Top articles

  • Désirs

    15 janvier 2018 ( #Amour )

    ... la quête ignorée des bruyantes amours / Qui versent en ton Graal mon trouble et mon émoi ... J'aime à ébouriffer la touffe ténébreuse,Pour sentir, sous mes doigts, la rose à peine éclose ;Puis apposer ma lèvre à la lèvre insoucieuseOù coule l’ambre...

  • Distraite sentinelle

    16 janvier 2018 ( #Art poétique )

    ... Et je trace hors de moi, distraite sentinelle, / Le secret apparat de ma rive mortelle... Une clé pour ouvrir la barrière du songe,La fatigue ne peut, tandis que je m’allonge,Suffire à me conduire en la pente du rêve,Un poème souvent m’y surprend...

  • Au soir quotidien

    14 janvier 2018 ( #Citoyen )

    Pieter Brueghel l'Ancien (1525-1569) Le repas de noces (1568), détail Mais, tout seul, on n’est pas grand-chose,Qu’un individu dans sa glose,Radoteur de billeveséesAu vide du sens dispersées. On vit dans son ressassement,Pareil à un effacement,Dans le...

  • Larmes

    13 décembre 2015 ( #Enfance )

    ... Par la fenêtre où j'ai rencontré votre peine ...Tu aurais vu couler les larmes de ta mère ... Par la fenêtre ouverte, où la lumière entrait,J'ai laissé mon regard, indiscret promeneur,Surprendre votre voix qui chantait doucement ;Tandis que votre...

  • Dans le sel de l’instant

    20 janvier 2018 ( #Spiritualité )

    ... Je suis l’absence nue au seuil équidistant ... Je suis la fleur d’oronge qu’un songe accapare, Et je demeure en moi dans le sel de l’instant, Prêt à m’évanouir en vapeurs sous le ciel. Proche entre l’onde, fronde, et le superficiel, Dans le dire plutôt...

  • En l’ombre qui m’invite

    19 septembre 2017 ( #Résilience )

    George Bellows (1882-1925), Paddy Flannigan, détail Si je songe à l’enfant trahi,En moi s’épanche un lourd chagrin,En mon sein, où murit ce grain,Comme un souvenir me salit. Je n’ai nulle réminiscenceD’avoir été cet abusé,Pourtant je sais cette nauséeQui...

  • Chiffe

    23 septembre 2017 ( #Spiritualité )

    " ... Tel chiffe dérisoire Dans le néant notoire ... " Dès qu’on parle on s’invente. Et ces mots que l’on tente Pour habiller nos jours Du même vain discours ; Mensonge, vil satrape, Illusion qui s’épate À force de miroir Où il n’est rien à voir ; Ressassé,...

  • Glose d’espérance

    26 septembre 2017 ( #Fongus )

    ... Le corps en berne, cœur en perce, l’âme folle / J’immole mon poème aux travées du non-dire ... En vérité cela est bien triste à mourir,Tel l’« Usque ad mortem », d’une antique prière :Quand ce n'était qu’un mot, désincarné et vague.Frileusement réduits...

  • O sapientia

    30 septembre 2017 ( #Calembours )

    ... Ainsi j’aime au logis, / Où l’estime, en lot git, / Mon étymologie... L’ancien « sapience »A donné patience,Mais pas science. ÉtrangeFrange. Quand le linguiste éthiqueTique en sa linguistiqueLe codexA l’index Sans plus d’appendiciteSon appendice cite....

  • en mon humble réduit

    05 octobre 2017 ( #Sensation )

    ... Pour l’heure ai l’esprit gai ... / Je savoure d’un trait, / Ce bonheur incongru dont je me sens guérit ... Il me vient ce matin l’onde à l’humeur légère, Attablé au clavier de la machine à dire Mes doigts volent sereins, heureux dans la pénombre,...

  • Antériorité

    09 octobre 2017 ( #Musique )

    ... En cette épure douloureuse / Invoquée par le firmament ... En moi se mouvait la musique, Elle était la chose première Mais j’ignorais alors son nom, Présence intime à toute errance. Avant de naître en cette enfance, Avant que d’être ce prénom, Forme...

  • Fourches caudines

    10 octobre 2017 ( #Le temps )

    ... Et, dans le doute de l’instant, / Toute complainte n’est qu’un râle ... J’ai interjeté mon appelEn l’instance outrée de la nuit,Mais je fus débouté : cruelEst le synode de l’ennui. J’irai sans doute en cassation, Épuisant mon dernier recours,Et dans...

  • Lices de l’absence

    12 octobre 2017 ( #Art poétique )

    Licteur, musée archéologique de Vérone, © José Luiz Bernardes Ribeiro Je n’ai su faire ici tenir cette rengaine,J’y reviendrai demain pousser mes chansonnettes :L’air, je le sais déjà. Et ma libre paroleY saura s’engouffrer ainsi qu’en sa caverne Un vieil...

