Aux paravents de la mer

Aux paravents de la mer

Gustave Courbet (1819-1877), La vague, 1869 Souvent je vais chercher, aux rebords esseulés,Ce calme qui me touche aux seuils cent fois rêvés,Dans l’interstice ouvert en la pente de l’âmeOù gîte, d’un remord, ce qu’en vain j’en proclame. Et les mots, paravents...

Lire la suite

Le passage

Le passage

C’est là-bas au bout du passage Que jouent tous les enfants pas sages. On me l’a dit, je n’y vais pas : Je regarde depuis chez moi. Quand ils sont là ça fait du bruit Mais, comme ils ne sont pas polis, Je n’écoute pas les gros mots Qu’ils se crient comme...

Lire la suite

Le marchand d’enfants

Le marchand d’enfants

Vincent van Gogh (1853-1890), premiers pas, d'après Jean-François Millet, ci-dessous J’aimais, de mes marmots, le soir, en la chambretteAccompagner gaiement le rite couchatoire.C’étaient fables, récits, toujours un peu les mêmes,Des chatouilles, des...

Lire la suite

Chaconne

Chaconne

La jeune joueuse de violon, par Francois Martin-Kavel (1861-1931) C’est là le chant des solitudes victorieuses ; De la touche d’ébène aux cordes, dévalées, Renaît en l’harmonie l’épure, élévation Quand l’âme du violon s’éveille au chœur du monde. Bach...

Lire la suite

En la nuit solitaire

En la nuit solitaire

Vincent van Gogh (1853-1890), La nuit étoilée L’univers tout entier, silencieuse mémoire,Nous porte dans son sein comme une déité,Et tout ce qui existe, en ce qui fut, seraProrogé dans l’espace en toute éternité. Mais qu’importe la forme au chant de la...

Lire la suite

Köchel 626

Köchel 626

Portrait présumé de Mozart enfant par Jean Baptiste Greuze en 1763. Même si l'authenticité de ce portrait est fortement sujette à caution, n'est-il pas ainsi tel qu'on le rêve, le "divin Mozart" ? Comme une âme blessée, la clarinette geint, Qui nous mène,...

Lire la suite

Là, dit qu’t’es

Là, dit qu’t’es

L'auteur, en un temps où il manquait encore un petit peu de hauteur... Ma grand-mère, elle habite un Bled. Là-bas, mes oueds, dont corps nient quart. Je décline, mine, et m’incline. Jeux, tuiles, hèlent nos fossiles ; Je suis tué, fossettes ils ont :...

Lire la suite

Fructus

Fructus

Paul Cezanne, nature morte au crâne, 1895 Dans cet obscur mélancolique Où je suis ce que j’ai été, Je n’ai appris que l’abandon, Je n’ai songé qu’à me défaire. Etrangement, pour me complaire, Au feu j’ai été le brandon : Quand je croyais braise quêter...

Lire la suite

À nonchaloir

À nonchaloir

Le chansonnier cordiforme, manuscrit du XVe siècle Les mots portent parfois une haleine troublante, Et notre cœur palpite, ainsi, d’une fragrance, À peine à l’envolée d’une simple émotion, Transcrite par le verbe à l’amble du poème. Une larme s’en vient...

Lire la suite

Vor deinen Thron

Vor deinen Thron

Manuscrit autographe de l'Art de la fugue, BWV 1080, oeuvre restée inachevée. La mention « Sur cette fugue, où le nom de B.A.C.H. est utilisé en contresujet, s’est éteint l’auteur. » à été rajouté par son fils, Karl Phillip Emmanuel. Le vieux Bach agonise,...

Lire la suite

Mémorial des enfants martyrs

Mémorial des enfants martyrs

Oeuvre de Gehard Demetz, plasticien, né en 1972 Quand vient la nuit, des enfants crient,Car ils ne veulent pas dormir,Car ils ne peuvent plus rêver. Ce sont tous les enfants punis,Punis de vivre, c’est ainsi,Par leur parents, parents maudits,Qui n’aiment...

Lire la suite

Vieux cuir

Vieux cuir

Je lisais l’autre jour en quelque vieux grimoire,Le roman édifiant d’une plume oubliée :Livre d’un temps passé, relié pleine peau,Feuillets fanés, dorés sur tranche et poussiéreux. C’était en mon palais comme d’un vin trop vieux La saveur affadie d’un...

Lire la suite

Madiba

Madiba

Il faut se retenir d’admirer les grands hommes,Les plus sages d’entre eux ne le demandent pas ;Devant l’assentiment béat du populaireL’arrogance est native au pas du condottiere. Laissons donc ce spécieux pourrir en sa ratière,Assez de vaines gloires...

Lire la suite

Monsieur Nicolas

Monsieur Nicolas

En classe de cinquième, au collège Ronsard, En mes jeunes années vint Monsieur Nicolas. Il était hautboïste et musicien d’orchestre Et, disait-il, sans rire, arrondissait, peinard , Parfois, ses fins de mois en apportant aux cancres Une lueur d’espoir....

Lire la suite

Le pèlerin de l’infini

Le pèlerin de l’infini

Jean Cocteau (1889-1963), photo extraite du film « Orphée » La musique est le lieu du spirituel séjour, L’antichambre du ciel où je veux me dissoudre Et cette brume d’onde, élaborant mon doute, Où se perd mon dessein sous d’innombrables voûtes. Là, dans...

Lire la suite

Le tétracorde

Le tétracorde

Céramique athénienne, 6eme siècle avant J.C. 1. Gravite, graviton, au seuil de la matière Particule, peut-être, enfantée, dans l’espace, Des boucles d’énergies qui règlent l’univers Aux notes que jouerait un vaste orchestre à cordes. La musique des sphères...

Lire la suite

Magister

Magister

« Legato, legato ! » Disait le professeur ; « Les gâteaux, les gâteaux… », Pensait l’enfant rêveur. La leçon de musique où l’on solfiait, do, sol, Enfermait son esprit comme une camisole. Et l’âpre symétrie des lignes et portées Mettait si bien en cage...

Lire la suite

Чесноков

Чесноков

Pavel Grigoriévitch Tchesnokov, (1877-1944) J’écoutais un répons du profond Tchesnokov, Musicien de Russie qui dévoua son génie Au service orthodoxe au temps de l’athéisme. Etrange paradoxe où l’artiste, élevant Les temples aériens de la polyphonie, Voyait,...

Lire la suite

En la nuit murmurante

En la nuit murmurante

Vassily Perov, ( 1834-1882 ) enfants endormis Au pauvre inconsolé dont nul ne pris jamais La main dans la nuit bleue pour tenir la souffrance, À l’humble solitude en la foule ignorante Et qui bat sa marée dans la presse du jour ; À toutes ces brisures...

Lire la suite

L’écho des vanités

L’écho des vanités

Vanité avec violons et boule de cristal Pieter Claesz, vers 1596-1661 À s’emplir de soi-même on n’est plus qu’un absent, Un importun bavard empli de suffisance, À trop vouloir briller on brûle son essence, La mèche s’illusionne, ainsi, d’être une flamme....

Lire la suite