Top articles

  • En l’absurde liesse

    20 mai 2015 ( #Fongus )

    Pieter Brueghel l'Ancien (vers 1525-1569) La chute des anges rebelles, détail L’année qui se termine a vu sonner mon glas. Cancer, ombre portée au beffroi d’infortune, Impavide en mon sein, dans l’heure solennelle, Qui pénètre mon âme et grignote ma vie....

  • La gnôle de Marlanges

    24 mai 2015 ( #Souvenirs )

    James Ensor (1860-1949), Les ivrognes, détail « Cambriolée, tu dis ? Ah, c’est à n’y pas croire ! Cette saloperie, faudrait être marteau ! Je n’ai pas oublié quand on m’en a fait boire : J’ai failli en crever, raide, sous le tonneau ! Tu me dirais, vois-tu...

  • Couperets d’ombres

    31 mai 2015 ( #Spiritualité )

    ... Au jardin qui s’étonne en de sombres clartés, solitaire, mon pas claque en la pierre roide ... Sous l’œil rond de la lune, en la nuit froide et pâle, Novembre va blanchir les taillis de l’allée ; Dense dans l’air gelé, la marche de granit Coupe une...

  • Cartomancies

    12 mai 2015 ( #Portrait )

    Georges de La Tour (1593-1652), La diseuse de bonne aventure La voyante aux yeux mort qui prédit l’avenir, Ne sait, comme la Parque où le jour va finir ; Elle claque du bec, comme l’autre un ciseau, Coupe cartes et plis, pique, cœur et carreau. Moi je...

  • Assemblés en sonnailles

    15 mai 2015 ( #Art poétique )

    ... Et voici le néant de mes feuilles frivoles, offertes sans apprêt au chant de mes envois ... Je caresse des doigts les clés d’une machine Au clavier poussiéreux dont les lettres s’effacent : Ne s’émeuvent ces touches souples sous ma voix Que le verbe...

  • Mille solitudes

    21 mai 2015 ( #Sensation )

    Les oiseaux de Maurits Cornelis Escher (1898-1972), détail Je ne sais, pour l’instant, ce que vaudra le jour. Je lève, en maugréant, ma carcasse grégaire Et la porte au grimoire, avant toute autre chose, Où je trace ces mots dans la nuit qui s’achève....

  • Plantain

    26 mai 2015 ( #Citoyen )

    ... Amie du roc ardent, de l’ombre et de broussailles, on me dit camarade à toutes les racailles ... Je suis de ce plantain que l’on sait mal décrire, Follicule herbacée qu’on dit de mauvaise herbe, En vos jardins précieux apportant la déroute Et qui...

  • Comtesse

    29 mai 2015 ( #Portrait )

    Francisco Goya, (1748-1828), Les vieilles, détail (Que tal ? peut se traduire ainsi : comment va ?) La comtesse a ses résurgences : Ecrits pour l’écho des annonces. Entre la pub et les promos, S'emboitent ses vers en cadences. Ce sont clichés à contre-jour,...

  • Evasement

    03 avril 2015 ( #Le temps )

    Van Gogh peignant des tournesols, 1888, par Paul Gauguin (1848-1903) Un parmi le possible à l’œuvre dans l’instant Comme une forme, un vase, ainsi qu'un contenant, Je suis dans ce qui passe et meurt en un moment. Voici, le temps s’enfuit dès le commencement,...

  • Black boy

    05 avril 2015 ( #Citoyen )

    William Lindsay Windus (1822-1907), le garçon noir, 1844, détail Dans le tram, l’autre jour, en la foule, agrippé, Dans la presse agité, secoué comme un prunier ; J’eus soudain près de moi au hasard d’un arrêt Adolescent timide, un peu gauche et gêné,...

  • Déshérence

    06 avril 2015 ( #Spiritualité )

    ... Ainsi notre espérance, ainsi nos trames vont, au fil de l’érosion en l’abime sans fond ... Solide comme un roc au milieu du courant… Mais le courant l’emporte, veule, exubérant ; Ainsi notre espérance, ainsi nos trames vont, Au fil de l’érosion en...

  • Vieux con

    12 avril 2015 ( #Art poétique )

    Léonard de Vinci, (1452-1519), grotesque J’ai moulu mon grand œuvre et m’en suis exténué ; Serai-je donc ce fou qui lime ses rimailles, Ce moine défroqué rivé à l’écritoire, Prophète, en son désert, comme un stylite abscond ? Ou bien plus simplement rien...

  • Polissoir

    14 avril 2015 ( #Marine )

    Age de pierre, polissoir du Champ Soyer de Marcilly-le-Hayer déposé aux Musées de Troyes Inéluctablement je reviens sur la page, La bille à l’encre trace travée pour ma rime, À mes doutes se sont de fortuites agapes Et ce songe, à mesure, y construit...

