Gambades

Gambades

Rêve donc, vieux gamin qui dors sous mes paupières, Le bal n’est pas fini, l’enfance est éternelle, Au moins jusqu’à plus soif, en ma bouche mortelle Qui s'émeut, chaque soir, au déclin des lumières. Gambade, d’ici là, dans ma fraîche mémoire, Il n’est...

Lire la suite

Fidelio

Fidelio

Fidélio est le nom de l'unique opéra composé par Beethoven. C'était aussi l'enseigne du disquaire, profession, j'en ai peur aujourd'hui disparue, où j'ai naguère dépensé beaucoup de mon maigre argent de poche... La radio discourrait, comme parle un ami...

Lire la suite

Quantique

Quantique

Les onze dimensions des mondes parallèles Esquissent un quantique aux cordes d’un violon Que nul archet n’effleure, aux membranes du temps ; Ce temps qui dimensionne un champs au chœur latent. Que suis-je en ce mystère où tout n’est qu’énergie, Où mon...

Lire la suite

Premiers pas

Premiers pas

Image extraite du film "Bébés" de Thomas Balmes (2008) Il a dans son regard le sérieux qui convient Aux vastes entreprises, ses sourcils froncés Sur son regard farouche, au-delà du discours Expriment l’ambition qui l’habite en ce jour. Alors, soudainement,...

Lire la suite

Déambulation strasbourgeoise

Déambulation strasbourgeoise

Le petit joueur de flûte de la place Saint Etienne 1. Par les rues, piétonnant, erre le promeneur, Musardant la venelle, en l’alerte sillage Des belles demoiselles, vives tarentelles. La rue des Frères, puis, par la rue des Pucelles, La place Saint Etienne...

Lire la suite

Urlicht

Urlicht

Gustav Mahler (1860-1911) Lorsque j’écoute une musique Lors je n’appartiens plus Au monde des mortels. Mon destin s’interrompt, L’horloge bat la contredanse ; L’andante et l’adagio lui prescrivant leur loi ; L’allegretto, presto, Bouscule la trotteuse...

Lire la suite

Chanson du pied qui boite

Chanson du pied qui boite

Vincent van Gogh, (1853-1890), Vieux souliers aux lacets, automne 1886 C’est un caillou dans la chaussure ;Minuscule scrupule pointuQu'à chaque pas, comme un murmureDe la conscience on sent, ténu, Exaspérant corps étranger.Dans la godasse il se déplace,Aïe...

Lire la suite

Incurable

Incurable

... Un diablotin au teint minable fit cette fable en bon latin ... Hautain en diable Un diablotin Au teint minable Un beau matin Fit cette fable En bon latin. Fi ! Est-ce viable Ce plantain, Est-ce fiable Encore enfin ? En son cartable Et c’est ma fin...

Lire la suite

Maître Jean

Maître Jean

Telle qu'en mes livres d'écolier, pour autant qu'il m'en souvienne... Le corbeau, le renard, le lion, pris dans les rets,La fourmi, la cigale et la mouche du cocheFurent ma compagnie, du temps que j’étais mioche. Le maître nous disait, lorsqu’il était...

Lire la suite

Le serment des chats

Le serment des chats

Hyacinthe Rigaud, (1659-1743), Portrait de Jean de la Fontaine Une fable à la manière de maître Jean, modeste hommage à son éternel génie J’ai ouï dire, de certain rat, Qu’en l’éternelle guerre D’avec les chats, Armistice naguère Vint clore le combat....

Lire la suite

Les propos contenus

Les propos contenus

http://colas.uniterre.com/124955/Exp%C3%A9rience+pr%C3%A9-colombie.html 1. Nous taisons, trop souvent, ce qu’il nous faudrait dire, Ces mots simples et doux que nos bouches retiennent Et gardent pour demain, pour le moment venu, Plus tard, tantôt, sans...

Lire la suite

Noëls anciens

Noëls anciens

... À la Noël, qui s'en souvient du temps passé de l'innocence ... Poudreuse, blanche au vent frivole, Danse la neige qui s’envole ; Aux rendez-vous des jours anciens, Qu'il faisait doux... À la Noël, qui s'en souvient Du temps passé de l'innocence ;...

Lire la suite

Solfège

Solfège

Partition de L'Oiseau de feu de Stravinsky annotée par Lydia Jardon. Rectitude savante aux lignes parallèles… La clé d’abord se love, avec son armature De dièses ou bémols. S’immole la mesure, Fraction sans effraction, deux temps, trois mouvements. Le...

Lire la suite

Abcès d’air

Abcès d’air

... Migre, et qu’aux aides, fin, si point trop laide enfin, cette ode qu’Alf, abbé, affable, hâle à la baie ... Ah, ah ! Dit tout à trac Le capitaine Patraque, Bah ! Si c’est comme ça Je pars et puis voilà ! Bébé imbu, Basile, Habile en son babil, De...

Lire la suite

La fête d’épeire

La fête d’épeire

... En sa carriole la luciole qui s’étiole brillera seule au clair de lune et pour des prunes … Dans leurs petitsSouliers vernis,Aujourd’hui les fourmisRouges sont de sortie : Selon le rite calendaire,Des araignes austèresSongeant en leurs repaires,C’est...

Lire la suite

Pucier

Pucier

Jean Bernard Restout, (1732 -1797), Morphée ou le sommeil La muse m’a tiré ce matin, de bonne heure Du lit où je dormais tel un parfait ronfleur. Elle sonne ma cloche et moi, pauvre imbécile Voici, je bat de l’œil et me tourne les cils ! Je ne me rend...

Lire la suite

Académie

Académie

Mon ultime ambition serait d’être immortel - Mais à titre posthume, élevé sans épée, Sans vote et sans murmure en de vertes nuées, Assemblées sur vos jours quand je n’y serai plus. J’y côtoierai, sans honte, en mon verbe inconnu Le poète oublié, le musicien...

Lire la suite

Intissé

Intissé

Je suis de ce tissu fait de mailles lâchées, Telle toile tendue sur un cadre disjoint Par un peintre vulgaire, sans art et sans dessein, Prisonnier d’un mensonge aux chaînes du paraître. À battre mon rappel lorsque siffle le maître, Répétition du jour...

Lire la suite

Clavicorde

Clavicorde

Le clavicorde produit un son assez ténu, qui en faisait essentiellement, autrefois, un instrument d’étude. Il était très prisé par Johann Sebastian Bach. Si je devais un jour, longtemps après ma mort, Revenir sur la terre et si le ciel fécond, Le dieu...

Lire la suite

Der rechte Weg

Der rechte Weg

Photo LD, le chemin des Roudelles, Le Lac, Creuse Jamais ruisseau, je crois, n’abreuva autant d’âmes.Moires, dans l’infini, esquissant ses marées,Ses fugues, ses motets, comme une trame immense,Murmurent au ressaut de chaque cœur diaphane. Parfois je...

Lire la suite