  • En la rade étrangère

    14 octobre 2017 ( #Autobiographie )

    Fernand Pelez (1843-1913), La Vachalcade 1896, détail Je vois le déplaisir peu à peu s’inviterAux berges de ma vie qui aperçoit son terme,En cet espace, friche, où la vieillesse meutSon tracassin amer qui boite au lendemain. Voici, le jour proscrit s’échappe...

  • Les syllabes

    25 octobre 2017 ( #Enfance )

    Année scolaire 1965-66, école Emile Zola, rue René Viviani à Montluçon, mon livre de lecture... L’odeur est un puissant ressort à la mémoire.Souvent nous retrouvons l’instant, enfoui, secret,Qui nous rend l’émotion de la petite enfanceLorsque, au-delà...

  • La ronde de nuit

    28 octobre 2017 ( #Portrait )

    Fernand Pelez (1843-1913) Grimaces et misères ou les Saltimbanques Je suis affamé de visages. Ainsi, dans les livres d’images, En noir et blanc je cherche trace Des rives où le cœur prend place. Il n’est ancien le temps d'antan Où, de l’humble, on fige...

  • Tant de fois tombé

    15 avril 2016 ( #Le temps )

    ... Nihil, non avenu, atone et presque informe ... seul devant l’inconnu et prisonnier du temps ... Et voici que je pousse un peu plus loin ma peine,C’est un effort de plus en la rive concrète.Combien de jours, déjà, de ma détresse ont fuit,Combien de...

  • Objets d'un désir

    07 novembre 2017 ( #Fongus )

    Vestige pétrifié d'un habitant de Pompéi, suite de l'éruption du Vésuve en l'année 79 Le passé s’amenuise, ainsi va le présent Quand l'avenir est mort au jour omniprésent ; Mon cœur y bat sa coulpe aux moires de mon âme, Je suis cet ego las, que ne tient...

  • Pour nos ailes lisser

    08 novembre 2017 ( #La camarde )

    Jean-Baptiste Greuze (1725-1805), Vieillard et enfant, détail On ne sait pas que l’on varieC’est le miroir qui nous l’apprend,Au paradoxe qu’il nous tendD’une âme, en l’être, en vain marrie. Ce que je fus hier n’est plus,Corps d’enfant puis corps de vieillard,Et...

  • Le pâtre et le mulâtre

    10 novembre 2017 ( #Calembours )

    Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), Pâtre jouant de la flûte, bergère l'écoutant, détail De la vive avenue D’où la vie m’est venue L’aveu nu de l’avis Lave aux nues le parvis. De la rive ingénue De la rime menue La gêne émue s’arrime Le gène mu, là, trime....

  • Une pinte

    12 novembre 2017 ( #Autobiographie )

    ... Ouais, ben cause toujours en tes vapeurs d’absinthe ! / Poète ? Belle affaire ... Je veux une élégie sonnante et trébuchante : « Dis-moi, ça paye un peu, les choses que tu fais ? Toutes ces poésies, sur le net, tu y gagnes, Es-tu un peu connu ? Au...

  • Le croupier

    13 novembre 2017 ( #Citoyen )

    Amédée Charles Henri de Noé dit Cham (1818-1879) Un mauvais joueur, détail Chaque vie est un coup de désDans la grande main du hasard.Certes, mais qui les a pipésPour en faire ce traquenard ? Ont-ils du sort mérité mieux,Tout ces puissants, tout ces chanceux,Les...

  • Étiage

    08 août 2017 ( #Sensation )

    ... Je me sens étranger du lieu même où je suis, / Nul et non avenu ... Il sera temps bientôt de plier mon bagage,Et, déjà sur le quai, je regarde passerAutour de moi ces gens qui semblent se hâter,Projetant, sans cesser, un désir hors d’eux même. Suis-je...

  • Biscottes

    01 mai 2017 ( #Souvenirs )

    ... Quand je croquais l’âge enfantin / Avec mes tartines de pain ... Grand-père n’avait plus de dent…Comme je n’étais pas prudentGamin, suçotant mes bonbons,Croquant le sucre et grignotant ; Alors que, dans bien peu de temps,J’aurai rejoint, vieilles...

  • Morte élégie

    12 mai 2017 ( #Portrait )

    ... Elle pépie toujours et jase et se répand, / J’en ferais un portrait, quelque jour, en chanson ... Face à cette bavarde, impossible d’écrire.J’essaye vainement de rassembler mes sons,Musique d’apparence en mes charrois divers…Mais non, las ! Rien à...