Top articles

  • Fleurs immatérielles

    15 septembre 2017 ( #Musique )

    ... Abreuvant d’idéal les fleurs immatérielles / Que j’esquisse aux frontons des rimes d’obsidienne ... Chanter, chanter toujours, malgré le mal en soi, Avancer, calme et droit, une note après l’autre, Là où la mort nous mène, au baiser de Charon, Sur...

  • Effarement

    25 septembre 2017 ( #Autobiographie )

    ... Je ne comblais personne et le savais déjà, / Lorsque j’étais petit ... J’ai commencé ma vie par un chagrin d’amour.Je n’étais pas celui qu’il aurait fallu êtreEt l’on m’a regardé croître sans joie. AinsiJe contemplais le monde avec effarement. Je...

  • Sans hâte et sans désir

    28 septembre 2017 ( #La camarde )

    Edward Munsch, (1863-1944), Auto portrait devant un ciel bleu, 1908, détail Tu voudrais espérer quand tout montre l’automneQu’au lieu de la déroute sombre et tourbillonneL’œuvre de tes reins ? Lorsque l’hiver approche,Au brutal apparat des souches, de...

  • La dupe

    23 novembre 2017 ( #Le temps )

    ... En perce, dans nos mains avides, / Le sable coule entre nos doigts ... Peu à peu dupe de soi-même, On s’échafaude un avenir, On dit je veux, on dit je t’aime, On croit bâtir ou bien tenir. Mais vivre ruine l’infini, Chaque jour en soi retranché Nous...

  • Sonnets de l’intranquilité

    02 octobre 2017 ( #Le temps )

    Vincent Van Gogh (1853-1890), Le bon Samaritain, d'après Delacroix, détail 1. Demain paraît si loin, quand nos hiers sont proches.Le poids des ans grandit et charge de reprochesUn cœur, qui se soumet à s’en faire raisonEt prend la nostalgie pour ligne...

  • Cannibales

    04 octobre 2017 ( #Citoyen )

    ... Et cette faim de soi, en notre âme farouche / Qui lance vers la nue un désir aux abois ... La chair tendre d’un arbre écoulée dans ma bouche En croquantes issues ; pommes sures, noisettes, Brisures, craquements, cerneaux, noix et noyaux : Offrandes...

  • Où passent les factieux

    16 septembre 2017 ( #Marine )

    ... Aux frontons délavés des falaises sans nombre ... Ma voix confidentielle encombrée de silence,Murmurée sans apprêt aux portes de l'absence,Se perd en mille échos confus comme de l’ombreAux frontons délavés des falaises sans nombre. Ainsi je suis l’errant...

  • Braise tiède

    22 septembre 2017 ( #Art poétique )

    Edgar Degas(1834-1917), L’Absinthe, détail Parmi les hommes suis le plus banal au monde Au silence il se peut que j’arrime faconde, Mais c’est par devers moi et, de mon chant secret, Nul ne veux ennuyer : je suis bavard discret. Au reste ces paroles,...

  • Parfait horizon

    06 octobre 2017 ( #Musique )

    In memoriam Nikolaus Harnoncourt (1929 / 2016 ) Il est de ces moments où l’on se sent ployer. C’est trop lourd, c’est trop dur ou cela fait trop mal, Et, tel en son terrier le chétif animal, On va se rencogner où frappe la douleur. Sans âge, sans partage...

  • Hasard d'une rencontre

    03 octobre 2017 ( #Portrait )

    George Wesley Bellows (1882-1925) Portrait d'un garçon, 1905, détail Ce grand garçon timide à l’air préoccupé, Adolescent songeur au doux regard d’enfant… Sous le voile abaissé de ses paupières closes, Je peins un lourd chagrin aux replis de son corps....

  • Au charlatan d’airain

    11 octobre 2017 ( #Autobiographie )

    ... Tu existas naguère au souffle qui est mien, / Toi, la proche inconnue séparée de mon sein... Quelque chose me trouble, en moi tremble soudain,Est-ce mon cœur qui doute en cet amour ancien ?Il était ma redoute aux ciels ultramarins,Oriflamme songeur...

  • La meute va bon train

    15 octobre 2017 ( #Citoyen )

    Jean-Baptiste Oudry (1686-1755), Chasse au loup, détail Quel front, jamais, se lève en notre abaissement,L’espoir n’est-il jamais qu’une vaste cimetière,Faut-il, en sont labeur, annihiler la chanceEt de quel chancre humain sommes-nous la victime ? Il...

  • Pluie d’automne

    27 avril 2015 ( #Enfance )

    Gustave Caillebotte, (1848-1894) Rue de Paris par temps de pluie, détail On s’achemine vers la pluie :Dehors tout semble morne et gris ;Même les ris, même les crisQue font en riant les petits Se perdent au loin comme suie.Les arbres seront parapluiePour...

