Top articles

  • Greffon

    04 juillet 2016 ( #Névrose )

    ... Muette vérité plantée tel un beffroi ... L’arbre est un minéral en la ville, greffon De par les rues, muré par le pavé servile, Muette vérité plantée tel un beffroi. L’homme y paraît, ténu. Comme il tremble de froid, Paré de ses remords ! En l’asphalte...

  • Ébauche

    13 juillet 2016 ( #Spiritualité )

    Image extraite du film « Amadeus » de Miloš Forman (né en 1932), sorti en 1984 Nous saurons un beau jour, enfin, ce que nous fûmes, Aux seuils azuréens, quand se délacera Ce fil qui nous rattache à la terrestre écorce. On ne vit pas vraiment, on se laisse...

  • En la physique nue

    20 juillet 2016 ( #Autobiographie )

    Le Caravage, (1571-1610), La diseuse de bonne aventure, détail Ici sont advenus de vigoureux propos, Le vers, en cet estran, me laisse sans repos, Tant de choses en moi, vil chevet de la muse, Paraissent à ma voix qui m’est comme une intruse. J’étais...

  • Orphée aux abysses

    22 juillet 2016 ( #La camarde )

    Le requin lutin (découvert en 1898) dans La fosse des Mariannes, -10 994 mètres L’eau est un autre monde, elle n’est que surface, On ne sait rien jamais des vastes profondeurs, Abyssales noirceurs hantées d’un monstre affreux Où l’humaine pensée récuse...

  • Ce qui meurt en l’instant

    29 juillet 2016 ( #Sensation )

    ... Une plainte ou un cri, un mouvement grégaire / D’une racine qui jamais ne se libère ... Les frondaisons, parfois, bruissent comme la mer Dans ses embruns, au loin, gémissant sa misère ; Un grand vent les tourmente en balayant la terre Chaque feuille,...

  • Oiseau mort

    01 août 2016 ( #Spiritualité )

    Gisant d'Agnès Sorel (1422-1450) Serais-je celui-là dont la fougue, lassée, Au soir mélancolique disant : « c’est assez ! » À la vague naissante, au point de non retour, Se laissera glisser sans fugue ni détour ? Pareil à ce gisant qu’importune la lune,...

  • Devenir

    15 novembre 2016 ( #Spiritualité )

    ... Échoué vers l’horizon, je ne pourrai que taire / En ma chair corrompue, cette langue de terre ... Où serai-je demain, lorsque cette matière Aura cessé de vivre ? Lorsque, en un désert, Laissé à l’abandon, étrave d’un navire Échoué vers l’horizon,...

  • Incandescence

    03 août 2016 ( #Amour )

    Roméo et Juliette, ballet de Sergueï Prokofiev(1891-1953), d’après Shakespeare Comme un petit garçon au bras de sa maman, Ce grand gosse pubère tient l’amour par la main, Le premier sûrement, fillette à peine mûre Qui s’est donnée à lui au ciel adolescent....

  • Déclin de l’aurore

    06 août 2016 ( #Sensation )

    ... Au crépuscule amer décline toute aurore ... Novembre est arrivé et la maison frissonne. L’automne, jusque là, s’était montré clément, Déjà l’hiver prend poste sur le gréement, Déjà mon âme au creux de son remord tisonne. Chaque rigueur nouvelle étrille...

  • Morte saison

    13 août 2016 ( #Spiritualité )

    Charles-François Daubigny (1817-1878), Soleil couchant, détail S’en vont mes songes rutilants Au pays de morte saison, Espérance viendra demain M’en porter d’autres, des plus grands. Et lors j’irai vers les couchants Avec mon âme dans mes mains, Les yeux...

  • Indédicace

    16 août 2016 ( #La camarde )

    ... Quelle pauvre lueur, en la noirceur extrême, / Que le chant incertain et vague du poème ... Que dire à cet ami que le chagrin détruit, Quand le mal assassin a vaincu l’espérance ? Lorsque, dans la souffrance, à la porte du deuil, On voit, non pas...

  • Les Italiens

    10 février 2015 ( #Souvenirs )

    Giuseppe Pellizza (1868-1907), le quatrième état, détail Ils parlaient tous les deux avec un fort accent, Et la langue italienne à leurs lèvres chantait Encombrant leur français de formules bizarres. Ils cultivaient jardin à coté de mon père : « Ce sont...

  • Sotto voce

    21 août 2016 ( #Musique )

    ... Mille voix sans visage implorent l’émotion / Qui vibre, chanterelle au bord de la passion ... Pourquoi donc une voix émeut-elle à ce point Notre âme qui s’étanche à des lèvres, au loin, Entrouvrant une veille où le mal se dissout ? Aria déchirante...

