142 articles avec citoyen

Par l’idéal humain

Par l’idéal humain

... Sous la morgue insultante git, tel un remblai, l’humanité percluse habillée de mépris ... Body bag, échoué en la ville malsaine, Quel est ce corps couché, là-bas, sur la pelouse, Dans l’aride matin grillé de canicule, Epave calcinée, résidu sur la...

Lire la suite

À ceux de Fourmies

À ceux de Fourmies

La « Une » du journal « Le Petit Parisien » du 17 mai 1891 relative à la fusillade de Fourmies Emile avait onze ans, dans les rues de Fourmies, Et sa chair était tendre aux balles des fusils. Quand on l’a dévêtu pour le coucher, pauvret, Au bois de son...

Lire la suite

Aux fragrances d’un songe

Aux fragrances d’un songe

Honoré Daumier, (1808-1879), Le wagon de troisième classe, détail (version inachevée) Les humains, démaillés, errent désemparés, La vague humanité en vulgaire marrée, Bat les rives souillées de futiles fredaines, Lourde de pollutions et comme dégrisée....

Lire la suite

Sans espoir

Sans espoir

Andrei Tarkovsky, (1932-1986), photo extraite de 'L'enfance d'Ivan", son premier long métrage Comme bête apeurée, assourdi d’explosions, Presque aveugle, blessé, je me suis engouffré Dans cette cave obscure y cherchant un abri. Le silence, incongru, ne...

Lire la suite

Télé Réalité

Télé Réalité

... Il est l’heure manant, allume ta télé : tu y verras la vie comme il faut qu’elle soit ... De nouveaux histrions produisent à grands frais L’amusement des peuples, la publicité, Généreuse marâtre aux poches toujours pleines, Finance en gabegies les...

Lire la suite

tohu-bohu

tohu-bohu

... En cet avoir sans but les êtres s’emprisonnent ... dans le tohu-bohu des âmes déportées ... Les objets inutiles, vains, nous environnent, Egarant nos regards sous le vide obsédant De l’abside des vies avides, désertées. La mémoire se meurt, nos mains,...

Lire la suite

Détail

Détail

Une vue du camp de concentration nazi du Struthof, près de Natzwiller, en Alsace Il est, prés de chez moi, au fond d’une vallée, Un lieu sombre et venteux où les pins se lamentent. L’enceinte barbelée veille au camp du Struthof Si, des baraquements, abattus...

Lire la suite

Pour duper le trépas

Pour duper le trépas

Le grand Duduche, par Cabu, (1938-2015) Puisqu’il faut tenter de sourire, Malgré le deuil, malgré le drame, J’élèverai, telle une flamme La remembrance de ton rire. Je plaisanterai ma douleur, En l’outre-larme de mes joies, Jadis, où furent claires voies...

Lire la suite

Cabu

Cabu

Jean Cabut, dit Cabu, né le 13 janvier 1938 à Châlons-sur-Marne, assassiné à Paris le 7 janvier 2015 L’esprit, l’humour, la joie, le talent débonnaire, Le sourire tranquille et la foi dans l’humain, Non, rien de tout cela ne pèse vraiment lourd Face à...

Lire la suite

Chablis

Chablis

... Là, dans la solitude, à notre noir démon céder, compromettant notre âme en vain chablis, ... Pourrie par le mensonge où chacun fait sa geste, Notre société crie une muette souffrance, Et le regard vicieux des écrans pleins de peste Etale devant nous...

Lire la suite

Digestion

Digestion

... Amoncelée, l’ordure agonise aux ruisseaux et la ville digère en tous ses caniveaux ... Noël est terminé, les lampions sont éteints ;Les vulgaires néons qui luisaient sur nos têtesOnt fini de griser le front des magasins ;L’insane gabegie, empoissée...

Lire la suite

À l’étoile superficielle

À l’étoile superficielle

... On s’y vient moudre, lacunaire, sa poudre en la meule d’espoir ... Déshabillé dans l’aube roide, Molesté par un jour sans joie, On retrouve, aux rigueurs du soir, Sanglant, son bord crépusculaire. On s’y vient moudre, lacunaire, Sa poudre en la meule...

Lire la suite

Onze novembre

Onze novembre

Mémorial du Col du Linge : ... Aujourd'hui son nom seul, sentinelle importune ... Rémy Renaud dormait à l'ombre des grands pins, Pourquoi l'éveillez-vous gens qui fouillez la terre ? Rémy Renaud dormait, soldat d'un autre temps, Couché sous les grands...

Lire la suite

Pilate

Pilate

... Nul ne vient le bercer, pour lui, pas de chanson ... Aux pieds des murs d’argent de notre métropole, Mendiant sa triste vie, un tout petit enfant Crasseux, dépenaillé, prostitué, battu S’endort sur un trottoir en un lit de carton. Nul ne vient le...

Lire la suite

Fin de parcours

Fin de parcours

Que dira le dernier des hommes Au dernier des enfants humains ? « Dommage, petit, c’était bien, Le festin, déjà est fini ; Je te laisse pour l’infini, Tant pis s’il ne reste plus rien, J’ai souillé sentes et chemins, Peuplé la terre de fantômes... » ?...

Lire la suite

Le marchand d’oubli

Le marchand d’oubli

Détail de l'affiche du film "Quo Vadis ? ", réalisé par Enrico Guazzoni, sorti en 1912 Il est dessus l’esquive un pâle charlatan, Bonimenteur faraud qui sans fin nous harangue, Braillard de pacotille éventrant nos cœurs lourds Et souillant, dans notre...

Lire la suite

Moratoire

Moratoire

... La haine et la violence, ils sont à l’horizon, mais ils viennent vers nous, par le biais des écrans ... On sait bien qu’il y a des salauds sur la terre, On l’imagine bien, on s’en veut écarter, La haine et la violence, ils sont à l’horizon, Hurlant...

Lire la suite

Le souffle du poème

Le souffle du poème

... robot parmi les machines, le futile, assassin, nous vole et nous exalte ... Nous n’avons rien conquis, pas même notre joie, Nos âmes vendues à l’encan, Sur un lit de mélancolie, Sont parures de draps, froissés par la luxure. Bien que gavés, toujours,...

Lire la suite

Lymphomes

Lymphomes

Lewis Hine (1874-1940), Mineurs à Pittston, Pennsylvanie, 1911 Ils ont organisé la souffrance des hommes, Il n’est plus en leur mains de schlague ou bien de fouet, La machine à penser rythme leurs métronomes. Voyez passer la chaîne et ses bêtes de sommes,...

Lire la suite

Aux limites du monde

Aux limites du monde

Dans le temps de ma vie, tout à la même place, J’aurais donc vu bâtir, et détruire et refaire, L’homme, en ses mains de fer qui guident les machines, En sa puissance accrue forge l’humble nature. Et certes, nous allons partout porter l’injure, En chargeant...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>