Top articles

  • Au fugace de l’heure

    01 mars 2016 ( #Souvenirs )

    À mes enfants, Raphaël, Léa et Clément, ici saisis en 1989 Je vous disais fripouilles, Vilains, bandits, canailles, Puis c’était les chatouilles, Les ris et les chamailles. Certes vous n’étiez sages, J’étais, parmi vos jeux Et puérils bavardages, L’enfant...

  • Égérie des cirés

    04 mars 2016 ( #Calembours )

    ... Ceci, récits serrés, si t’es Resté en ces cirés ... La nécessité de l’ânesse Est citée à l’année où naissent, En ces cités, ces cécités. C’est situé chez ces six, récités, Qui cessent aussi ressuscités : Ceci, récits serrés, si t’es Resté en ces cirés,...

  • Encore un pas

    07 mars 2016 ( #Amour )

    Jean Cocteau, (1889-1963) Encore un pas, mon cœur, ne te désole pas, Il faut qu’un jour s’ajoute aux chevets de nos corps. Ne te retourne pas, continue jusqu’au soir, Détourne-toi du lieu qui borne notre espoir ; Je soutiendrai ta peine en ces sombres...

  • Fleur chétive

    16 juin 2016 ( #Souvenirs )

    ... Et j’étais celui-là qu’une gueule dévore / Pleurant sur la victime en méprisant le fort ... Je serai soupçonneux du lieu de l’insondable Où tu seras ma fée dans la plus haute tour, Muse, qui joue de moi comme aux sentes d’enfance Où, marmot éperdu,...

  • Conseil de révision

    25 mars 2016 ( #Fongus )

    Honoré Daumier (1808-1879), Le conseil de révision à Passy en 1842, détail Le cancer est un lieu que l’on n’habite pas. En soi et hors de soi, bailleur et locataire, Toujours à espérer l’exploit de son huissier Pour vous mettre à la porte d’un hôtel branlant....

  • Écheveaux

    27 mars 2016 ( #Névrose )

    ... Aux mille trames nues de nos vies scarifiées ... Visages entrevus, vous contez tant de peines Qui émeuvent l'instant dans le flot de nos rues ! Où vont toutes les âmes à jamais perdues Dans la foule vivante, épandues comme veines ? Une rumeur s'épanche...

  • Dodécalogues

    03 avril 2016 ( #Art poétique )

    ... Je cherche mon reflet dans ce miroir sans tain ... Il est une heure au moins qui me tient en éveil, Celle dont j’use au soir, arrachée au sommeil, Ou dans le clair matin, dérobée à l’aurore, Penché sur l’écritoire où mon âme pérore. Et seul face à...

  • Terre rouge, sang d’ocre

    04 avril 2016 ( #Citoyen )

    Antoniucci VOLTI (1915-1989) Femme assise en terre cuite Mais rien ne nous libère, en ce monde de fer, Où, sans cesse payé d’une amère illusion Nous avançons, sujets d’un asservissement Voulu par le puissant qui fait sa martingale. Tout nous est devenu...

  • Sans plus rêver

    19 mai 2016 ( #Musique )

    ... Puis j’ai repris ma gratte, et plaqué mi-sol-do / Ma savate en cadence pour traquer le tempo ... Le jour où j’aurai mieux fait de prendre une cuite, Bizarrement vois-tu, je l’ai su tout de suite : Sur le montant du lit en m’écrasant l’orteil J’ai...

  • Germinal

    12 avril 2016 ( #Spiritualité )

    ... Et notre œil sous le ciel, immense et vaste baie qui contemple nos fronts comme un grain à germer ... 1. À devoir au rebut porter chaque journée, Sur des instances vaines, des autels factices, À perpétuer sans cesse une geste obstinée, Un labeur sans...

  • Nulle gerbe

    14 avril 2016 ( #Autobiographie )

    ... Je fais l’humble dépôt, dans ma retraite sombre, sur ta tombe rêvée que n’enfreint nulle gerbe ... Attendre en l'heure bleue que l'angoisse se taise, Bercer son âme nue en l'antique fournaise, Ce dol jadis étreint quand rien ne faisait sens, Altérité...

  • Où sombre la pensée

    18 avril 2016 ( #Névrose )

    ... Les sages sont des fous à se croire sereins ... Qu’est l’étrange pulsion de profaner un corps Qui gîte en soi, parfois, au seuil de l’épouvante ? Et qu’est ce qui contient cette espèce mauvaise En nous, moire croupie, aux relents de l’horreur ? Paré...

