Top articles

  • En l’onde spirituelle

    21 décembre 2015 ( #Spiritualité )

    Joseph Mallord William Turner, (1775-1851), Lever de soleil à Norham Castle J’ai fait de mon sanglot la pulpe de mon rêve, J’en ai badigeonné l’espoir où je m’élève Et, sanglé dans le doute, où est ma camisole, Délavé la nuit bleue d’un geste de parole....

  • Vingt alevins

    28 décembre 2015 ( #Fable )

    ... bien que sans patte s’ébattent sans batte, vains, vingt alevins ... La louve En cette douve Se retrouve ; En outre, La loutre Et l’ablette N’allaitent Ni n’halètent, Non plus que la belette ; Mais le brochet, Sans s’approcher, Sous son rocher Étanche...

  • Fleurs coupées

    30 août 2015 ( #Nostalgie )

    Vincent van Gogh (1853-1890), Les iris, détail Où vont toutes les fleurs coupées, Flétries, après nos fins soupers, En quel jardin sans jardinier Où camarde tend son panier ? En quelle exsangue solitude, Privées, par un geste si rude, De la sève de leur...

  • In memoriam Aylan Kurdi

    27 septembre 2015 ( #Citoyen )

    ... L’avenir face contre terre, le sable emplissant ses narines ... n’a plus pour abri qu’un cercueil ... La guerre a jeté sur les routes Les exilés, les sans patrie, Réfugiés de sombre misère, Noyés d’un rêve assassiné. Les enfants morts sur une grève,...

  • Inaccessible hiatus

    02 août 2015 ( #Portrait )

    Lucian Freud (1922-2011), portrait de Francis Bacon, 1952, détail Jeune homme il est déjà du côté de l’absence, Qui fuit, de long en large au quai, sous les grisailles, Il arpente le vide, attendre est son destin, Patienter, remettre et puis ronger son...

  • Comme un élancement

    04 août 2015 ( #Névrose )

    Georges Braque (1882-1963), Double figure sur fon marin, détail Deux ombres sont passées, trames du firmament, L’une était de soleil et l’autre était de nuit, Deux faces d’un Janus intimement mêlées, L’urgence les reliant comme une intime fibre. Seul,...

  • Ainsi le frêle esquif

    18 août 2015 ( #Marine )

    Katsushika Hokusai (1760 - 1849), Vagues en l’océan, détail Il avait l’air d’un grand petit garçon, l’ado. L’enfance, en la jeunesse fleurit le visage Et la mâle assurance, aux jeunes gens boudeurs Déguise, bien souvent, une fragile instance. N’ai-je...

  • Pluie d’été

    24 juillet 2015 ( #Sensation )

    ... Mouillé d’une larme, au secret de son regret, comme bat le morne pavé la pluie d’été ... La morne pluie d’été Bat le pavé ; Morose, ici est un cœur lourd Amer et gourd. Au ciel où sa douleur se fonde Il nait une onde ; En son antre le temps semble...

  • Aux colombages

    25 juillet 2015 ( #Portrait )

    Les fenêtres de la maison Kammerzell, à Strasbourg L’Ill, à l’embarcadère coule, résurgent, Et sur ses quais, vacants, vont et viennent des gens ; Ainsi le temps se fige, en l’ancienne cité, Colombages y sont trames d’éternité. Le pavé qui moutonne retient...

  • Ides et Enéide

    07 juillet 2015 ( #Calembours )

    ... Mais Didon se dédit des édits redondants, sans pardon les maudit ... Lorsque naquit Enée, Dit-on ; Lorsqu’il est né, On en fit un dicton Qu’un jour saurait Didon. Candide, on En fit don Aux rondes des menées Des on-dit décidés Des donneurs de séné....

  • Fortunes de terre

    04 juillet 2015 ( #Marine )

    Eugène, Boudin, (1824-1898), Mer agitée, détail Il est parfois de vives eaux Au chant secret de mes solstices, Lorsqu’en la marée du poème En chaque jour bat mon jusant. Ma langue morte y va s’usant, En l’estran que verbe parsème, Epaves y sont mes prémices,...

  • Humbles victimes

    03 juillet 2015 ( #Citoyen )

    Vous sembliez, humbles victimes, maudire la stupidité de notre folle humanité. Vous, cormorans Aux corps mourants, Vous enlisiez En nos lisiers ; Vos blanches plumes Souillées, gluantes de bitumes, Vos ultimes évolutions Elans brisés de pollutions. Là,...

  • Qui vivra dira

    06 juillet 2015 ( #Autobiographie )

    ... Qu’importe ! Je m’applique et fourbis mon obole, chaque jour me suffit et qui vivra dira ... Dans les mortes saisons de nos rives sans fruit J’avance par le verbe un pion dans le réel. C’est ainsi, je bâti cette fable, sans bruit, Humble comme le...

