Top articles

  • Argiles

    21 septembre 2016 ( #Souvenirs )

    ... Alors, sans le savoir, je puisais l’espérance ... J’ai connu, autrefois, un lieu calme et paisible Où la douceur de vivre inondait ma jeune âme, En sa fragile enfance. Et ce lieu sur la terre Etait un chœur, au monde, une ample symphonie, De nos humbles...

  • Sentes éternelles

    25 septembre 2016 ( #Amour )

    Oeuvre de George Lundeen, (né en 1948) Museum of Outdoor Art, à Greenwood Village, Colorado Les filles sont jolies, vives comme une flamme Et les garçons rieurs les poursuivent d’œillades : C’est le printemps vainqueur du chœur adolescent, Moqueur, dont...

  • Qu’est-ce qui se dénoue

    27 septembre 2016 ( #Citoyen )

    ... Rien, ici, qui nous comble et nulle part la joie ... En contrepoints des roues des trames ferroviaires Se balance une orée de doutes, d'étrivières, Quotidien grevé de notre incertitude Obsidienne, vision d'une morne hébétude. Ainsi l'on va son train...

  • Evadée du silence

    29 septembre 2016 ( #Art poétique )

    ... Et, lorsque tout s’immobilise / Mon âme libre enfin s’envole ... Je réinvente le silence Aux lisières que font les cieux, Courbe, ma courte parabole, Evanescence en la nuit bleue. Et, lorsque tout s’immobilise Mon âme libre enfin s’envole Plane, s’évade...

  • L’estran

    07 mai 2016 ( #Calembours )

    ... Lettres en râlant du hêtre allant, l’estran nageant, sage, au Latran ... L’étrange élan de l’angélus Être, ange élu, le ranges-tu ? Lettres en râlant du hêtre allant, L’estran nageant, sage, au Latran. Oh, rage, outrance où tance tant À ce forage...

  • Convulsion

    09 mai 2016 ( #Citoyen )

    ... Protagoniste insane de son propre leurre l’humanité gémit hâtant sa propre fin ... Se pourrait-il demain que la planète meure Malade des humains, comme un grand corps malsain, Vomissant notre espèce en une convulsion ? Le soleil mangera notre terre...

  • Miroir des âges

    10 mai 2016 ( #Le temps )

    Pablo Picasso, (1881-1973), fille devant un miroir, 1902, détail On ne sait pas que l’on grandit, C’est le miroir qui nous le dit. Mais, peu à peu, sous notre veille, Et dedans la malle aux merveilles, Les habits deviennent petits. Nos bras, nos jambes,...

  • Humble dévotion

    30 juin 2014 ( #Fongus )

    Le mausolée de Brec'h, "Hic Cecide runt" Si je ne reviens pas de mon prochain voyage, Puisque je vais auprès de l’Hadès entrouvert, Puisque je vais toiser les rives d’Achéron, Puisqu’Orphée, de son chant, ne saurait m’en extraire ; Si le néant, demain,...

  • Le chant de l’écritoire

    12 mai 2016 ( #Résilience )

    ... Rageur, biffant, griffant ma page de ratures, j’intime ma prouesse insigne et dérisoire ... À moi-même, parfois, je viens chercher querelle, Maussade et maugréant, comme un enfant blessé Et, dans l’abri du jour, intimement froissé, Je viens lécher...

  • En l’horizon distant

    15 mai 2016 ( #Le temps )

    ... je rassemble, débris, Celui qu’hier je fus, et qui s’est dispersé ... Au renouveau épars que le matin m’apporte, Je cherche à renouer les fils de ma mémoire ; Dans ma chambre d’ego, je rassemble, débris, Celui qu’hier je fus, et qui s’est dispersé....

  • Usé jusqu’à la corde

    18 mai 2016 ( #Souvenirs )

    ...J’aurais, les yeux fermés, reproduit ses dessins / Que j’avais transformés, en mes propres desseins ... C’était un vieux tapis râpé par les usages, Sans doute poussiéreux, élimé aux passages Et mangé, j’imagine, au moins jusqu’à sa trame. En ma chambre,...

  • Gamine

    04 juin 2016 ( #Amour )

    ... Jamais je ne m’en rumine, / Et jamais ne m’en plaint ... Chaque matin, Martine, A son miroir sans tain, Enlumine Sa mine Et affine Son teint. Ainsi cette gamine, Mutine, Avec entrain, Butine Les vitrines Et chine Les bouquins. Jamais je ne m’en rumine,...

