Gavroche

Publié le par Lionel Droitecour

Victor Hugo (1802-1885), Gavroche rêveur

Victor Hugo (1802-1885), Gavroche rêveur

Le monde ronfle, au loin, dans ses bruits de moteurs,
On dirait une bête au repos, malfaisante,
Elle attend notre vie pour la broyer tantôt
Dans sa griffe de fer ou d’acier dévorant.

Comme une proie scintille au bec du cormoran,
Avant d’être engloutie et digérée, bientôt,
Nous sommes cette chair en la bouche géante
D’une aveugle égérie aux gestes prédateurs.

Le profit nous commande et fait tinter sa caisse,
Il faut prendre toujours et tant pis pour les gueux,
La déesse sans joie nous saisit et nous guette
Moloch au sein verbeux qui engrange son or.

Sur nos échines nues prospère son trésor,
La banque fait partout son avide conquête,
La fraude est sa vertu, la rapine ses jeux,
Et nos corps le creuset que sa main toujours blesse.

Mis en coupe réglée, les peuples se soumettent ;
L’arbitraire est un lieu au cœur de la révolte
L’injustice au bras fort, armé du préjudice,
Impose par le feu sa loi à ceux qui luttent.

Bonne conscience est aux écrans qui nous insultent ;
Cravaté, arrogant, maître de l’artifice,
Le mensonge intriguant confisque la récolte,
Des miettes du festin que, sans honte, ils nous jettent.

Eh, toi que l’on achète, ou pressure et rejette,
Subiras-tu longtemps la loi de l’oppresseur,
Que sont-ils devenus, l’honneur et la faconde
Dignités qui jadis se nommait république ?

Car, désormais vendue comme fille publique,
La gueuse, violentée par le tyran du monde,
Traînée aux caniveaux du ministre jouisseur,
Cherche en vain son Gavroche aux pays de Cosette.

juin 2011

 

Publié dans Citoyen

Commenter cet article

A
"Le monde ronfle, au loin, dans ses bruits de moteurs,
On dirait une bête au repos, malfaisante,
Elle attend notre vie pour la broyer tantôt
Dans sa griffe de fer ou d’acier dévorant.

Comme une proie scintille au bec du cormoran,
Avant d’être engloutie et digérée, bientôt,
Nous sommes cette chair en la bouche géante
D’une aveugle égérie aux gestes prédateurs."

Très impressionnant, merci !
Répondre