Top articles

  • L’appel

    29 septembre 2017

    ... Voici, je m’acoquine aux rumeurs sidérales / Qui disent en la nuée le destin des étoiles ... Je ne peux déroger à l’ombre qui m’appellePour fleurir, dans le doute, au bouquet, la voyelleEt repousser un peu la tentation mortelle. Voit, je me tiens...

  • Aux soirs de nos accords

    06 novembre 2017

    ... Ruine sera bientôt ce chœur mélancolique, / Et ma cendre à son tour, désertera ce nid ... Je sors d’un rêve inquiet où j’avais vu détruitLe lieu qui tant m’est cher, en ma rive lointaine, Et puis, tout à côté de la maison en ruineEn factice apparat...

  • À Marot

    28 juin 2018 ( #Paraphrase )

    Clément Marot, né à Cahors en 1496 et mort le 12 septembre 1544 à Turin ( paraphrase ) Plus ne suis ce que j’ai été,Mais certes, ne voudrait plus l’être,Triste printemps, et morne étéMe faites penser à des spectres. Amour que j’ai su mal connaîtreTu ne...

  • Si il y a, tantôt, quelques journées sans poème...

    04 mars 2017

    Ô rage ! Oh, des espoirs ? Depuis le début de ce mois de mars 2017 mon blog, http://www.lesvieilleslettres.com/ vient d’entrer dans sa quatrième année d’existence. Ce sont, à ce jour quelques 1300 poèmes et des brouettes qui y ont ainsi été publiés à...

  • Promeneur attardé

    17 juin 2017

    Léon Joseph Florentin Bonnat (1833-1922), Job (détail) Au versant silencieux de la muse dolente,Telle est mon avanie en l'insomnieuse sente ;Et j'avance, monarque affairé de sa plainte,Mon ukase arrogant n'est qu'une âpre complainte. Empereur des minuits,...

  • Ecorché vif

    18 mars 2017

    Johannes de Ketham (vers 1415-1470), L'homme zodiaque, détail Dans ma galerie de portraits,Où sont ancêtres alignés,Dont je ne connais guère traits,Une place m’est assignée. Quelque jour y mettrai ma trogne,Quand camarde d’un coup de dés,Vieille émondeuse...

  • Tous comptes faits

    08 décembre 2015 ( #Calembours, #Enfance )

    J’ai fais, hideux, Ni une ni deux, Etroit, à trois, J’ai monté, quatre à quatre Les marches, Et cinq minutes après Je me suis retrouvé Assis, ah, si ! A Sète Avec des huitres. Ainsi remis à neuf Sans dédit, Me suis dit L’après midi : Ce gonze, En Douce,...

  • Dans le cours du fleuve

    02 mars 2014 ( #Citoyen )

    C’est un fleuve de mains, partout, qui nous ignore, Tant de vies rassemblées en nos présences closes, Tant de corps esquivés en ces étranges gloses Silences parcourus d’un mutisme sonore. Des mots pour dire rien, des paroles pour taire, Des gestes quotidiens...

  • Miette d’amour

    16 mars 2014 ( #Amour )

    À coté de mézigue, assise sur un banc, Comme fleur de printemps aux abords d’un chardon, Pâle, fraîche, jolie demoiselle de cœur, Elle m’a quémandé, d’un sourire, un crayon. Ainsi vient au matin, parfois, un pur rayon, Le soleil y échauffe une éternelle...

  • Mercy

    19 mars 2014 ( #Autobiographie )

    J’ai pas guéri de mon enfance, Parce que j’ai pas eu de chance La mort c’était dedans ma vie, J’étais son reitre, son nervi. Et je m’en suis jamais remis, J’ai fait semblant, ami-ami Avec cette vieille roublarde Désormais je dis « la camarde ». Elle me...

  • Résonances magnétiques

    07 juin 2014 ( #Art poétique )

    C’est un peu de mémoire vive En de numériques arcanes, Fantômes d’électricité, Aux résonances magnétiques. Allons, rien n’est parachevé, Tout n’est qu’en l’ombre du virtuel, Mon œuvre est née dans le silence, En silence demeurera. N’espère rien poète...

  • L’ami de Lise

    19 mars 2014 ( #Calembours )

    Au train de Mimizan l’ami pisan mis en Transit, transi, gisant exsangue sur un banc Songeait : j’ai sombre mine, ici, assis ainsi Si indécis. C’est décidé, bon sang, j’descends ! Dit, raffermi, l’ami et prenant sa valise Il s’en va. Lise, sa mie, l’attend....

