Top articles

  • Môme, mie

    12 décembre 2017 ( #Amour )

    ... Que suis-je, tiens, une momie, / Qu’a perdu sa môme, sa mie ! ... Où ai-je misMa douce amie,Ma moitié, ma belle, ma mieQue j’aime bien plus qu’à demi ? Où l’ai-je mise,En sa chemise,Ma promise,Chère insoumise ? Son rendez-vous l’ai-je remis ?En quelle...

  • Clapotis

    29 janvier 2017 ( #Marine )

    … « Il faut tenter de vivre… », nous dit un poète … Il faut hisser, morose, un pavois sur sa peineEt vogue la marine où bon semble le vent ;L’amertume et la mer vont ensemble au levant :La vague et l’aviron sont de même carène. À soi-même multiple, en...

  • Passementeries

    13 décembre 2017 ( #Art poétique )

    ... Ce ne sont, il est vrai, qu’autant de menteries ... / Dérisoires atours et passementeries ... Songent ces mélodies, en moi, comme des fleurs,Il me faut les cueillir pour humer ces parfums,Et puis, dans mon herbier, coucher ce souvenirEn un lacis de...

  • Adieu les jours

    15 décembre 2017 ( #Fongus )

    ... Adieu bals et flonflons, / Adieu la vie, adieu les jours ... Sur mon prochain gâteauD’anniversaire, disEn guise de bougies,Ne mettrait-on des cierges ? Autant que nous pourrons,Nous y essouffleronsEt soufflerons, en rond,À perdre notre haleine. Puisque...

  • Passereau

    29 octobre 2016 ( #Sensation )

    Albert Hartweg, Appel de lumière, aquarelle (détail) Un peu de moi offert au seuil du néant bleuEn ces parures d’ombre où nait la blonde aurore,Un peu d’éternité rêvée sous la lisièreOù l’horizon, chimère, inscrit son liseré. Je ne suis rien de plus que...

  • Séquelle

    03 février 2018 ( #Art poétique )

    Je meure en ma demeure à ressasser mon doute, Ainsi l’humble veneur au seuil de sa déroute ; Ma courre n’est qu’un rêve insu des frondaisons Une meute de rimes nues mes oraisons. Vous saurez quelque jour où furent mes corolles À moins que dans l’oubli...

  • Douve

    23 février 2018 ( #Sensation )

    Douve au pied de la tour où guette désarroi, Où le vain troubadour au mitan de ma peine De son luth impuissant fait vibrer la corolle, Mauvaise fleur d’ennui qui bruni sous le gel ; Oh, de l’hiver viens-t-en épuiser dol cruel Et de son joug venteux, où...

  • Inhumaine sentence

    23 mars 2018 ( #Fongus )

    Ainsi tu me trahis, mon corps, vieux compagnon,Tu faillis désormais à porter ma pauvre âme ;Pareil au prisonnier au sein du noir donjonJe ne suis plus qu’un cri que la douleur proclame. Et je hante la nuit de mon dol misérable,Carillon du malheur au beffroi...

  • À force de gésir

    18 octobre 2015 ( #Résilience )

    En moi la lune noire imprime son déchant,J’aime la nuit propice à dissoudre ma voieEt, dans l’ombre, je sais l’onde en la moire obscureAux reflets de mes yeux béants d’immatériel. Et même dans le jour, à regarder le ciel,Dans la mélancolie que le doute...

  • Où se cavent mes jours

    16 décembre 2017 ( #Névrose )

    Léonard de Vinci, (1452-1519), un guerrier, détail Une faim rôde en moi toujours, qui se réveille,Métaphore au désir inassouvi sans cesse,Pareil à ce fossé, en ma chair écalée,Que creuse la psyché au redan de ce corps. Je voudrai rompre enfin ce lien...

  • Où nostalgie creuse

    05 juillet 2018 ( #Nostalgie )

    Non, surtout ne prend pas la pose, Reste ainsi, la lèvre mi-close, Intacte, au jardin, telle rose. Souvenir est une fragrance, Un lieu, au pays de l’enfance, Où demeure un ciel, une errance. Non, surtout ne cueille, boudeuse, Un remord en la rive heureuse,...

  • Gît, vrai givré

    11 juillet 2018 ( #Calembours )

    Le capitaine des mots, grand découvreur d’épaules,Des mères aux céans nie que lenteur éthique.Mais comment donc ? Char qu’eau n’est pour coup appât. L’épaisse dit que si on laisse qui mot, hue, ski !C’est inouï te disent ces berges. La banque, exquise,S’est,...