  • Geste innée

    16 avril 2015 ( #Art poétique )

    Une enluminure extraite du manuscrit du « Roman de Renart », 1301-1400 Je n’écrirai pas de roman. Certes, je m’y suis essayé, Et j’ai rempli quelque cahier De mes émois rédhibitoires. Ce ne sont que débuts d’histoires, Songes que j’ai su mal lier, Balbutiements...

  • Gueuse

    19 avril 2015 ( #Art poétique )

    ... Lors doctement j’inscris, renonçant à ma voie, son verbe de mystère en d’étrange faconde ... Elle n’obéit pas, la muse, cette gueuse Et m’emmène souvent où je ne voudrais pas Qui court à toute allure aux touches du clavier. Et sa mine, au crayon,...

  • Catacombe

    23 avril 2015 ( #Nostalgie )

    ... Inconfortable issue où je cherche mes aises, comme un derviche abscons qui tourne sur la terre ... Un souvenir ancien se heurte à ma mémoire, Je ne sais pas lequel, c’est une sensation, Quelque chose de vague en ma respiration Qui bat sous ma paupière...

  • Hypocrisie

    24 avril 2015 ( #Portrait )

    Honoré Daumier (1808-1879), Entracte à la Comédie-Française, détail Il campe sur son pré carré, Aveugle, sourd et, sans arrêt, Monologue son aparté À qui ne sait s’en écarter. Il tient de l’âne, il tient du bœuf On dit de lui : « Ce crâne d’œuf L’imbécile...

  • Au chevet d’amitié

    26 avril 2015 ( #Nostalgie )

    ... Il y eut la bonne table et les fruits de la terre ... Il y eut la belle table et les fruits de la terre, Un peu de vin, aussi, parfumant nos haleines, Ces mots tant de fois dits où fusent nos humeurs, La présence, en nos mains, de nos anciennes rives....

  • Sancho pensa

    07 avril 2015 ( #Calembours )

    Honoré Daumier (1808-1879), Don Quichotte et Sancho Pança Sancho pensa, pansant sa rosse : « Pançà ta panse vraiment penche Un peu trop bas… » Qui choque Quichotte En parlant bas ? Là-bas, passant, c’est le Pançà. « C’est du ciné, ma Dulcinée, Ma destinée...

  • Chat-huant

    31 mai 2014 ( #Calembours )

    Poussant des cris perçants, Est-ce le chat persan ? Chahutant sa hutte en Chantant, chat huant ? Est-ce chasse marées, Amarré, chamarré, En beauté, saboté, Ou bien le chat botté ? Ce chat, môme, aux ormeaux, Ah, ça, n’est-ce un chameau ? Pour clore ce...

  • Pieds de cochons

    10 avril 2015 ( #Souvenirs )

    ... Bisouillant en riant ce délice d’arpions au festin d’osselets de nos pieds de cochons ... La mine réjouie et la lippe gourmande, De ses marmots curieux attisant l’impatience, Parfois, papa, le soir, rentrait, faisant mystère D’une chose cachée, -...

  • Tourbe

    11 avril 2015 ( #Spiritualité )

    ... Murmurant mon essence en l’orée impatiente, ton tronc sera livrée où mes songes naîtront ... Tu manquera un jour, vieil arbre, en mon tombeau, À mon front amoindri et recouvert de tourbe Et de cendre et d’humus et par l’oubli des hommes. À moins que...

  • Semeur

    15 avril 2015 ( #Enfance )

    Le semeur, (détail), par Vincent Van Gogh (1853-1891) Je suis le grand semeur, Je sème paraboles, Je sème ma rumeur, Je sème des paroles ; Au fond de tous les cœurs Je sème farandoles De mots et de couleurs. Cueillez, cueillez mes drôles, Et que l’aile...

  • Bornes de lumière

    18 avril 2015 ( #Le temps )

    ... Nous savons les trous noirs aux cœurs des galaxies ... Et calculons l’aplomb des bornes de lumière ... Nous sommes enchaînés au temps sur cette terre. Existe-t-il un antre aux gouffres sidéraux Où pulse, d’une horloge, l’univers en son mètre, Instance...

  • Sous la bise du temps

    02 mars 2015 ( #Le temps )

    ... Ce ne sont plus qu’échos de lointaines musiques, quand les remous du temps viennent brasser nos cœurs ... Le monde est toujours neuf au regard de l’enfance, En chaque jour renaît, sur sa frêle innocence, La livrée de l’aurore, aux splendeurs passagères,...