196 articles avec art poetique

Déramée

Déramée

... Au fond de nos tiroirs, reliés, contrecollés / Nos rêves de papier, froissés, sont vanités ... La poésie ainsi devient œuvre virtuelle :Adieu encre, papier, posture solennelle,On regarde les mots paître sur un écran,Troupeau, curieuse estive, pixels...

Lire la suite

La mesnie

La mesnie

Enluminure extraite du Roman de Fauvel, XIVe siècle Encore une minute, je ne l’ai finie,Je me suis fourvoyé en ma dernière instance ;Souffrez que je reprenne un vers en cette stance,Fort bancal je le crains, vague et mal défini. C’était, comment vous...

Lire la suite

In-quarto

In-quarto

... Hélas, ma page est mon tombeau, / Rangés, ternes en in-quarto... Combien de pages font un livre ?Un poème, combien de mots ?Vingt-six lettres pour tout décrire,Tant de syllabes, un seul écho. Le sonnet paye mon écotS’il faut une pensée construire,J’écris...

Lire la suite

L'astrolabe

L'astrolabe

... Étrange pays sans boussole / Où sentes se perdent souvent ... Il est un rythme à quatre temps,Celui du vers octosyllabeOù je viens verser par instantMon âme au chant de l'astrolabe. É trange pays sans boussoleOù sentes se perdent souvent,Ne s’y lasse...

Lire la suite

Tropaire abscond

Tropaire abscond

Extrait du manuscrit du « Tropaire-prosier à l'usage de Moissac », troisième quart du XI°siècle J’ai la tentation de la rimeOù ma pensée, verve de rythmeIncline aux rêves que je fais. Octosyllabe, alexandrinAux mortes eaux de mon chagrinVoici mon verbe...

Lire la suite

Fleuve

Fleuve

Le cours du Rhin, vue depuis le rocher de la Loreley Phonèmes, cris, graphes, signaux,Traces aux cieux toujours nouveaux,Mon âme cisèle au couteauCe verbe où sont mes oripeaux. Né d’un murmure et d’un écho,Jadis, aux temps immémoriaux,Ma langue est un...

Lire la suite

Modeste soupente

Modeste soupente

Pablo Picasso, (1881-1973), Le garçon à la pipe,détail Je vais ouvrir, céans, la porte de mon livre.Voici : le bienvenu m’y trouvera prolixe,Et dans mon humble forge, en délaissant scories,Peut être un humble fer issu de bonne trempe. J’ai laissé l’ambition...

Lire la suite

Historiette

Historiette

... Contemple ce subtil déboire ... Un poème c’est une histoire,Une historiette, conte ou fableMots d’esprits détournés : « bien joué » Dira tel qui l’aura déjoué.Cabriolant de table en tableUn poème chante au grimoire, Contemple ce subtil déboire :Il...

Lire la suite

Madone à l’entrepôt

Madone à l’entrepôt

La Madone de Michel-Ange, dans un entrepôt de la Wehrmacht, à la fin de la guerre de 1939/1945 Vois, j’ai le temps d’écrire, allons muse, ma mie,Ne me fais point languir, il faut de mon proposEnluminer la mire…Saurais-je, dans l’instant,Madone, te séduire...

Lire la suite

Huitain

Huitain

François Villon, la ballade en viel langage françois, premier-huitain, manuscrit-de-Stockholm Hautain, je ferai mon huitainHuit fois, en vers octosyllabes,Arithmétique des syllabes,Deux fois quatre en double quatrain.Moi qui ne compte sans palabreSur...

Lire la suite

Décillement

Décillement

... Prurit en cette peau que je navre en ma veille, / Et qui trouve en l’instant comme un décillement ... Seul en l’après-midi, devant l’ordinateur,Je cherche à ma pensée un ductile paraphe ;Ici passe un essor, où la muse peut être,Qu’en sais-je moi qui...

Lire la suite

Etranges contrées

Etranges contrées

... Déesses, muses, parques mes ombres factices, Mes chimères forgées de ma tourbe solaire ... Ce qui résonne en moi dont je fais cette gerbe,Ce silence intérieur qui soudain devient verbe,Echo, balbutiement, que sais-je en vérité,Où peut-être un éclat,...

Lire la suite

Fils de l’obscurité

Fils de l’obscurité

Fernando António Nogueira Pessoa (1888-1935) Car tout auteur de l’ombre n’est qu’ombre d’auteur… Crier dans un désert d’affreuse solitude, Est pareil au silencieux seuil de l’hébétude, Tel un chant qui se perd en un bruit de moteur. Oyez le pauvre accord...

Lire la suite

Contrées factices

Contrées factices

... Hélas la nuit couvre mes ors ... Moi, je voyage dans ma tête, En mon âme est une allumette ; Y sont toutes mèches factices Où paradent mes artifices. Aux trames des fuseaux horaires Vont mes errances solitaires, En ma lisière immobile Je fais de ma...

Lire la suite

Comme un regard blessé

Comme un regard blessé

... Candide en vérité, comme un enfant perdu, / Comme un regard blessé ... Ces choses sont venues à moi dans le silence, Les minutes gravées de cette trouble instance, J’en ai fleuri l’écho, pareil à l’histrion, Qui danse sur la flamme en sa méditation....

Lire la suite

Crève-la-faim

Crève-la-faim

Kees Van Dongen (1877-1968), Crève faim (détail), illustration pour « l'assiette au beurre » Je pourrais m’arrêter d’écrire Pourquoi poursuivre ce délire Cet encre, ce papier, c’est rien, Du vent pour amuser quelque vil comédien ! Et au moins ça peut...

Lire la suite

Si ne sais où je vais

Si ne sais où je vais

... De ma verve affairée, tandis que le train roule, / Pareil à lui, j’avance aux regards des parvis... Allez, cela repart, un autre jour commence,Je suis à son chevet en toute négligence,Point de cravate au col, boutonné de travers,Je ne pense, en l’abord,...

Lire la suite

Limonaire

Limonaire

... Ici seront mes alluvions, / Strate à jamais sédimentée, / Fertile, en mon obscur limon.... Le poète désargenté N’est riche que d’une illusion : Celle de la postérité Que lui trace un vain horizon. Ami, si tu prends ma chanson Pour en faire ton aparté...

Lire la suite

Au non-dit

Au non-dit

... Comme blé sous le vent ondule en assonances, / Le verbe est, en ce lieu, aux rythmes de la phrase ... Un poème ne naît jamais d’une pensée, Il est là tout entier, surgit de l’inconscient, Dès le premier moment, jailli du premier vers, Qui s’impose,...

Lire la suite

Carnet à spirale

Carnet à spirale

Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), L'inspiration, détail Un peu partout, toujours, le poète griffonne,Il a de quoi écrire : un carnet à spirale,Au bout des feuilles, coins, qu’il rature à la hâte,Debout, le plus souvent, accoudé au hasard. Voyez-le donc...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>