Aux chiffonniers

Aux chiffonniers

Il est d’étranges lieux où vont les âmes mortes, Cimetières d’objets des cœurs sans héritage, Des entrepôts ouverts à la presse des foules Qui cherchent à l’encan une bonne fortune. J’y vais perdre mon temps quand le temps m’importune, Renifler, d’un...

Lire la suite

Si, la, do, si bémol

Si, la, do, si bémol

Il y eut à Leipzig un fertile ruisseau, Débonnaire géant à la panse replète, Un ogre musicien aussi puissant qu’un chêne Profondément ancré, aux ramures célestes. Il couvrit de sa main où la plume était leste En souples broderies, sensuelles et sereines...

Lire la suite

Aux embruns du silence

Aux embruns du silence

Cordent, les contrepoints, aux traverses du temps, Où triolets festonnent la morne pendule, Tressant l’immatérielle embellie du silence Quand s’éjouit l’univers sous les doigts du vieux Bach. Aux éthers froids et nus que son harmonie pare, Son art, en...

Lire la suite

Volubilis

Volubilis

... Vole, volubilis, / Comme le font les flûtes ... Vole, vole à ce luth, Habile en ce calice, Qu’habille de volutes Un ut, oh, volubile, Ainsi qu’en cet asile Aux iles que voulûtes, Vole, volubilis, Comme le font les flûtes. Arias et délices, Charment...

Lire la suite

Rhinocéros

Rhinocéros

Quand même ils ne sont pas féroces, Pourquoi dit-on qu’ils sont si rosses Ah, les pauvres rhinocéros ? C’est vrai que puisqu’ils ont deux cornes, On pense qu’ils passent les bornes Avec ces piques qui les ornent ! Et comme toujours on s’en gausse, Bien...

Lire la suite

Ritournelle

Ritournelle

... Le marmouset, songeur, s’étonnait d’un brin d’herbe ... Le nourrisson fragile en l’herbe fut posé Par la mère attendrie qui regardait de loin. De loin… À peine plus d’un pas : tant de distance Déjà, pour ce corps qui fut sien, intimement, Mêlé à sa...

Lire la suite

Clepsydre

Clepsydre

Baldung-Grien (vers 1485-1545), les Trois Âges de la femme et la Mort La clepsydre va goutte à goutte, Grain de sable en mon sablier, Bat la pendule ma déroute, L’horloge rend mon tablier. J’irai sur le cadran solaire Pour fuir, ombre, ma destinée, Et...

Lire la suite

Au port de notre angoisse

Au port de notre angoisse

Théodore Gudin (1802-1880), vue marine, clair de lune J’avais suivi votre ombre, un soir, à la dérive, – On s’attache parfois à une ombre qui passe, Passager dérisoire, entravé par la nuit, Au songe inabouti de ce voyage étrange. Aux marges de l’oubli...

Lire la suite

Les maîtres-queues

Les maîtres-queues

Don Juan, par Giraudon Ils sont pleins de discours, mais leurs œuvres sont muettes. Les artistes verbeux s’exhibent aux medias, Où la banalité berne les subventions Au regard béotien des élus des nations. Et l’on voit s’ériger, partout, médiocrement La...

Lire la suite

Histoire de famille

Histoire de famille

La bataille de Fleurus, Jean Baptiste Mauzaisse (1784-1844) Allez grand-père dis, raconte tes histoires ! Oh, ben en ce temps là on tuait joyeusement À grands coups massues, d’épieux, de sarbacanes… Et puis après grand père ? Il y eut les épées, Ca saignait,...

Lire la suite

Où le silence abonde

Où le silence abonde

Albert Hartweg, À l'ombre d'un hêtre pourpre Mon âme s’enfuira de moi comme de l’eau, Je serai ce désert, asséché sous le vent, Où l’insecte secret bâtit en vain sa toile. De ce peu de matière évaporé, tantôt, Mon squelette blanchi, chimère, fera trace,...

Lire la suite

Alexandre, hein !

Alexandre, hein !

Carl Spitzweg, (1808-1885), le pauvre poète Ils sont treize parfois, quand ils devraient être douze. Mais parfois ils sont onze : où va ce judas Qui fuit furtivement, hélas, sans camisole ? Au diable soit la forme, et nul ne m'en console, S’ils sont...

Lire la suite

Au songe inaccompli

Au songe inaccompli

Rembrandt (1606-1669), vieillard assis, sanguine, 1631 L’ennui est un soupir aux visages meurtris, Quand, après le sommeil, d’un quotidien vieilli, On pousse avant, encore un peu, l’alternative, Plutôt que le silence ou l’immobilité. Ne sommes ici bas...

Lire la suite

Sur la peau d’une moire

Sur la peau d’une moire

Couché de soleil sur le Mont-Blanc, http://www.fotocommunity.de/pc/pc/display/31460686 Il y eu ce moment, calme dans le silence,Où la musique, en moi, naissait comme le chant,D'une respiration profondément discrète,Un murmure à ma lèvre, épousée dans...

Lire la suite

L’ultime lieu

L’ultime lieu

Le sarcophage des Muses, Rome, 150-160 après J.-C, musée du Louvre Par quelques gouttes d’encre sèche, Tombées sur du papier ligné, Mozart nous conte sa tristesse, Bach désigne l’éternité. Le musicien, sans vanité, Humble, nous offre cette ivresse, En...

Lire la suite

Icare

Icare

Maurits Cornelis Escher (1898-1972), le jour et la nuit J’ai fait, la nuit dernière un rêve merveilleux. Pareil à un oiseau, je surplombais les cieux ; Avais-je un corps, encor, ou seulement une âme, Etais-je pur esprit battant tel oriflamme Dépourvu...

Lire la suite

Janus

Janus

Janus, par Tony Grist Même au milieu du bruit, j’écoute le silence, En la foule, blessé, j’entends ma solitude ; Aux clartés de l’aurore, où j’épie la part d’ombre, Je sais ce qui se meurt et geint contre le vent. Janus au regard double en l’entre-deux...

Lire la suite

Jacob

Jacob

Rembrandt Harmenszoon van Rijn (1606-1669), le combat de Jacob et de l'ange 1. Je sais la sente obscure où il ne faut aller, L’étroit passage hideux enchevêtré de ronces Et l’amer précipice où rugit l’ouragan, La nuit, quand l’inconscient me tient sous...

Lire la suite

Diptyque

Diptyque

... C’est ainsi qu’on s’y fait et, concis, qu’on sifflait ... 1. J’ai l’estime, au logis, Pour l’étymologie : Si tout combat de nuques Est un combat sanglant ; Sitôt qu’on bat l’eunuque En ces combles sans clan ; La sangle alors assemble Cent glands,...

Lire la suite

Postérieure au vide

Postérieure au vide

Autoportrait de Charles Baudelaire. Dessin à la plume (1860) portant les inscriptions : « Ici, la bouche est meilleure ; d'ailleurs mêmes observations ». J’ai rêvé Baudelaire aux grottes basaltiques En sa vie antérieure où j’espérais languir, Hélas, si...

Lire la suite