  • Au rustre vigilant

    14 juillet 2015 ( #Citoyen )

    ... La guerre est un Moloch qui affame le fort et le crime en nos mains un rustre vigilant ... Ils s’en vont défiler, tous, en bombant le torse, L’uniforme impeccable, armés de pieds en cap ; La geste militaire emplit d’orgueil les sots, La bêtise blindée...

  • Au remord de la plaine

    27 juillet 2015 ( #Art poétique )

    Théodore Rousseau (1812-1867), Sortie de forêt à Fontainebleau, soleil couchant Certes, je le sais bien, tout cela finira, Tous ces mots rassemblés en théories de verbe, Toutes ces fleurs fanées séchées en mes herbiers, Immortelles, bouquets de stances...

  • Commémoration de l’intime

    29 juillet 2015 ( #Nostalgie )

    ... Voici, se ruinent pour jamais mes belles sentes de mémoires ... Se pourrait-il, dis, que tu meures, Hélas ! Mon vieux pays d’enfance ? Certes, bien sûr, je le sais bien, Tu périras avec mon cœur, Et mes souvenirs oubliés, Seront semences dans l’ivraie....

  • Citadelle de braise

    02 juin 2015 ( #Enfance )

    Gaston Charles Marquet (1848-?), Portrait d'une petite boudeuse L’enfance en nous demeure : un feu n’est pas éteint Lorsque la flamme vive a terminé sa danse. Sous la cendre attiédie une braise rougeoie Qui, d’un embrasement, cultive l’espérance. Alors,...

  • Nœud gordien

    01 juin 2015 ( #Névrose )

    Hélas, le nœud gordien ne saurait se défaire ! Il y faut, de l’épée, l’impatience et le fer ... Voici de ma musique l’onde symétrique Où je forge, rêveur, d’une pâle métrique, Le verbe qui m’étreint en ce linéament, Et m’ancre sur la terre, à l’encre,...

  • Cime hissée

    06 juin 2015 ( #Calembours )

    Orifice buccal de la sangsue « Tyrannobdella rex ». Brrr... En la cime morose où j’ose m’immiscer S’est mise la cimaise à l’aise en ce cimier. La miss ici misait sa mise immensément Aimant en ces ciments l’isthme en semant l’aimant. Dès lors en ces accords...

  • Polichinelle

    16 juin 2015 ( #La camarde )

    Ingmar Bergman (1918-2007), image du film « Le septième sceau » Tu as beau te draper dans ton manteau d’orgueil, Courir après le temps en espérant toujours Et bâtir ton projet en formulant des vœux ; Elever vers le ciel ton chant de vanité Et creusement...

  • Dans le temps du rebours

    11 juin 2015 ( #Fongus )

    ... J’ai porté ma souffrance au bloc opératoire, on a ôté de moi la tumeur assassine ... 1. Je ne sais plus son nom, mais me souviens de lui Comme d’un grand gars maigre. Enfant, ce qu’on ignore En soi on le pressent confusément inscrit, Et l’angoisse...

  • Assassinat

    14 juin 2015 ( #Le temps )

    ... Du temps qui court, à son content, il faut se saouler à l’instant ... 1. Il ne faut pas tuer le temps Puisque c’est le temps qui nous tue, S’il passe, hélas, on s’évertue À le retenir à mains nues. Il vaut mieux le prendre, le temps, Au gré des secondes...

  • Rhétorique

    17 avril 2015 ( #Calembours )

    Devinette : qu'est ce qui est rouge, blanc, bon au naturel autant qu'à l'huile ? Réponse : letton sur thon. Figurez-vous que j’ai, en main propre, lavé Ma figure à l’épure, mais au sens figuré. Cette figure de style, hostile, figurait Au péristyle, ainsi,...

  • Prison de l’âge

    11 mai 2015 ( #Amour )

    Quentin Metsys (1466-1530), L'amour inégal ou le couple mal assorti 1. Si je suis sage devenu, Rassis de port et de parole, Gras, lourd et lent, ventripotent, N’en suis pas moins fol en dedans. Oh, certes, j’ai perdu mes dents, Et la mémoire par instant,...

  • Verhaeren

    19 mai 2015 ( #Portrait )

    Émile Adolphe Gustave Verhaeren, (1855-1916) Elle lisait un vieux bouquin aux pages jaunes, Volume épais, ventru, à l’écriture drue, Serrée, en bataillons de mots, noir contingent ; Grave, sous l’arc tendu de ses sourcils froncés. Je me tordais le cou...