  • Galérien

    07 juin 2016 ( #Art poétique )

    Ferdinand Victor Perrot (1808–1841), La bataille de Grengam, détail C’est des choses, voilà, qui viennent doucement Dessus mon front courbé. Je les veux pas vraiment, Même, ne les attends : elles sont là, qui passent Et froncent ma pensée, sans cesse...

  • Souvenirs ravivés

    11 juin 2016 ( #Le temps )

    ... Nous allions dans la joie des rêveries sans nombres ... Désormais dans l’ennui s’instille la douceur Certes, le vivre est là qui n’abandonne pas, Un peu de lassitude est pourtant alanguie En la rive saumâtre où s’englue mon étrave. Il n’est plus là,...

  • Sombre éclat

    12 juin 2016 ( #Névrose )

    ... L’acteur, grimé, se perd masque aux mille visages ... Ce moi, pluriel, enfoui en des limbes amères, En ce grotesque amas de graisses, de viscères, De muscles, de sueurs et de sang et d’humeurs Cet élan, qui retient tout ce lot de rumeurs… Multiple,...

  • Chapitre dernier

    15 juin 2016 ( #Amour )

    ... J’écris seul désormais, amer en notre livre ... Nous étions au matin assis en notre chambre Et devisant sereins de notre quotidien, Les travaux, la visite « et, sais-tu, ce tracas Ce mot de lettre enfin pour régler tout cela ». Sans doute y avait...

  • Tel l’obscur impétrant

    20 juin 2016 ( #Marine )

    ... Plusieurs strophes déjà sont carguées aux mâtures, / Le zéphyr fait danser tant drisses que voilure ... J’ai ouvert, au virtuel, mon dictionnaire de rimes, Pour la bonne mesure, celui des synonymes, Et par sécurité j’ai indexé le site Où est conjugaison...

  • Échos du silence

    28 mai 2016 ( #Art poétique )

    Jean-Baptiste Camille Corot, (1796-1875), Paysage avec paysanne, détail Parfois le bref éclat d’un poème surgit, Souvent dans le matin, tout juste après la nuit, Lorsque l’aube indistincte invente ses lisières Sur le bord incertain des âmes en jachères....

  • Dessin d’enfant

    22 juin 2016 ( #Enfance )

    ... le soleil en travers / Qui darde ses rayons là, dans le firmament ... L’enfant, sur son lutrin, dessinait une fleur. Il avait mis du rouge au crayon de couleur En dépassant, parfois, le contour ; impatient. Tenant crispés ses doigts et sa langue,...

  • Et comme vont les caravelles

    23 juin 2016 ( #Névrose )

    F.E. Wright (1849-1891), Le bateaux de Colomb, la Nina, la Santa Maria et la Pinta Aux âmes damnées de la nuit, Puanteurs, remugles, relents, Ambre et cloaque du désir Je confesse mon paradigme. Oh, cette douloureuse énigme, Vorace mue d’où vient gésir...

  • L’arpète

    24 juin 2016 ( #Art poétique )

    Vassili Grigorievitch Perov (1834-1882), Le guitariste solitaire, détail Je suis telle une porte ouverte Au jardin qui me déconcerte. Et, l’esprit lourd comme le vin J’attends que s’enfle ce levain Où pousse dans mon âme close Un poème, comme une rose....

  • Déniché

    28 juin 2016 ( #Autobiographie )

    ... Cliché sans souvenir où ma honte est fichée / Qui ne reconnais rien qui me fasse frémir ... Le garçonnet rêveur que j’ai connu jadis Et qui poussait contrit comme une mauvaise herbe, Absent, comme effaré et coupable de vivre, Aussi, tout apeuré des...

  • Comme les arbres

    29 juin 2016 ( #Le temps )

    Katsushika Hokusai, (1760-1849), le lac Suwa, province de Shinano, détail Je ne sais ce qu’en moi j’espère Mais connais ma désillusion, Elle est ma borne, mon repère, Ma fracture et mon élision. L’avenir est un vain mensonge, Promesse de déconvenue, Le...

  • Filigrane

    30 juin 2016 ( #Amour )

    ... passait, en filigrane, / Un verbe extasié, décliné par nos reins ... Nous avions, silencieux, de discrets entretiens Où ta main, dans ma main, se liait comme liane ; Immobiles, nos corps s’approchaient l’un de l’autre. Dans ces mots superflus, comme...

  • Inventaire de l’absurde

    01 juillet 2016 ( #Souvenirs )

    ... Objets vingt fois tenus, soupesés, reposés, / Le tabouret bancal, le tableau de ficelles ... Et nous avons jeté votre vie à l’ordure. Après avoir erré en ces traces de vous, Mes vieux parents défunts ; ouverts de vieux tiroirs Sans y trouver votre...