64 articles avec nevrose

Mots et morsures

Mots et morsures

... Va ta ronde marionnettiste, paroles sont les feux follets, qui n’éclairent que nos regrets ... À Carol S. dont la parole a suscité ces mots Les mots sont des malentendus,Mots rapiécés, rabibochés,Semés comme des fleurs volagesEgarés aux seuils des...

Lire la suite

Comme un élancement

Comme un élancement

Georges Braque (1882-1963), Double figure sur fon marin, détail Deux ombres sont passées, trames du firmament, L’une était de soleil et l’autre était de nuit, Deux faces d’un Janus intimement mêlées, L’urgence les reliant comme une intime fibre. Seul,...

Lire la suite

Jocaste

Jocaste

... Alors je m’agrippe à l’humain, de mon front, le chasse à grand peine ... Dans mon magasin de pulsions, Dont je maintiens la porte close, Je loge un petit tas d’horreurs. Il y a du sang, il y a du foutre, Aussi des larmes, la douleur, Le mal qui chante...

Lire la suite

Dans la soute du jour

Dans la soute du jour

Le baiser de Judas, en l’église byzantine d'Ayia Paraskevi à Yeroskipos, fresques du XV° siècle. 1. Il est des gens, parfois, dont le sourire effraie, Dont le rire vous glace, ainsi sa proie l’orfraie, Dont l’amitié poisseuse a son prix et soupèse, Et...

Lire la suite

Revenants

Revenants

Hamlet, acte1, scène 4, d'après une œuvre de Johann Heinrich Füssli ou Henry Fuseli, (1741-1825) Des fantômes humains errent sur notre terre ; En nos songes, nos reins, en quelques vieux grimoires, Dans les rancœurs enfouies dessous des lèvres closes....

Lire la suite

Nœud gordien

Nœud gordien

Hélas, le nœud gordien ne saurait se défaire ! Il y faut, de l’épée, l’impatience et le fer ... Voici de ma musique l’onde symétrique Où je forge, rêveur, d’une pâle métrique, Le verbe qui m’étreint en ce linéament, Et m’ancre sur la terre, à l’encre,...

Lire la suite

Matériau

Matériau

Francis Bacon (1909-1992), « Trois études pour un portrait d’Isabel Rawsthorne », 1965 Cette haine profonde et ce désir malsain Qui suinte de mon corps comme sueur mauvaise, Cette détestation que j’ai de ma personne, De ses tristes atours et de ses oripeaux...

Lire la suite

Plectre

Plectre

Johann Heinrich Füssli (1741-1825), Le cauchemar, détail C’était dans la nuitée le moment des alarmes, Tel, en un songe creux qui nous tient en ses charmes, D’une lente bascule où l’inquiétude sourd, S’habille un cauchemar, défroque d’un cœur Lourd. Et...

Lire la suite

À l’intervalle

À l’intervalle

... Toujours on ment, toujours on triche, notre cœur semble cette friche ... La conscience est le seul remède Aux jours, semés à l’incartade En cette étrange débandade. Toujours on ment, toujours on triche, Notre cœur semble cette friche Aride, où niche...

Lire la suite

Vestige du temps

Vestige du temps

... Je pioche une agonie dans les strates du temps, qui marche, solitaire, en des cieux inconstants ... J’ai traîné dans la boue mon cœur en son vestige, Et puis j’ai regardé mourir sur cette tige La fleur de mon enfance, en mille flétrissures, Au seuil...

Lire la suite

Famine

Famine

Jean Cocteau (1889-1963), La belle et la bête Ce sont préceptes vains où nous agonisons Dans le fer des névroses. Cette bête veux boire, Qui se repaît en nous du sang et des entrailles, Passagers impuissants des essences amères. Et nous buvons la coupe...

Lire la suite

Hiatus des apparences

Hiatus des apparences

Francis Bacon, (1909-1992), étude pour un portrait de Peter Beard Il est une distance entre le soi et l’autre, Autant celle qu’on veut que celle qu’on subit, On projette toujours quelque creux ectoplasme Vers celui qui nous capte, absorbe ou bien séduit....

Lire la suite

Le diable

Le diable

Albrecht Dürer, (1471-1528), Le chevalier, la mort et le diable (détail) Incarné devant moi j’ai vu le diable, un soir. Je l’avais invité, comme à l’accoutumée, Dans cette solitude où est ma vanité. Il avait de l’allure, une fine élégance, Ni cornu, ni...

Lire la suite

Equinoxe

Equinoxe

... Et la nuit morte, ainsi, dédie à l’aube grise ... les ténèbres, blanchis ... C’est un fourmillement dans la neige salie… Et sont multiples, mille ou peut-être cent-mille, Empreintes révélées, piétinement têtu, Que font jour après jour les destinées...

Lire la suite

Bacchus

Bacchus

Bacchus est un dieu morne à la pointe du jour ; Sa lèvre enflée exhale une haleine mourante Et ses tristes regards se posent alentour Qui contemplent, hagards, une aube terrifiante, Née de l'impure ivresse. Déchéance affalée Aux lices d’un comptoir en...

Lire la suite

Frontière

Frontière

Chemin frontière entre les Vosges et le Territoire de Belfort Je me sens étranger au monde en ses atours, Environné de vies, de trames singulières Qui croisent mes déports, s’inscrivant dans l’espace Tout comme des objets, sans langage et sans but....

Lire la suite

Vague à l’âme

Vague à l’âme

Katsushika Hokusai, (1760-1849), la Grande Vague de Kanagawa (1831) Parfois la sombre humeur me prend,Vogue la vague au vague à l'âme ;Parfois la sombre humeur m'entame,Vaquent les jours au fil du temps. Même aux beaux jours, même au printemps ;Même aux...

Lire la suite

Janus

Janus

Janus, par Tony Grist Même au milieu du bruit, j’écoute le silence, En la foule, blessé, j’entends ma solitude ; Aux clartés de l’aurore, où j’épie la part d’ombre, Je sais ce qui se meurt et geint contre le vent. Janus au regard double en l’entre-deux...

Lire la suite

Jacob

Jacob

Rembrandt Harmenszoon van Rijn (1606-1669), le combat de Jacob et de l'ange 1. Je sais la sente obscure où il ne faut aller, L’étroit passage hideux enchevêtré de ronces Et l’amer précipice où rugit l’ouragan, La nuit, quand l’inconscient me tient sous...

Lire la suite

La ligne de fuite

La ligne de fuite

San Saba, Rome, fragments d'une fresque du XIIe siècle Fragments, sommes nous sommes où regard se poseEn nos diversités éparses dans le vent :Je suis n’existe pas, c’est bien plutôt je sommesQu’il faudrait proclamer dans le désert des hommes. Et, multiplicité...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 > >>