81 articles avec amour

Salle des pas perdus

Salle des pas perdus

De nos jours on dit, plus prosaïquement, "salle d'attente"... On s’était retrouvé salle des pas perdus, Perdus dans la mêlée où s’immolent, ténus, Les destins fourvoyés, les âmes éperdues, Des hommes et des femmes que nul n’attend plus. Diffus, dans cet...

Lire la suite

Blessure

Blessure

Gustav Klimt, (1862-1918), le baiser (détail) Mon âme, berce-moi, j'ai le cœur douloureux. Le monde m'a blessé et j'ai besoin de toi, De ton corps qui m'enivre et s'ouvre à mon chagrin ; Mon âme, berce-moi, j'ai le cœur douloureux. Le monde m'a blessé...

Lire la suite

Corolle

Corolle

Auguste Rodin, (1840-1917), le baiser Laisse-moi donc cueillir un baiser à ta lèvre, Comme en fraude on dérobe, folle farandole, Des filles en bouquets, ris pour parer sa quête. Farouche ne soit donc, puisque tu es coquette Et me dit l’embellie que j’implore,...

Lire la suite

Pour défier la mort

Pour défier la mort

Il nous reste à cueillir quelques bouquets d'aurore, Mon amour, quand bien même, âcre, au vent de la bise, L'air qui nous recevait émonde nos désirs. Elle va, l'illusion des rives grimaçantes , Où le rire, figé aux lèvres murmurantes, Invoque nos pénombres,...

Lire la suite

Rue des Amours

Rue des Amours

... Là, mon cœur chamarré En son humeur chagrine est vaincu d’un baiser ... Juste après le rond-point, avenue Poincaré, Dans la rue des Amours, immeuble Cupidon Au numéro vingt-sept, dans le bâtiment D ; Si je prends l’ascenseur jusqu'au septième étage,...

Lire la suite

Essie

Essie

La paramécie (Paramecium) est un genre bien connu de protozoaire cilié... Essie est si svelte fillette, Un peu fluette, pas muette. Essie pépie, en son récit : Toujours « et si... », et « quoi qu’on die... », Jamais ne se le tient pour dit. Ainsi Essie...

Lire la suite

Prémices

Prémices

Le volet rabattu sur la vive lumière À claire voie laisse filtrer, brise légère, Un souffle embaumé par l’été, plein de rumeurs, Dans le sein bienheureux de ces calmes splendeurs. Cœur à cœur nous épions les prémices du jour, Paresseuse livrée d’un paisible...

Lire la suite

Ecumes et runes

Ecumes et runes

Albert Hartweg, En lisière de crête, aquarelle Les nuages sans fin s’amassent sur nos têtes Et les beaux jours d’été ne sont qu’un souvenir. Crois-tu, mon cœur, encor, crois-tu en l’avenir Où la vieillesse vient qui passe sur nos crêtes ? Demain n’est...

Lire la suite

Piège

Piège

Albert Hartweg, été indien, aquarelle En la forêt de beau regard Un jour j’ai pris ma déshérence Au piège heureux de tes grands yeux. Depuis lors vais à l’entre deux Aux chemins creux de mon errance Sans jamais craindre où je m’égare. Et tend mon col...

Lire la suite

Place de la mairie

Place de la mairie

La plus petite mairie de France, St Germain le Pasquier J’ai rendez-vous ce soir place de la mairie. En avance serai, voire à avoir le temps D’attendre ta venue en regardant les gens. Tu seras pas à l’heure, je sais, mais tant pis, Je serai là pour toi...

Lire la suite

Nocturne

Nocturne

1. Là où jouaient des gamins s’ébattent des oiseaux. Les pirouettes des filles, les cris des garçons Sont dissouts dans les airs et dans le soir distant. Le calme de nature environne l’instant D’une grâce précieuse, en la lenteur des sons Qui montent...

Lire la suite

Le visage de l’amour

Le visage de l’amour

Il est tendre et tendu, il quête et il commande, Il brave et se soumet, ordonne et obéi, Il chante puis se tait aux clartés de la nuit, Le doux et impérieux visage de l’amour. Il est tout à la fois le quai au point du jour, La lame fourvoyée dans l’onde,...

Lire la suite

Aux immortelles

Aux immortelles

D’un ample lit à baldaquins, Pour cacher nos amours coquins, Nous avions rêvé autrefois. Las est défunt, le temps des rois, Nous n’eûmes qu’une humble banquette Pour effeuiller la pâquerette. Point de calèche, de dentelles, Mais aux brassées des immortelles...

Lire la suite

Conquérante

Conquérante

Vincent Van Gogh, (1853-1890) Amandier en fleurs Au seuil de la maison, c’est une jolie fille. Pierre de taille, immeuble de grès rouge, austère ; On sent sur ses appuis la lourdeur d’un vieux siècle, Sur une fresque, au mur, un angelot bien gras… Elle,...

Lire la suite

Consolation

Consolation

Vincent Van Gogh (1853-1890), Le vieillard triste, 1890 Voici que ton regard a pesé sur le mien, Et que, sans dire un mot, l'ombre de la tristesse De ton âme blessée a passé en mon sein. Viens, nous partagerons le sel de la détresse ! Va, je saurai trouver...

Lire la suite

Jalousie

Jalousie

Jan Van der Meer, dit Vermeer de Delft (1632-1675), La jeune fille à la perle C'est une jolie fille avec de longs cheveux, Au visage épuré de madone gracieuse ; Vêtue sans nulle grâce et pourtant radieuse, Si fraîche dans l'air froid. Inquiet, son œil...

Lire la suite

L’heure futile

L’heure futile

Humblement, que veux-tu, Je mène ma vertu Vers ta rive têtue. Là tu seras ma mie, Veux-tu ma douce amie ? Et nous irons parmi Les bruits de cette ville, Sereins, calmes, tranquilles, Chanter l’heure futile. septembre 2009

Lire la suite

Miette d’amour

Miette d’amour

À coté de mézigue, assise sur un banc, Comme fleur de printemps aux abords d’un chardon, Pâle, fraîche, jolie demoiselle de cœur, Elle m’a quémandé, d’un sourire, un crayon. Ainsi vient au matin, parfois, un pur rayon, Le soleil y échauffe une éternelle...

Lire la suite

Le Rendez-vous

Le Rendez-vous

Un regard, par matthieu Dupont Elle avait sa main douce apposée au chambranle, Un pied, déjà, dehors, mais le cœur hésitant, Tournant vers moi sa tête et son regard qui tremble ; L’œil empli de promesses, sa bouche d'autant De mots imprononçables mourant...

Lire la suite

Le temps de déraison

Le temps de déraison

Le Caravage : Bacchus Voici venu le temps de déraison, Les fruits sont mûrs... Le vent berce mon coeur adolescent : Oh, mais s'il dure, Verses-y mon amour, me délaissant, Ton âme pure ! Il n’est point l’heure encore, ou la saison Du sage azur ; Follement...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 > >>