  • Confusion

    17 octobre 2017 ( #Sensation )

    Wilfred Jenkins (1857-1936), Port sous la brume, détail Je me suis réveillé d’une mauvaise nuit, Maussade et tout peuplé de ma désillusion, Comme ce passager dans la brume du port. Accastillé, pourtant pareil à l’oiseau mort, Empli d’une trop vague ou...

  • L’imaginarium

    18 octobre 2017 ( #Art poétique )

    ... J’écris pour supporter le temps ... En l’aube j’ai mon scriptorium, Au petit jour m’y joint la muse, Et dans le calme en son calame, Grave, grave un vers envolé. Ici est mon joyeux tollé, Ribambelles je n’ai qu’à l’âme, En ces rôles mon graphe muse...

  • Humeur latente

    28 novembre 2017 ( #La camarde )

    Samuel Beckett, (1906-1989), auteur de "En attendant Godot" Un peu de moi, encore, en ces bribes volages,Un peu de mon courroux dispersé à tout vaEt ma vie qui s’écoule aux charrois du moment,Danaïdes, tonneau à jamais mis en perce. C’est de cette illusion...

  • Le miroir

    29 novembre 2017 ( #Le temps )

    Nicolas Régnier, (1591-1667), Jeune femme à sa toilette ou Vanité, détail Existe-t-on, vraiment, en dehors de nous-même Et le regard de l’autre est-il un pieu mensonge, Miroir aux vanités qu’inspirent nos egos ? Ainsi ne sommes-nous qu’un fantasme en...

  • Mort à l’ite

    02 décembre 2017 ( #Fable )

    Clovis Trouille (1889-1975) Le mandrill, 1934, détail Le tatouSans tabou Ni tintouinDu babouin Tatoué,Pas doué, Se déditDe l’édit Sans crédit,Contredit, Des mandrills− Entrent-ils ? Quel tabac !Ce débat Sans début̶ Quoiqu’on but À son butAu rebut. C’est...

  • Défaite de l’esprit

    19 octobre 2017 ( #Spiritualité )

    Caspar David Friedrich (1774-1840) L'abbaye dans une forêt de chênes, détail 1. La parole des dieux n’est qu’un vaste mensonge,Mots de pierre, gravés en des frontons pompeuxQui bornent l'agora de cet inconnaissable,Limite, au firmament, de nos craintes...

  • Pareil à une mer

    15 novembre 2017 ( #Amour )

    Egon Schiele (1890-1918), Les amants, détail Tout moites d’émotion, rouge, pâle, tremblant De la proximité de nos corps se touchant, Nus, comme déchiffrés par un regard aimant, Nous dansons lentement la danse des amants. La fougue et le retrait, la fugue...

  • Cantor

    16 novembre 2017 ( #Musique )

    ... Et je m’abreuve en lui, cataracte d’amour / Où je renais, humain devant le point du jour ... Souvent je viens à Bach un peu comme un noyé Et sa puissante main retient, au bord du vide Où je voudrais m’enfuir comme le dévoyé, Hors l’âme dévastée où...

  • Le papillon et la lumière

    24 novembre 2017 ( #Art poétique )

    ... Lors, de sa solitude il ne se plaindra pas / Il déteste l’éclat et le bruit de la fête ... Au cénacle des muses on distribue les prix :Circonspect, le poète, néanmoins contentSur une estrade nue paraît un court instantTimide gauche grand papillon...

  • Racines de l’exil

    16 juillet 2017 ( #Enfance )

    ... Je songe à tout cela devant ton corps gracile, / Enfant qui vient de naître et rit dans ton berceau ... 1. Le petit enfant dort et c’est une corolle,Frais pétales, jonchée dans son petit lit blanc,Murmures dans l’orée qu’il peuple me comblant,Son...

  • Ma simple quête

    08 décembre 2017 ( #Musique )

    Hendrick Martenszoon Sorgh (vers 1610-1670), Le joueur de luth, détail N’écoute donc pas ma chanson,Ne sont que vers de mirliton,Brise d’avril sur l’horizon. C’est là mon humble ritournelle,Las, ne lui cherche point querelleSi passe un jour en ta venelle....

  • La rumeur

    09 décembre 2017 ( #Sensation )

    Le Livre de Chasse de Gaston Phoebus, miniature (14ème siècle), scène de chasse, détail La rumeur a couru, aux lèvres, à mi-voix,On disait : c’est certain, je le sais, je le crois,C’est demain, c’est bientôt, c’est sûr, pourquoi douter ?Certes le cœur,...