Top articles

  • L’écho des vanités

    24 mars 2014 ( #Névrose )

    Vanité avec violons et boule de cristal Pieter Claesz, vers 1596-1661 À s’emplir de soi-même on n’est plus qu’un absent, Un importun bavard empli de suffisance, À trop vouloir briller on brûle son essence, La mèche s’illusionne, ainsi, d’être une flamme....

  • Déambulation strasbourgeoise

    08 avril 2014 ( #Portrait )

    Le petit joueur de flûte de la place Saint Etienne 1. Par les rues, piétonnant, erre le promeneur, Musardant la venelle, en l’alerte sillage Des belles demoiselles, vives tarentelles. La rue des Frères, puis, par la rue des Pucelles, La place Saint Etienne...

  • Le blanc seing

    06 juin 2014 ( #Le temps )

    Francisco Goya, (1748-1828), Les Parques Rien de plus que l’instant : c’est notre seul viatique ! Il n’est point d’échappée à cette loi suprême, Qui nous prend et nous porte en son vain stratagème Pour nous laisser perclus dans le soir sarcastique. Qu’aies-je...

  • Au voyageur dénué

    07 juin 2014 ( #Le temps )

    Comète McNaught par ESO/Sebastian Deiries (http://www.labizeauxetoiles.fr) À mon retour des galaxies, Après avoir tant voyagé, Le cœur encor tout constellé Des cheveux d’anges des comètes ; Je me suis d’abord reposé, Un siècle ou deux, sur les nuées,...

  • Métaphore

    08 juin 2014 ( #Art poétique )

    Oeuvre de Walter Crane (1845-1915) Je cherchais une idée pour en fleurir ma prose, La belle périphrase ou le vers chantourné, Métaphores, litotes, figures de style Au champs de l’oxymore où planter mon verbiage. Hélas ! Rien n’est venu. Comme l’oiseau...

  • Empire

    09 juin 2014 ( #Sensation )

    Le Palais du Rhin, ancien Kaiserpalast, à Strasbourg Près du Palais du Rhin, étrangement l’on sent Comme une odeur d’humus. Les bancs tout vermoulus Sur lesquels le Kaiser, jadis, posa les yeux – Et, peut-être, qui sait, son auguste séant ; Exhalent vers...

  • Spadassin

    30 juin 2014 ( #Art poétique )

    Simon Vouet, (1590-1649), le spadassin L’esprit tout aiguisé par une courte sieste, Le poète saisit une plume, un crayon, Une feuille qui traîne, un papier de rencontre Et couche sa morale en ses pieds, paillasson ! Ah, la muse, viens-t-en que je te carambole...

  • Près des rives d’Ilion

    08 juillet 2014 ( #Sensation )

    Pietro Paolo Rubens, (1577 -1640), La chute d'Icare, détail Je passe chaque jour devant l’aéroport, Le train marque l’arrêt, j’aperçois un avion, Au sol, ou parfois même en la piste d’envol. Et puis le train repart et je ferme les yeux. Je n’ai jamais...

  • Le sommeil des anges

    10 juillet 2014 ( #Autobiographie )

    Christophe.leparoux, La chrysalide des anges, http://leparoux.blogspot.fr La tristesse habitait ma maison ; Pas le malheur ou la misère, Ni la gêne. Enfant, on ne sait rien du deuil Et la mémoire s’arrête au seuil du jour nouveau. Hier, c’était il y a...

  • Les faux amis

    11 juillet 2014 ( #Portrait )

    Le baiser de Judas, extrait d'une fresque à Nohant-Vic Il est de la frairie de la gent cauteleuse, Il fait tout ce qu’il peut pour inspirer confiance, Il parle lentement, calmement, chaudement, Ecarte l’objection et pare à toute glose. Lisse, il est transparent...

  • Le masque

    25 juillet 2014 ( #Le temps )

    Jan Mandyn ( vers1500-1502 / vers 1559-1560 )la Tentation de saint Antoine, extrait Le temps n’existe pas, c’est l’instant qui nous fuit, Nous laissant orphelins, déshabillés de lui, À contempler l’hier, à craindre un lendemain, Chassé du point du jour...

  • Lymphomes

    03 août 2014 ( #Citoyen )

    Lewis Hine (1874-1940), Mineurs à Pittston, Pennsylvanie, 1911 Ils ont organisé la souffrance des hommes, Il n’est plus en leur mains de schlague ou bien de fouet, La machine à penser rythme leurs métronomes. Voyez passer la chaîne et ses bêtes de sommes,...

