Top articles

  • Aux redans des roches

    14 janvier 2017 ( #Spiritualité )

    ... Homme tu n’es qu’un peu d’étoupe, / Mirage issu de ta vision ... Qu’en sera-t-il de nos dégoûts, Quand sera vide l’écheveau ? Qu’en sera-t-il de nos parades, Et serments jetés à tout va ? À peine plus qu’un petit tas. De cendres. Quant à nos bravades,...

  • Jours mauvais

    17 janvier 2018 ( #Fongus )

    Stèle, XIème dynastie : Le roi Montouhotep reçoit des offrandes Il se cave parfois, pareil à une mine, Mon cœur tout délavé s’effondre sur lui-même Et je n’ai plus d’espoir, non plus que de rancune Et pas même la peur, juste un profond dégoût. Lors je...

  • Makamouré

    18 janvier 2017 ( #Calembours )

    ... Tes sons, met la dalle au six quarts, / Dès qu’on l’a faite aux lazzis roux ... 1. Isouléa là séoulée : Hasé, hasé mi confélé ! Rou zy laho féla condé Karsi, codala mésonté. Iponéma l’arzo monté, Calassalo quin fécondé, Miroumo, la, lasifélé Fala,...

  • Cœurs taiseux

    19 janvier 2018 ( #Musique )

    Georges de La Tour (1593-1652) Fumeur au tison Toutes les musiquesSont contenues dans le silence,De par la mémoire des hommes. C’est pour cela qu’il nous faut bruirePour en réveiller les échos. Horreur si un être se tait ! L’humble bestiole qui bourdonne,La...

  • Lacunes

    27 janvier 2017 ( #Marine )

    Antoine Léon Morel-Fatio, (1810-1871) Matelots serrant un hunier, détail Un chant de pacotille, issu de mon cœur blême, S’en vient trouver ma voix, aussitôt appareille, Nef au désir d’aimer que les embruns poudroient, Navire étrange et doux que l’horizon...

  • Recours

    31 janvier 2017 ( #Nostalgie )

    ... Oh, comme je voudrais à la source des jours / Remonter vers l’eau fraîche où baignaient mes séjours ... Retrouverais-je un jour ce lieu que j’ai quitté Qui m’est, comme l’aurore, un lieu d’éternité Et la douce lumière éclairant mon chemin Où mon âme...

  • Mon cancer et moi

    04 février 2017 ( #Fongus )

    ... Et si je dure un peu, c’est pour lui dire adieu ... À qui me demande « Comment ça va ? » que dire… « Ben, mon cancer et moi, ça va, ça va, ça va ; On fait ce que l’on peut, on fait de notre mieux… » Car mon cancer et moi on passe sous les cieux, Pour...

  • Érémitisme

    05 février 2017 ( #Fable )

    ... Je vais taire, l’ami / Le thé dans l’air émis / De Rémi la termite ... Rémi, le termite Ami de la mite Ermite, A la mi-temps Remis de son mythe Émit tant de mie Que l’amibe abimée, Dans l’abîme sémite Émiette, sommité, La muette Aménité De son thème...

  • Ivre de son mystère

    08 février 2017 ( #Spiritualité )

    ... Jonchées sous la ramée d'un rêve minuscule ... Une découpe brune sous un ciel d’acier,Pareille à l'échancrure où il vient s’appuyer ;Si proche et si lointain, à couvrir nos humeurs,Qui nous dérobe, ainsi, au regard des splendeurs. Jetée, dans l’infini,...

  • Chœur perdu

    20 février 2016 ( #Nostalgie )

    ... Il ne m’en reste plus qu’une tristesse grise, au jour décoloré dont je me sens floué ... L’expression familière et qui était la tienne, Sur ton visage, là, intact en ma mémoire, Mais désormais dissout, toi qui dors sous la terre Au sourire d’un autre,...

  • Bréviaire

    26 février 2017 ( #Amour )

    John Maler Collier (1850-1934), La mort de Cléopatre, détail Quelque chose de nous qu’on reconnaît en l’autreEt cette altérité qui nous parle de nous,La chair qui nous appelle et dès lors s’exaspèreAffamée des tiédeurs, des moiteurs et des cris ; Ce langage...

  • Comme une voile morte

    27 février 2017 ( #Névrose )

    ... Comme ce frêle esquif affamé de l’écueil / Sent frémir sous ses flancs des tourmentes épaisses.... Je ne serai jamais rien de plus que ce dol,Cette espérance nue déshabillée d’un rêve,Offerte sous le ciel à qui voudrait la prendre,Et qui meurt, exhibée,...