  • Etrange confession

    21 avril 2016 ( #Résilience )

    ... Le curé, dans la sacristie tripotait les enfants de chœur ... « En ce temps on fermait sa gueule ! » Le regard droit, lèvres pincées, Sans ciller devant son passé, À l’improviste il se déballe. C’est une pente qu’il dévale, Un seuil ancien, cadenassé,...

  • Défaite d’une mère

    29 mai 2016 ( #Autobiographie )

    ... Dans la cacophonie il est tant de silence / Où la peine multiple a son gémissement ... Je dédie ce poème à une aube inconnue, À l'orée d'un matin fauché en son aurore, Au chagrin sans repos d'une âme assassinée À ma soeur, mais aussi au deuil de toute...

  • Confitures

    06 mai 2014 ( #Enfance )

    ... Qui fait mourir d’envie les frimousses sournoises ? ... Cerise acidulée que l’on porte à sa bouche, Doux et âcre, le suc d’une croquante agape Qui mouille, rouge sang, les lèvres écarlates : Réjouissante agonie des fraises et framboises. Qui fait...

  • Ultime chapitre

    31 mai 2016 ( #Spiritualité )

    ... Semés au vents mauvais mais sommés de paraître ... Sommes hagardes d’individualités Nous sommes de ce train venant toujours à quai, Matins sans joie, hymnes grégaires, purgatoire, Ronronnement des quotidiens inéluctables. Dans ce dédit passent nos...

  • Aux ébauches du songe

    19 juin 2016 ( #Art poétique )

    ... Terpsichore, muse des chœurs et de la danse, Ashmolean Museum à Oxford ... Bien, me voilà encor, que voudras-tu de moi ? Je me pose en ce lieu, les doigts sur la machine, Tout prêt à prendre note aux vers que tu m’intimes, Disponible, concret et pourtant...

  • Pierrot grégaire

    05 juin 2016 ( #Art poétique )

    Pablo Picasso, (1881-1973), Pierrot, 1918, détail Où le ciel, peu à peu, s’obscurcit et s’éteint, Nette rotondité, le plein cercle lunaire Imprime sa clarté, qui luit comme l’absence. Cette déesse étrange impose le silence, Tant de mythes anciens, que...

  • Chaire de mon désir

    05 juillet 2015 ( #Art poétique )

    ... Chaire de mon désir, sans nom, amer accent ... qui se perd en rumeurs aux lueurs couchant ... Le muscle poétique, en silence, travaille. L’athlète des mots pousse, ainsi, vaille que vaille, Le rocher de Sisyphe au sommet de sa rime, Y trouve l’infini,...

  • Ricochet

    09 juillet 2015 ( #Le temps )

    ... L’enfance heureuse est là qui bout de ce complot ... Ricochet d’une pierre en rebond sur le flot ... « Allons, tu le verras demain, » tançait la mère, « Demain, c’est aujourd’hui ! » râlait l’enfant buté, Petit bonhomme ardent, empli d’impatience,...

  • Contrefort de l’absence

    19 septembre 2015 ( #Le temps )

    Aquarelle d'Albert Hartweg, "Les rochers de St Guénolé 1", détail Mais s’il me reste un peu de temps, Si ma chandelle, consumée, Jette au hasard ses derniers feux ; Flammèche suis, parmi les gueux, Ma geste, vite résumée N’y saurait luire encor longtemps....

  • De chair et d’âme se mêlant

    17 décembre 2015 ( #Résilience )

    ... Lors, au sein de cette entropie de chair et d’âme se mêlant, poème, embrasse l’utopie... J’ai chanté dans l’aube détruite, Cœur dévasté devant l’aurore, La musique est comme une fuite Lorsqu’une onde, en soi, s’élabore. Faire sens où sont nos diatribes,...

  • Arrobase

    26 août 2015 ( #Autobiographie )

    ... Sur la case prévue je clique, elle se coche, en l’océan virtuel ne suis échec et mat ... Lionel, puis Droitecour, arrobase ‒ on dit « at » J’ai mal point com. C’est la maille où je me raccroche Dans l’ample solitude en mon désert humain. J’aurai peut-être...

  • Jeanne

    16 avril 2014 ( #Nostalgie )

    Francisco de Goya (1746-1828), la porteuse d'eau S'en va Jeanne au ruisseau par les chemins de peines, S'en va quérir de l'eau et la marche lui pèse ; Elle a vécu trop d'ans et la force lui manque ; S'en va Jeanne à grand peine en les rives hautaines....

  • Poucet

    01 septembre 2015 ( #Enfance )

    ... On sent, à le toucher, dans la tiédeur du jour le bonheur de ce père en ces enfantillages ... Un père et ses marmots s’ébattent dans un pré, L’herbe semble s'offrir à leurs folles gambades. C’est un petit Poucet et son frère, plus grand Et l’homme...