  • Dédicace du jour

    04 août 2014 ( #Art poétique )

    Camille Corot, (1796-1875), Paysage d'automne Au poème du jour nouveau, Venu, comme réminiscence, Fleur incongrue de mon cerveau Que la muse, parfois, dispense ; À ce paquet de verbe nu, Comme d’un enfant la souffrance, Eclose au parvis ingénu Où rime...

  • À Ponce-Denis Écouchard-Lebrun

    25 août 2014 ( #Art poétique )

    Ponce Denis Écouchard Lebrun, (1729-1807), le « Pindare français »... Je ne veux en ces bris que sont mortes pensées Couchées en ce verbiage alangui de rimailles ; Je ne veux, dis-je enfin, de toutes ces limailles, Que faire naître un ris aux lèvres embrassées....

  • Horlogerie

    26 août 2014 ( #Le temps )

    Paul Cézanne, (1839-1906), Nature morte à la bouilloire C’est au fond des vielles maisons Qu’on entend l’âme des horloges, Y vaquent, lors, à petits bruits Où, plus encor, bat le silence. Tiquent, taquent à leur semblance, Natures mortes aux beaux fruits,...

  • À l’éternelle corde

    11 mars 2014 ( #Spiritualité )

    La dimension du temps se courbe dans l’espace, Sa course est relative au seuil de la vitesse Infranchissable des ondes de lumière, - Dois-je dire photons, qui sont des corpuscules ? Ne suis-je pas moi-même amas de molécules, Assemblage inconstant, poussière...

  • À la gente inservile

    13 mars 2014 ( #Citoyen )

    Marcheurs célestes © François Geffroy Septembre 2005 Photo prise au moment de la descente, après le lever du soleil (à 4000 m d'altitude). Malaisie Montagne 1. Nous avions rendez-vous au deux rue de l’errance, Il était convenu d’apporter l’espérance,...

  • Opuscule

    09 avril 2014 ( #Art poétique )

    Cette œuvre est de Lionel D. Obscur poète impublié Qui fit ses rimes obstinées Sous le silence d’un quinquet. Oyez, oyez ce paltoquet Aux mines graves, déminées, Qui gauchit son verbe plié, Zélé, aux ailes élidées. Son éditeur a fait faillite, Son livre...

  • Conquérante

    11 avril 2014 ( #Amour )

    Vincent Van Gogh, (1853-1890) Amandier en fleurs Au seuil de la maison, c’est une jolie fille. Pierre de taille, immeuble de grès rouge, austère ; On sent sur ses appuis la lourdeur d’un vieux siècle, Sur une fresque, au mur, un angelot bien gras… Elle,...

  • Bouche en fleur

    12 avril 2014 ( #Calembours )

    Cette fleur porte de doux nom de "Psychotria Elata" Tu lis peu, Tulipe ! Ben, j’fais c’que j’veux ! Rose, elle, lit… Ben si elle a envie ! Marguerite l’imite. À la marque, limite ! T’as plus qu’à t’taire L’aster à terre ! Mêle donc l’ancolie À tes colis,...

  • Où le silence abonde

    22 avril 2014 ( #Spiritualité )

    Albert Hartweg, À l'ombre d'un hêtre pourpre Mon âme s’enfuira de moi comme de l’eau, Je serai ce désert, asséché sous le vent, Où l’insecte secret bâtit en vain sa toile. De ce peu de matière évaporé, tantôt, Mon squelette blanchi, chimère, fera trace,...

  • Histoire de famille

    22 avril 2014 ( #Citoyen )

    La bataille de Fleurus, Jean Baptiste Mauzaisse (1784-1844) Allez grand-père dis, raconte tes histoires ! Oh, ben en ce temps là on tuait joyeusement À grands coups massues, d’épieux, de sarbacanes… Et puis après grand père ? Il y eut les épées, Ca saignait,...

  • Clepsydre

    23 avril 2014 ( #Le temps )

    Baldung-Grien (vers 1485-1545), les Trois Âges de la femme et la Mort La clepsydre va goutte à goutte, Grain de sable en mon sablier, Bat la pendule ma déroute, L’horloge rend mon tablier. J’irai sur le cadran solaire Pour fuir, ombre, ma destinée, Et...

  • Rite d’imposture

    21 février 2017

    "...Prier piteusement, sans générosité, Attendre, sous la peau, ce qui, demain, va rompre... Se lever, se laver, se vêtir et partir,Au rythme obtus et lent d’un rite quotidien ;Inscrire dans sa chair, comme dans sa pensée,La migrante battue qui nous...

  • Veneur d’impuissance

    14 août 2017

    ... Ainsi, veneur fardé de sa propre impuissance, / Nous rabattons, en nous, une meute de maux ... Il nous faut obéir à l’importun du jourEt suivre le sillon ou bien moudre le grain ;L’humanité se gâche à produire un levain,Ferment de pacotille aux âmes...