  • Creux rituels

    26 février 2016 ( #Art poétique )

    ... Mes contes ne sont que d’octets ... nuls tomes ou poudreux grimoires ... Ce soir, un peu découragé, J’hésite au seuil des mots dormant, La page frémit sous mes doigts, Le verbe à ma lèvre fredonne. Allons, c’est bon, je m’abandonne, Aparté, encore...

  • Plainte des vivants

    08 mars 2017 ( #La camarde )

    Katsushika Hokusai, (1760-1849), Prunier en fleurs, (détail) Tout comme les feuilles d’un arbreVont du printemps jusqu’à l’automneLas, rien n’est gravé dans le marbreOù l’éphémère papillonne. Le tronc qui porte ce branchageOù naît un jour la multitude,Aux...

  • Décillement

    09 mars 2017 ( #Art poétique )

    ... Prurit en cette peau que je navre en ma veille, / Et qui trouve en l’instant comme un décillement ... Seul en l’après-midi, devant l’ordinateur,Je cherche à ma pensée un ductile paraphe ;Ici passe un essor, où la muse peut être,Qu’en sais-je moi qui...

  • En l’oubli parvenu

    11 mars 2017 ( #Le temps )

    Calendrier Maya C’est pour tromper la mort que l’on compte les heures,Le temps n’est qu’un désir au champ de la conscience,Le retour de la faim, le retour de la nuit,Les lunes, les saisons, imposent un refrain. Par le calendrier on se fabrique un frein,Demain...

  • Une odelette

    03 mars 2016 ( #Art poétique )

    Charles Lucien Léandre (1862–1934), caricature d'Emile Zola Je suis le sujet de moi-même, Et mon propre terrain d’étude, Ma lice, aussi mon théorème En la plus grande solitude. Je m’observe et me persécute M’ausculte et parfois me dissèque, Au langage...

  • Ces vers lents à l’envers

    09 mars 2016 ( #Calembours )

    C'est renversant ! Chez les aborigènes on gêna, dès l’abord. Chez les catéchumènes on mène à quatre écus, Et ces énergumènes énumèrent les grumes. C’est là qu’à l’acacia, hélas, scia le cassis. Homme, se meut l’émeu si s’immole le môle, Carissimi s’y...

  • Recrues

    11 mars 2016 ( #La camarde )

    ... Et, pérorant en nos déserts ... D’un vaste chœur mélancolique, Egarés dans le firmament, Séparés, nous allons vaguant, Inconsolés, meurtris, diserts. Et, pérorant en nos déserts Inerte fétu divagant, Induit du verbe qui nous ment Passe notre ego famélique....

  • Miroir brisé

    20 mars 2016 ( #Résilience )

    ... Un miroir brisé sur les chemins de l’aurore n’est plus qu’en une myriade d’éclats ... L’enfance est le lieu De l’intensité absolue des émotions. Ainsi un enfant triste est-il affreusement triste, Même si ce n’est que pour une poignée de seconde. Et...

  • Où l’on se lie

    08 avril 2016 ( #La camarde )

    Théodore Rousseau (1812–1867), Un marais dans les Landes, détail 1. Lentement, quoique à petit bruit, La vie, la vie nous éparpille, Nous sasse, nous trame, nous pille, Et par le manque nous construit. Ainsi sommes-nous dans la perte, Chaque jours prend,...

  • Fleur de sel

    10 avril 2016 ( #Nostalgie )

    ... Même le souvenir se détruit peu à peu ... J’ai vu ce vieux parent, qui n’est plus qu’un fantôme, Absenté de lui-même aux rives de carence, Et je sais qu’il est proche, le temps des adieux. Toi qui fus une borne, en ce passé lointain, Vers laquelle...

  • Olympillage

    20 avril 2016 ( #Fable )

    La légende de Prométhée, sarcophage, art hellénistique, IIIe au Ier siècle av. J.-C. Athéna Son antenne a, Jupiter Sans jus, s’y terre, Et Héra Y erra. Mars Y marche, Et si Hercule N’y recule, Vénus Y est venue. Poséidon N’en fit un don, Si Prométhée...

  • À l’ancre des cancres

    26 avril 2016 ( #Enfance )

    C’est pas pour sardines, sire, qu’on se radine ici, mais pour les céréales, à deux c’est un régal ! Mate, hein, de bon matin, Même s’il fait mauvais, Dit le poltron, miné, On se lève, sans trêve, Après un dernier rêve. Et, de son bon pied droit, ( Car...

  • Douloureux arpète

    29 avril 2016 ( #Névrose )

    Michelangelo Buonarroti (1475-1564), Chapelle Sixtine, le jugement dernier, Charon, détail J’ai vêtu mon désir d’une rime obsolète, Mais j’en suis le vaincu, le douloureux arpète, Je n’ai vécu, ici, prête-nom du réel, Que la douce embellie d’un songe...