  • Rimailleur

    27 août 2016 ( #Art poétique )

    ... La feuille morte est à Prévert / L’automne à ceux qui ont le temps ... Dans le beau jardin qui foisonne Sur un banc, l’heure après midi, Par un beau jour doré d’automne Amer, un poète a écrit. La muse n’était pas loquace, « Un vers sur deux », a-t-elle...

  • Engeance

    30 septembre 2016 ( #Citoyen )

    ... Tel un mouflet rageur, crasseux et immature / Dans l’eau pure, insouciants, déversé notre fiel ... 1. Et, toute honte bue, sans art et sans mesure, Nous avons épuisé, dilapidé la terre, Élevant notre rut à l’encontre du ciel. Pillant, en le navrant,...

  • Ultime épitaphe

    01 octobre 2016 ( #La camarde )

    Hugo Simberg (1873-1917) Le jardin de la mort, 1896 1. Je suis un peuple de hasards Habité de mille rencontres, En moi meurent tout ces regards Au fil acéré de nos montres. Voyez le chantre dérisoire, Aède seul que nul n’entend, Qui rassemble en vain...

  • Mauvais sang

    03 octobre 2016 ( #Calembours )

    Rembrandt van Rijn (1606-1669) Leçon d’anatomie du docteur Tulp L'art se terre en la fée morale Même en l’artère fémorale, Et ma veine se cave Même en la veine cave. Si l’ave n’est accorte, Non, sur la veine aorte, Nul ne conjugue en l’aire Sur cette...

  • Hâbleur solaire

    10 janvier 2017 ( #Le temps )

    ... Ce qu’il fut ce menteur déjoué par l’automne / Qui, d’un voile de brume, habille sa clarté ... Ce que fut le soleil, aux niches de l’été, Quand sa fureur blondit aux champs des canicules, Où sa splendeur culmine et fulmine en langueurs Aux perles...

  • Morte aiguille

    13 janvier 2017 ( #Nostalgie )

    ... Je sens une marée de désespoir diffus / Etreinte dans mon âme éconduite et lassée ... Altérité diffuse au chemin du passé, Je retrouve des lieux que je ne connais plus, Les sentes d’autrefois sont un regard perdu, J’erre, réminiscent, amer et compassé....

  • La lecture

    15 janvier 2017 ( #Enfance )

    Francesco Bergamini (1815-1883), La leçon, détail Le cours élémentaire entonne la leçon. Be, A : ba, Pe, A : pa. Le maître à sa férule Indique, traits de craie, tracées sur le tableau, Les jambes et les boucles. Tantôt, sans erreur, Avec le porte-plume...

  • Myriades

    16 janvier 2017 ( #Résilience )

    ... L’oubli de cette inaccessible perfection / Où git l’aube inédite et l’homme en réflexion ... Petit gamin, déjà, je pensais à la mort. Est-ce bien naturel en l’âge tendre, encor ? Couché contre ma mère, étendue près de moi, Je me disais « maman, surtout,...

  • Fils de l’obscurité

    22 janvier 2017 ( #Art poétique )

    Fernando António Nogueira Pessoa (1888-1935) Car tout auteur de l’ombre n’est qu’ombre d’auteur… Crier dans un désert d’affreuse solitude, Est pareil au silencieux seuil de l’hébétude, Tel un chant qui se perd en un bruit de moteur. Oyez le pauvre accord...

  • Au Vieux-Voisin

    25 janvier 2017 ( #Souvenirs )

    ... Un hameau de quelques foyers / Où la route se finissait ... J’aimais aller au Vieux-Voisin, Chez la douce tante Renée, Ma marraine et Jo, son mari. C’était une grande maison Dans le calme bonheur des jours, Un hameau de quelques foyers Où la route...

  • S’il n’est rien qui demeure

    26 janvier 2017 ( #Fongus )

    Ivan Shishkin,(1832-1898), Vieux arbres tombés, détail Me quitteras-tu donc, canaille qui me tue, Ne me laisseras-tu pas le moindre répit, Fouaillant ma chair grenue au repli de l'organe, Pour laisser, dévastée, l'intranquille espérance ? Je traîne mon...

  • Plus changeant que les marbres

    03 février 2017 ( #Autobiographie )

    ... Tout m’y rejoint, granit plus changeant que les marbres ... Du bois de notre peau jusqu'à la chair des arbres Il est peu de distance. Au vieux pays Creusois Je sais plus d'un ancêtre que j'ai enlacé, Jadis en mon enfance ; à se tenir debout, Plus...