Chanteur des rues

Publié le par Lionel Droitecour

Mais une âme, parfois, croise ce solitaire...

Mais une âme, parfois, croise ce solitaire...

Sonore grande voix, il tonne par les rues,
Debout, un peu voûté, jouant l’accordéon
Qui marque la mesure et scande sa chanson,
Rythmée, sur les pavés, par le flot des passants.

Il dit « malincunia, et la canzon’ é bella »...
L’instrument essoufflé, syncopé et railleur
Qu’il tient comme une femme, là contre con cœur,
Emporte sa parole essaimée au hasard.

Il est du désespoir en cette voix puissante
Cognant, contre les murs, l’indifférence épaisse
En la foule anonyme s’écartant de lui.

Mais une âme, parfois, croise ce solitaire...
Alors dans la froideur de la ville sans liesse
Un sourire s’envole au son d’une rengaine.

avril 2004

Publié dans Musique

Commenter cet article