le poète n'a plus d'encrier pour écrire ; Il n'a plus de remède à sa passion subite, Sur la page, sa main se refuse à décrire L'holocauste arrogant de ses...

  • Cime hissée

    06 juin 2015 ( #Calembours )

    Orifice buccal de la sangsue « Tyrannobdella rex ». Brrr... En la cime morose où j’ose m’immiscer S’est mise la cimaise à l’aise en ce cimier. La miss ici misait sa mise immensément Aimant en ces ciments l’isthme en semant l’aimant. Dès lors en ces accords...

  • Pluie d’or

    07 juin 2015 ( #Sensation )

    Vincent van Gogh, (1853-1890), Le mûrier, détail Une pluie d’or, au loin, là-bas, sur les gazons ; Les arbres longuement versent, se défeuillant, Comme larme d’espoir aux saisons à venir Tapis tourbillonnant des prébendes d’automne. Mais il fait doux,...

  • Estuaire

    08 juin 2015 ( #Spiritualité )

    Alexandre Thiollet (1824-1895), « La Grande Moulière de Villerville » estuaire de la Seine Parfois, dans les étés, lorsque le soir décline , L’air, en tièdes parfums, nous porte son effluve Et vivre paraît simple. Immobiles, sereins, Une molle langueur...

  • Héritage

    21 avril 2015 ( #Résilience )

    Andrea della Robia (Florence 1435 - 1525), buste de jeune homme 1. L’enfance a un pays misérable et violent Peuplé d’impressions vagues, de grandes frayeurs, De sensations brutales, d’un profond silence À qui n’a pas de mots pour exprimer ses maux. On...

  • En l'orbe solitaire

    10 juin 2015 ( #Spiritualité )

    ... Nous sommes sédiments, strates amoncelées, crevées d'avens profonds, de puits d'ombre, de trappes... Déverrouille ta bonde, oh, ma mémoire folle, Il est une avanie en ta course légère Et là, sur le papier, griffé d’encre sonore, Un murmure échappé...

  • Port-Bou

    11 juillet 2015 ( #Souvenirs )

    Port-Bou, 1978, un souvenir en super 8 ... Je n’avais jamais vu la mer… Mon père en roi des chemins d’fer, Un jour qu’il allait sur Port-Bou, M’offrit, avec un soin jaloux, Une clandestine équipée Aux rives méditerranées. Et, ravi de la découverte, Penché...

  • Ombres de pellicule

    13 mars 2016 ( #Cinéma )

    ... Là, mes fidèles ombres sont de pellicule... Je dédie ce poème à mes vivants d’hier Qui ne sont désormais, qu’ossements sous la pierre, Demeure en moi parfum de toutes leurs musiques : Y résonnent leurs ris, comme des harmoniques. Mon père aimait Raimu,...