  • Chasse-marée

    14 mai 2014 ( #Marine )

    Mon armada de mots, au port de mon angoisse,Lève l’ancre, céans, frise où la mer se froisse,À l’encan de ma vie, quotidienne imposture,Errance aux vents épars, tresses en sa mature. Mes voiles, songeries, mon pavois d’infortune,Du beaupré qui frémit jusques...

  • Les sanguinaires

    06 août 2018 ( #Citoyen )

    Au fond de sa psyché règne le goût du sang :L’homme est un prédateur, parcourant son histoireLes armes à la main, affamé de massacres,De rapine et de viol, excité par la prise. Barbare est notre essence, et notre humanitéN’est jamais que ce don de détruire...

  • Intissé

    05 avril 2014 ( #Spiritualité )

    Je suis de ce tissu fait de mailles lâchées, Telle toile tendue sur un cadre disjoint Par un peintre vulgaire, sans art et sans dessein, Prisonnier d’un mensonge aux chaînes du paraître. À battre mon rappel lorsque siffle le maître, Répétition du jour...

  • Soif de mordre

    15 septembre 2018 ( #Fongus )

    D’une douleur de plus, ce soir j’ai l’âme en berne, Allons, il suffira pour attendre la nuit. J’ai tant d’appels anciens pour colorer mon bruit Tant de frayeurs enfouies en ma vieille giberne. En perce, de l’espoir, la futile citerne : Nous avons soif...

  • Fille des quatre saisons

    19 septembre 2018 ( #Amour )

    à mon amour... Ils sont passé comme de l’eau,Comme du sable dans nos mainsCes trente années, t’en souvient-il ?Notre belle ardeur juvénile… Et me voici, navire à quai,Sans plus la force de souquer,Mes voiles aux vents, délacées,Battues, dans l’aube, effacées....

  • Aliénation

    24 septembre 2018 ( #Portrait )

    Il disait qu’il avait la casquette en béton ;Précautionneusement mouvant une idée molle,La paupière bouffie qui, vaguement, sommeilleAlourdies sur un œil qui s’entrouvrait à peine. Les lendemains de cuite et l’humeur incertaineIl baignait aux relents...

  • Lulu complu

    26 septembre 2018 ( #Calembours )

    Le ludique LuluRoi des hurluberlusQuoiqu’il l’eût la berlueN’hurle plus qu’il l’eut eue. Ainsi tu le LuluNe fait plus de chahut,On le su, le bahutEn reçu le surplus. Bien qu’il fut rééluSans un pli ne lui plûtQu’on fit récit confus ; Et d’un fût sans...

  • Calme, dans la lumière

    27 septembre 2018 ( #Art poétique )

    Enchaîne , vers la joie, ta versification,Offre à l’instant donné, aux saveurs de l’appeau,La prime et verte essence évadée du flutiau,Sans chercher rien de plus que le tendre et le beau. Il sera temps, un jour, de penser au tombeau,Laisse ta morne humeur...

  • Face aux mille couleurs

    28 septembre 2018 ( #Citoyen )

    Quelque jour nous déserterons les creuses villes...Elles sont comme sont les trous noirs en l’espace,Absorbant toute vie, brûlant toute lumière,Agrégeant en leurs seins un amoncellement. Ce n’est plus qu’un halo dans un vrombissement,Une fureur exacte...

  • Un ris s’en vient d’éclore

    01 janvier 2017 ( #Fongus )

    ... Allons, d’un pas de plus, traçons, ultime jeu, / Une improbable sente où mon cœur s’encorbelle ... Puisqu’il faut que j’attende, en la tombée du jour Sans trop savoir enfin si demain sera là, Si l’avenir prospère au rebours de la nuit, Si l’achéron...

  • Celphone

    08 janvier 2017 ( #Portrait )

    ... Et ce flot de verbiage abroge la personne ... Elle est seule, elle est gaie, parle pour elle-même, Vaguant à petits pas sur le quai de la gare, Au milieu des gens, comme au milieu de choses, Elle n’est qu’un ego dans un désert de songes. Elle parle...

  • Les dix lexiques

    11 janvier 2018 ( #Autobiographie )

    ... « Tu as les dix lexiques », lui a dit son papa ... « Li y a un problème avec cet enfant là ! »Dit le maître perplexe en fronçant le sourcil ;Li souligne, vermeil, la faute récurrente Et le montre du doigt à la classe, méchante,Qui moque le gamin,...

  • Vermine

    13 mai 2014 ( #La camarde )

    Ce masque de carnaval morbide n'est qu'un asticot, vu de très, très près... Un asticot jaloux de mon rire mortel S’en vint se balader entre lèvre et gencives Y cherchant le secret qui me faisait chanter. Hélas, j’étais crevé et pour toujours je crois...