Top articles

  • Sombre victoire

    06 juillet 2016 ( #Névrose )

    ... où se perdent nos moires ... La vague, incoercible, hante et couvre l’estran. Allons ! Retire-toi loin de ces mortes eaux : Il est tant de marées dont le cœur nous délivre Et si peu de prisons éternellement closes. J’ai cru vendre mon âme aux salins...

  • Mirements

    08 juillet 2016 ( #La camarde )

    Maurits Cornelis Escher (1898-1972), Main tenant une sphère réfléchissante, détail Nous sommes un jeu de miroir, Nous, hommes au « je » de mouroir, Et, déliquescent dans l’obscur, Que sont nos délits ? L’aube est sûre. Vagues, au joug des apparences,...

  • Impossible trophée

    14 juillet 2016 ( #Spiritualité )

    ... Dans le silence amer où brûle ma question / Je butte à l’horizon absurde de la foi ... Un peu de cendres grises gisent telles plomb : Ce qui me reste d’elle en un coffret de bois, Celle qui est partie pour le pays des âmes. En cette urne, vestiges...

  • Bonimenteur

    08 août 2016 ( #Art poétique )

    Honoré Daumier (1808-1879), Bonimenteur devant une baraque de foire, détail Montreur d’un singe, ou bien d’une puce savante, Le poète aux tréteaux livre ses boniments. Il s’en délivre, enfin, comme on cède une mante Pour le prix de son livre où sont ses...

  • Coliloque

    14 août 2016 ( #Sensation )

    Scène de lavement au XVIIIe siècle. Museo Nacional do Azulejo, Lisbonne (Portugal) Je suis tenu à l’affligée Par quelque douleur d’abdomen, Et, constipé, j’ai l’âme pleine D’une pensée sotte et figée. Fi donc toutes élévations Hors du silence de ce corps,...

  • Brave devant le jour

    29 août 2016 ( #Souvenirs )

    ... Non pas un capitaine, un découvreur d’igloos, / Mais homme simple et droit devant l’ombre voleuse ... Il riait, l’homme tendre accoudé sur ma vie, À l’heure de l’aurore où j’étais à venir, À peine un bruissement, déjà mélancolique, Tel un manque habité...

  • Vieilles anches

    24 août 2016 ( #Art poétique )

    ... En la courbe du soir oyez, mes vieilles anches, / Musiques d’autrefois en habit des dimanches ... Ma tête lourdement penchée sur l’écritoire Et la nuit qui s’avance abonde mon grimoire, Ma main sur le clavier court, à moins qu’elle danse, Douce est...

  • Partage, oh, Phaéton

    20 août 2016 ( #Art poétique )

    ... Demain n’épuise pas la volonté du jour ... Il est tellement de poésie dans le monde, Si discrètement déployée, partout, Comment se peut-il que la laideur l’emporte, Du moins dans l’apparence ? Creuse, creuse limier du réel Il n’est point temps de...

  • Une sottie, une liesse

    26 août 2016 ( #Autobiographie )

    Jan Steen (1625/26-1679) , La salle de classe, détail Après l’aubade du matin, Le cœur repus par ma détresse, J’avance, aux frasques du destin, Enamouré de ma paresse. Eh quoi ! Faut-il toujours bouger, S’agiter, bousculé sans cesse ? Je veux en cela...

  • Môle de l’absence

    25 août 2016 ( #Spiritualité )

    ... Cherche, vain histrion le radoub de ta voie ... J’ai éteint le dernier lampion des jours passés Dans les lueurs froidies du petit matin blême. C’est ainsi de nos fêtes bientôt désertées, Dans le joug retrouvé de notre solitude. Hier rejoint sans heurt...

  • Hiver sans nom

    28 août 2016 ( #La camarde )

    ... Nos corps vers la souffrance apprêtent leurs convois, / Nous sommes à jamais parades de l’effroi... Non, je n’espère plus rien dans l’éther sans dieux, La vaine camisole où sont esprits verbeux, Accablés de la crainte où mourir les domine, Se dupant...

  • Tout chargé de sa chaine

    13 septembre 2016 ( #Souvenirs )

    ... Je me vois cheminant ainsi vers ma géhenne ... Un petit oiseau pâle est là, sur le trottoir, Il trottine sans heurt, sans hâte et sans plaisir ; Un gros sac sur le dos il s’en va vers l’école Et tout son corps traduit la peine qu’il y trouve. J’étais...

  • Wir ruffen zu dir

    15 août 2016 ( #Autobiographie )

    ... Pater noster et Requiem Ne sont pour moi : « Et libera ! » ... Cela chantait à voix rugueuses « Maria wir ruffen zu dir » L’humble chapelle en résonnait, Les vitraux, je crois bien, tremblaient… Je ne sais quelles fois comblaient Ces cœurs où ce vain...

