60 articles avec fongus

Demeure de la nuit

Demeure de la nuit

Hydrie attique à figure rouge, environ 510 avant J-C, détail Je me sens nauséeux et j’ai la tête lourde, Est-ce le mal ou bien n’est-ce que le remède ? Le cancer est tapi en ma chair malmenée, Je souffre lentement, sans bruit, sans bris, sans heurt. Puisqu’au...

Lire la suite

Conseil de révision

Conseil de révision

Honoré Daumier (1808-1879), Le conseil de révision à Passy en 1842, détail Le cancer est un lieu que l’on n’habite pas. En soi et hors de soi, bailleur et locataire, Toujours à espérer l’exploit de son huissier Pour vous mettre à la porte d’un hôtel branlant....

Lire la suite

En la nuit qui s’avance

En la nuit qui s’avance

Gustav Klimt, (1862-1918), La mort et la vie 1908, détail Dans l’étrange huis-clos de mon âme en carence Déroge la cadence où puise ma souffrance. Ainsi j’ai mon errance en toute déshérence, Sans fin sera la faim où est ma désinence. Je n’ai été, je pense,...

Lire la suite

Multiple absence

Multiple absence

... roches inconnues où j’inscrivais mes traces, dans des strates moirées, nautile solitaire ... Si c’est un mal curable, il peut être mortel. Est-il, en ma besace un reste d’avenir ? Calme, je m’interroge et je pense à mon terme, Je ne crains seulement...

Lire la suite

Amer caissier

Amer caissier

Danse macabre à Hrastovlje, en Istrie ( XIIe siècle) : la mort et l’usurier, détail Le ciel rosit, là bas, aux lisières de l’ombre, La ligne dentelée des grands arbres austères S’affirme, lentement, dans un vaste silence Et, dans l’indéfini, quelque chose...

Lire la suite

Impossible étendard

Impossible étendard

je traîne ma parole ... vers la mort inconnue, impossible étendard dressé, telle une idole ... Si je ferme les yeux je trouve ma douleur, Elle est chienne fidèle et désormais me hante, Compagne d’infortune à la croisée du cœur Et du corps éprouvé d’une...

Lire la suite

Prunelles embuées

Prunelles embuées

J'ai terminé le jour par une pirouette, Frotté le calembour contre ma langue muette, D'un sourire grimé ma secrète grimace Et chargé ma douleur en cette onde qui passe. Il n'en fut pas dupé, l'ami, à mon coté, Et son propre sourire, emberlificoté, Qui...

Lire la suite

En l’éternel miroir

En l’éternel miroir

... Il est temps que je passe, et ma source, chétive, qui va se tarissant coule comme l'on pleure ... Je me suis enivré de musiques, de mots,Et j’ai vécu la vie des hommes sans passion,Quoiqu’il en soit mon temps approche de son terme,Je ne sais rien...

Lire la suite

Dans la houle du remords

Dans la houle du remords

... Et, dans la houle du remords, le cœur s’emballe et n’en démord ... Quand le corps invite la mort Une feuille, une plume, l’encre, Et les mots deviennent une ancre, Certes l’on s’arrime en ce port. Havre illusoire en la tempête Môle où vient giter...

Lire la suite

Frégate

Frégate

Théodore Géricault, (1791-1824), Le radeau de la Méduse, détail Un peu diminué, j’ai traversé l’obstacle Et si j’en crois l’augure, au festin de l’oracle, Le cancer est vaincu, au moins pour cette fois, Et la flèche du mal rangée en ses carquois. Je contemple,...

Lire la suite

Dans le temps du rebours

Dans le temps du rebours

... J’ai porté ma souffrance au bloc opératoire, on a ôté de moi la tumeur assassine ... 1. Je ne sais plus son nom, mais me souviens de lui Comme d’un grand gars maigre. Enfant, ce qu’on ignore En soi on le pressent confusément inscrit, Et l’angoisse...

Lire la suite

En l’absurde liesse

En l’absurde liesse

Pieter Brueghel l'Ancien (vers 1525-1569) La chute des anges rebelles, détail L’année qui se termine a vu sonner mon glas. Cancer, ombre portée au beffroi d’infortune, Impavide en mon sein, dans l’heure solennelle, Qui pénètre mon âme et grignote ma vie....

Lire la suite

En attendant la fin de l’acte

En attendant la fin de l’acte

... Là, de marbre et d’albâtre et de roc, rassemblé, Je défie le néant sans l’ombre d’un remord ... Ainsi, face au péril, je veille sans trembler, J’entend grincer au loin le charroi de la mort, Que mène un phaéton pareil aux noirs fantômes. À la bouche...

Lire la suite

Vouivre

Vouivre

... J’erre comme un damné en te voyant survivre, telle une condamnée au regard de la vouivre. La nuit n’a pas suffit pour apaiser l’effroi, Une fatigue mine, encor, mon désarroi, Lourde, comme la veille où se tient notre angoisse, Ces mots tus et ces...

Lire la suite

Corbeau

Corbeau

Vincent van Gogh, (1853-1890), Champ de blé aux corbeaux, détail Ils vont, à petits pas, chaque jour en silence, Au parc, près de midi, à l’ombre des ramures. L’air est doux on croirait entendre ces murmures : « On est si bien, ainsi, ce soleil, quelle...

Lire la suite

Rodomontade

Rodomontade

Honoré Daumier, (1808-1879), un matamore Je vais porter ma viande à l’étal du boucher Tantôt, pour qu’il découpe un méchant carcinome, Un fongus, un cancer, la bête qui me ronge : La camarde s’en rit, elle aiguise sa faux ! Ma vieille, si tu veux, prend-moi...

Lire la suite

Brassées de l’autan

Brassées de l’autan

En mon futur il est une impassible borne, Je la vois, devant moi, sans même en tressaillir, Elle est de marbre noir, ou d’ébène peut-être, Elle semble le deuil au mitan de la vie. Ombre parmi les ombres, sombre, elle convie L’attelage du corps et de l’âme,...

Lire la suite

Ultime contrejour

Ultime contrejour

Un glas vient de sonner plus fort en mes contrées, L’air a fraîchi, soudain, elle a fuit, la fauvette, Et l’ombre se dessine aux lisières des pins. Le crépuscule, en l’aube, a déjà ses confins, Ce qui de nous s’écoule est une onde muette Et chaque jour...

Lire la suite

En la source native

En la source native

Photo extraite du cours métrage "Première neige" de Michaël Lalancette (Quebec) Salle d’attente, sans fenêtre, en l’hôpital. On se sent creux, de soi comme dépossédé, Un enfant crie, boule d’énergie qui s’épand Mais, hors de lui, toute vie, là, semble...

Lire la suite

Humble dévotion

Humble dévotion

Le mausolée de Brec'h, "Hic Cecide runt" Si je ne reviens pas de mon prochain voyage, Puisque je vais auprès de l’Hadès entrouvert, Puisque je vais toiser les rives d’Achéron, Puisqu’Orphée, de son chant, ne saurait m’en extraire ; Si le néant, demain,...

Lire la suite

<< < 1 2 3