196 articles avec art poetique

Pierrot grégaire

Pierrot grégaire

Pablo Picasso, (1881-1973), Pierrot, 1918, détail Où le ciel, peu à peu, s’obscurcit et s’éteint, Nette rotondité, le plein cercle lunaire Imprime sa clarté, qui luit comme l’absence. Cette déesse étrange impose le silence, Tant de mythes anciens, que...

Lire la suite

Échos du silence

Échos du silence

Jean-Baptiste Camille Corot, (1796-1875), Paysage avec paysanne, détail Parfois le bref éclat d’un poème surgit, Souvent dans le matin, tout juste après la nuit, Lorsque l’aube indistincte invente ses lisières Sur le bord incertain des âmes en jachères....

Lire la suite

Impécunieux convers

Impécunieux convers

Vénus au miroir, détail, Ecole de Fontainebleau, XVIe / XVIIe siècle Un, deux, trois, quatre et cinq et jusqu’à douze, enfin, Puis, par grappes de trois, assemblées en miroir, Le verbe ici parade en costume de vers. La rime s’inscrit là, corolle à mon...

Lire la suite

Vers maints sonnets

Vers maints sonnets

Chomolungma, en tibétain, Sagarmatha, en népalais, le mont Everest, culmine à 8 848 mètres 1 Ma messianique Poétique Microscopique ; J’en fait ma nique Inesthétique, Et trop classique ; Amphigourique, Ma métrique Sarcastique. 2. Effeuillez les Si voulez...

Lire la suite

Tropaire

Tropaire

... Profane, en l’ombre avide j’élabore un pacte, porrectus incliné que ma ligne dépare ... Quelque chose, dans l’air, passe et s’immobilise. Est-ce un songe, une épure, une âme nostalgique ? Souvenir étranger, propagé dans l’espace, Une porte, soudain,...

Lire la suite

Dodécalogues

Dodécalogues

... Je cherche mon reflet dans ce miroir sans tain ... Il est une heure au moins qui me tient en éveil, Celle dont j’use au soir, arrachée au sommeil, Ou dans le clair matin, dérobée à l’aurore, Penché sur l’écritoire où mon âme pérore. Et seul face à...

Lire la suite

Solstice immaculé

Solstice immaculé

... Solstice immaculé d’une marée d’enfance ... Je balbutie le monde en mon chant solitaire, En chaque mot dormant que ma tristesse esseule, Devant l’ombre du jour, ermite du silence. Poète vagabond j’inscris en mon errance L’ambitus impuissant des rimes...

Lire la suite

Une odelette

Une odelette

Charles Lucien Léandre (1862–1934), caricature d'Emile Zola Je suis le sujet de moi-même, Et mon propre terrain d’étude, Ma lice, aussi mon théorème En la plus grande solitude. Je m’observe et me persécute M’ausculte et parfois me dissèque, Au langage...

Lire la suite

Creux rituels

Creux rituels

... Mes contes ne sont que d’octets ... nuls tomes ou poudreux grimoires ... Ce soir, un peu découragé, J’hésite au seuil des mots dormant, La page frémit sous mes doigts, Le verbe à ma lèvre fredonne. Allons, c’est bon, je m’abandonne, Aparté, encore...

Lire la suite

Impossible rime

Impossible rime

... Mais Terpsichore fait la moue ... J’ai compris ce qu’il faut pour être reconnu :C’est le football, enfin, en poète inspiré,Que je dois désormais servir en cette rime. Las, je n’y connais rien ! Que dire en l’heure prime,Des artistes du pied et du...

Lire la suite

Doublons

Doublons

... Doux, blêmes vers aux lots des rimes doublez, mes verseaux holorimes ... Au carnet de mélancolie, Au quart, naissent élans qu’on lit Mes maux sombrent en hérésie Mes mots sombres sont poésie. Doux, blêmes vers aux lots des rimes Doublez, mes verseaux...

Lire la suite

Dans la forme du vers

Dans la forme du vers

Pablo Picasso, (1881-1973), Arlequin accoudé, détail J’ai noté à grand traits, sur mon cahier ligné, Le songe d’une idée qui m’était survenue, Ainsi, folle insensée, par la muse conduite Au chevet balbutiant de ma rime obsolète. Il ne faut quelquefois...

Lire la suite

Tardieu

Tardieu

Jean Tardieu, (1903-1995) J’ai été le contemporain de Jean Tardieu, Pendant près de quarante ans Et je n’en savais rien ! Pourquoi ne l’aies-je pas lu lorsque j’avais quinze ans, Ou vingt, ou trente ? J’aurais pu me précipiter vers lui, Lui crier mon...

Lire la suite

Diesels

Diesels

... Adieu bel air léger empesté de diesels, adieu ma rêverie : les moteurs sont des fous ... J’étais assis, peinard, à lutiner la muse, Sur le quai de la gare espérant un wagon ; Griffonnant une page, œil vague et l’esprit libre, Et le cœur à l’encan...

Lire la suite

À l’aigre-douce

À l’aigre-douce

... Allons, sous le pavois d’une muse trop prude, comme un moine, au lutrin, va courber sa tonsure ... Ecrivaillon, prescrit quelques fleurs à ton doute Et taille en ces buissons, que la ronce déroute, Une sente improbable où carguer tes voilures, Navire...

Lire la suite

Virtuelle parabole

Virtuelle parabole

... On s'en fiche, c'est un fichier, un processeur n'a point de rive. ... Je ne taille plus mes crayons, J'ai oublié le porte plume, Pleins et déliés, humbles layons, Dictée, ma sente d'amertume. Certes ne suis plus écolier, Écrire m'est récréation, Je...

Lire la suite

Doxa

Doxa

... Voyez donc l’histrion encombré de lui-même ... Qui façonne en sa glaise son double, gémeau ... Je suis ce que je dis et, dans l’arc improbable Où mon verbe déploie le spectacle des mots, Je suis ce bateleur de sa propre personne Qui glose avec le...

Lire la suite

Bilan poétique

Bilan poétique

Honoré Daumier (1808-1879), « Amateur », 1861, détail Comment tant ai-je pu écrire ? Je suis au versant de l’année, Décembre, en l’ode surannée Sans retour s’en va se proscrire. Je me retourne sur ce seuil Sur le moment de le quitter, Mon verbe il me...

Lire la suite

La marotte d’un gueux

La marotte d’un gueux

... Je ne suis qu’un faiseur chétif et travaillé par une altérité de désirs surhumains ... J’écris, le plus souvent, comme sous la dictée, Ma plume court, alerte, et la rime se range, Sans même que j’y songe au bout du vers serein, Qui compte sans effort...

Lire la suite

Phlogistique

Phlogistique

Copie romaine d'un portrait fictif d'Homère, vers 460 avant J.C. Des mots, encor, toujours, pour écorcher ma peine,Pour écorcer l’aubier de l’âme, phlogistique,Constante, dans l’éther, rêve cosmologique,Hypothèse de moi en quelque obscure veine. J’écoute...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>