  • Futur sombre

    19 septembre 2016 ( #Fongus )

    …Je ne suis déjà plus, consumé en la flamme,/Qu’un éclair passager dans la nuit de l’errance… Cela me sert parfois, à refermer ma porte ; Je n’ai plus tant de temps pour le dilapider. Je dis « j’ai le cancer » et les gens restent cois, Surtout les importuns,...

  • Insigne

    18 septembre 2016 ( #Résilience )

    ... Voici ma main, ami blessé, / Ne puis que tendre ou bien donner ... J’ai fait un signe de la main À l’âme en peine qui gisait, L’ai cueillie, au bord du chemin, La renoncule à lui donner. Si tout ne peut se pardonner, − Il est tant de cœurs incertains...

  • Décadence

    20 septembre 2016 ( #Calembours )

    Jacobus Anglicus, Omne Bonum (Opusculum), 1326-1347) Aux temps anciens et décadents Où nul ne se brossait les dents, César avait, c’est décevant D’affreux chicots sur le devant. C’est ainsi qu’un jour l’empereur Tout édenté, tout en fureur Exigea d’urgence...

  • Colomb n’est plus

    22 septembre 2016 ( #Art poétique )

    ... Creuse toujours en ta cervelle, / Hors le papier, point de salut ... Qu’ai-je donc hier au soir écrit, Devant la digue du sommeil, Avant que la nuit m’ait repris Aux rôles d’un songe vermeil ? Qu’était ce ? Ebauche à la volée, Notée, griffonnée sur...

  • Mille frasques

    23 septembre 2016 ( #Calembours )

    Edmond Lavrate (1829-1888), « un grand nettoyage » Sans référence Ni préférence, Le révérend Au rêve errant ; En transe, étrange, Transi d’être ange, Estran sans danse Ni transcendance ; Entrant sans ordre En ce désordre Où religions Sont élisions ; Donc,...

  • Cales sèches

    10 février 2016 ( #Marine )

    Claude Joseph Vernet (1714-1789), Un port sous la lumière de la lune, détail 1. À belles dents, jadis, nous croquions la vie belle, Jeunesse, dans l’obscur, en sa vive étincelle Et notre écho sonore, acharné à se dire, Bruissait à tout propos, sans autre...

  • Frayeurs passées

    18 juillet 2016 ( #Enfance )

    ... Le drap me cachera-t-il là / Des bêtes qui font leur tracas, / Des pattes qui traînent là-bas... Dedans la nuit il y des bruits Qui craquent, croquent sous mon lit… Et puis ça frotte et puis ça fuit, Ça gratte, trotte sous mon lit. Dedans le noir...

  • Tour de piste

    31 juillet 2016 ( #Le temps )

    Gustave Doré (1832 - 1883), Les saltimbanques, détail Maigre enfant de la balle, Tu traines, tu trimballes Ta malle Qui brinqueballe. Où la vie Te convie Tu vas, en vis à vis De chaque humble parvis. Et tu jongles, Rubis sur l’ongle, Tu sautes, contorsionnes...

  • Vigueurs

    25 juillet 2016 ( #Amour )

    Pablo Picasso, (1881-1973), Couple, détail Nous nous sommes bercés d’une lueur profonde Aux rais de cette aurore montant de nos cœurs, Chavirés aux amours, enceintes mystérieuses. Nous avons cru, au jour, aux sommes impérieuses Qui levait en nos bras...

  • Farandoles

    28 juillet 2016 ( #Citoyen )

    ... Se sentir à l’abri dans notre pied-à-terre / En niant ce relent, qui nous monte à la gorge ... Vaquer de-ci, de-là, en avide noceur Et porter notre ennui à l’écran rallumé ; Bâiller, en ce festin qui sans cesse dégorge, Touriste en un pays crucifié...

  • Chanson de pluie

    10 août 2016 ( #Enfance )

    ... Nous voici sous le kiosque, ouste, il faut qu’on se pousse ! ... Hâtez-vous, les petits, courez, voici la pluie, Aux flaques ne trempez vos ripatons charmants : Sous la capuche, allez ! Cachez la boucle blonde, Aussi le frais minois ou la tendre frimousse....

  • En l’exil de ta vie

    11 août 2016 ( #Autobiographie )

    ... Qu’importe la victoire au lutteur assidu, / Le mal, toujours, remet son injuste couvert ... Voici : j’ai bataillé dans l’arène des mots. L’arrogant s’y exprime avec autorité, Comparse du puissant, il aboie, ce servile, Et se love, importun, dans la...