  • Gambades

    09 avril 2014 ( #Enfance )

    Rêve donc, vieux gamin qui dors sous mes paupières, Le bal n’est pas fini, l’enfance est éternelle, Au moins jusqu’à plus soif, en ma bouche mortelle Qui s'émeut, chaque soir, au déclin des lumières. Gambade, d’ici là, dans ma fraîche mémoire, Il n’est...

  • Rhinocéros

    24 avril 2014 ( #Enfance )

    Quand même ils ne sont pas féroces, Pourquoi dit-on qu’ils sont si rosses Ah, les pauvres rhinocéros ? C’est vrai que puisqu’ils ont deux cornes, On pense qu’ils passent les bornes Avec ces piques qui les ornent ! Et comme toujours on s’en gausse, Bien...

  • Mécanique du vide

    14 avril 2014 ( #Le temps )

    1. À l’horloge arrêtée, ce matin, de bonne heure, J’ai réécris le temps, au pas du balancier, Avec une clé d’or. Lors ce maître assassin À repris sa marée sur ma vie qu’il déprend. En cet étrange essor de rouages, de crans Où bruit, de mon tempo l’improbable...

  • À ma lèvre ourlée

    28 avril 2014 ( #Sensation )

    Parsemées sur le vert gazon Les primevères en bouquets Chantent en riant le printemps, Ambre jauni, clair et rosé. Voici, mon regard s’est posé, Passant cueilli à contretemps, Au plus humble de mes acquêts, En retour de verte saison. Et je reste un instant...

  • Tocante

    30 avril 2014 ( #Le temps )

    L’antique horloge au pas boiteux Qui accumule chaque jour Au train ballant de ses minutes Un retard en sa mécanique ; Sous sa dorure honorifique, Bronze ancien que l’on chahute Quand son balancier manque un tour Et s’arrête, souvent, piteux ; Cette vieillerie...

  • Snack

    01 mai 2014 ( #Sensation )

    Le snack au matin gris ressuie nos rêveries, En miettes, sur la table, aux trames d’un départ ; En une défraîchies, aux cafés attiédis, Sont traces de nos vies d’où le temps, nu, s’enfuit. Bruit de pas, bruit de voix, de vaisselles, vapeurs, Odeurs, humeurs,...

  • Roi Rémi, emmène et hop, p'tit peu

    01 mai 2014 ( #Calembours )

    ( Petit poème en miroir ) Je ne décolère pas, par l’écho des neiges ! Oulipo poli où je hasarde mes pas, Pâmé des arts, ah, rage ! Tulipe où tu lis poux. Pire, ça, ce dont est mec, mais qu’est donc ce sabir ? Ca je ne peux le dire, dit le pneu sage, Vers...

  • Deal

    03 mai 2014 ( #Autobiographie )

    Non, sûrement pas tous, Pas tous les souvenirs ; Je rayerai les pires, Ceux qui faisait mourir La flamme pourtant douce En ma pauvre bougie. Je laisserai les cris L’insulte et la folie ; Je bâtirai un mur Entre moi et l’injure Au pays d’amnésie ; Puis...

  • Le visage de l’amour

    05 mai 2014 ( #Amour )

    Il est tendre et tendu, il quête et il commande, Il brave et se soumet, ordonne et obéi, Il chante puis se tait aux clartés de la nuit, Le doux et impérieux visage de l’amour. Il est tout à la fois le quai au point du jour, La lame fourvoyée dans l’onde,...

  • Nocturne

    10 mai 2014 ( #Amour )

    1. Là où jouaient des gamins s’ébattent des oiseaux. Les pirouettes des filles, les cris des garçons Sont dissouts dans les airs et dans le soir distant. Le calme de nature environne l’instant D’une grâce précieuse, en la lenteur des sons Qui montent...

  • Quand Dino sort

    12 mai 2014 ( #Calembours )

    Ondine, on sort chez Dinosaures ! Les Dinos dînent au Zoo… Mais qu’en dit le Dimétrodon ? Qu’il fait dix mètres, maître, donc ? Ou qu’au métro il fit un don Le don redondant d’un dindon ? En tirant le Tyrannosaure Au top, dit le Tricératops, Cette gosse...

  • Entre chien et loup

    14 mai 2014 ( #La camarde )

    Quand j’aurai terminé la liste minuscule De mes petits bonheurs, je poserai ma plume Puis j’attendrai, serein. La liste n’est pas longue Et brève ma musique... On peut durer encor Quand perdure l’enfance au chevet de ce corps, Mais le temps qui s’enfuit,...

  • Souris

    15 mai 2014 ( #Portrait )

    Chétive, elle est menue comme un petit garçon, Demoiselle loquace à bientôt cinquante ans ; Elle a le verbe fort et mord et se défend, Qui donne son avis sans rime ni raison. À l’homme elle préfère nichée de souris Dans leur cage, choyées de graines,...