Corbeille de fruits

Corbeille de fruits

Giuseppe Arcimboldo (1527-1593), Tête à la corbeille de fruits La nana que tu es, Bonne poire muée, Me ramène sa fraise Et ma pomme en est aise. Sur le gâteau, cerise, Où ta pêche est de mise, Mi-figue mi raisin Oh, range ton pépin. En ma passion, sans...

Lire la suite

Nature morte

Nature morte

Jean-Siméon Chardin, (1699-1779), Ustensiles de cuisine Les poules effarées, haussées sur leur cou grêle, Errent, grattant, des vers , la terre nouricière. Points d’interrogations, écoute, échos, les « côôôt ?», Plaintive certitude, au fond des basse-cours,...

Lire la suite

Les tout-petits enfants

Les tout-petits enfants

Les tout-petits enfants gambadent en marchant, Les tout-petits enfants rigolent en parlant, Aussi, aussi souvent, ils vivent en rêvant Et rêvent en vivant, les tout-petits enfants. Ils aiment en criant dire qu’ils sont contents, Ils jouent, mais tellement...

Lire la suite

Aux héritiers du vent

Aux héritiers du vent

Guido Reni (1575-1642), Saint Matthieu et l'Ange Le verbe est héritage, aux arches de mémoire.Inscrite, en chaque geste, en le rappel de l’heureL’absence, sans pavois, longuement nous écorne,Puis nous porte à sourire aux rebours d’une moire. Présents,...

Lire la suite

Confitures

Confitures

... Qui fait mourir d’envie les frimousses sournoises ? ... Cerise acidulée que l’on porte à sa bouche, Doux et âcre, le suc d’une croquante agape Qui mouille, rouge sang, les lèvres écarlates : Réjouissante agonie des fraises et framboises. Qui fait...

Lire la suite

Salope

Salope

Istvan Orosz, né en 1951, Kecskemét, Hongrie, illusion d'optique, d'après Pieter Bruegel l'ancien Salope, tu me tournes autour, M’encerclant comme le vautour, Et, souvent, pour mieux me narguer, En ma déroute viens arguer Ton monologue d’infamie. Tu m’appelles,...

Lire la suite

Festin

Festin

"Les Jours Maigres", réalisé par P. van der Heyden, (vers 1530 -1576), d'après un dessin de Bruegel l'Ancien (vers 1525 -1569) On mange pas sa vie, c’est elle qui nous mange, Qui plante à notre échine un croc toujours avide, Quand nous croyons goûter...

Lire la suite

Veau d’or

Veau d’or

Turner (1775- 1851), Tempête de neige, vapeur à l'embouchure d'un port La machinerie hurle une absurde colère, Suant son monoxyde épandu dans les airs. Dans ce halètement de bruit et de fureur, Rumeur exaspérée et sourde d’un steamer, Malédiction écrite...

Lire la suite

Monuments aux morts

Monuments aux morts

Les Jules, les Marius, les Constant, les Victor, Les Siméon, Albert, Séraphin ou Hector Ces vieux prénoms gravés, qui les regarde encore Aux coeurs de nos cités que leur marbre décore ? Naïf est l’apparat des monuments aux morts, Mémoriaux glorieux filant...

Lire la suite

Le visage de l’amour

Le visage de l’amour

Il est tendre et tendu, il quête et il commande, Il brave et se soumet, ordonne et obéi, Il chante puis se tait aux clartés de la nuit, Le doux et impérieux visage de l’amour. Il est tout à la fois le quai au point du jour, La lame fourvoyée dans l’onde,...

Lire la suite

Vide antérieur

Vide antérieur

La voie lactee dans le Wyoming, photo Eric Hines 1. J'étais présent, déjà, dans le vide antérieur ; Je mûrissais ma forme offerte à maints naufrages Et j'étais le virtuel, veillant au néant bleu. J'ai connu depuis lors les divagations, Le mélange incertain...

Lire la suite

En l’éternelle donne

En l’éternelle donne

C’est moi qui donne temps au temps, Moi qui façonne ma seconde, L’horloge c’est mon corps battant Qui fait ses bonds en cette ronde. Il ne passe pas ni s’enfuit, C’est moi qui m’use et me délite, Où chaque jour porte son fruit Délétère où la mort s’invite....

Lire la suite

Conte d’Yver

Conte d’Yver

... Ainsi, demandait-il : « à quoi l’âne Yver sert ? » ... Il était un ânon qu’on appelait Yver, Il n’était pas têtu mais tentait de trouver, Pourquoi il était là, transi sur cette terre. Ainsi, demandait-il : « à quoi l’âne Yver sert ? » Abattu, pas...

Lire la suite

Au Diable Bleu

Au Diable Bleu

Le « Diable Bleu » à Strasbourg, au coin du Quai des Bateliers... Il s’en allait au Diable Bleu, Bistrot du quai, tôt le matin, Mouillant de goutte son café Pour y trouver un peu d’entrain. Puis revenait le cœur maussade Vivre son propre autodafé En préservant...

Lire la suite

Les ailes du temps

Les ailes du temps

Il s’en vint m’habiter, l’esprit de la musique. Les notes, les portées, l’armature, les clés : Ce sont choses cryptées, mystère à mon cœur lourd. Je me souviens avoir aimé la symphonie Sans y comprendre rien, ému par cette chose Immense, déployée comme...

Lire la suite

Postlude

Postlude

Début du prélude en mi bémol de la seconde partie du Clavier bien tempéré Interlude, postlude, allegro con brio Toccata, sonata, basso continuo, Sinfonia grande molto espressivo, Clavecin en concert de Monsieur de Rameau ; Le plain-chant, le motet, messe...

Lire la suite

Deal

Deal

Non, sûrement pas tous, Pas tous les souvenirs ; Je rayerai les pires, Ceux qui faisait mourir La flamme pourtant douce En ma pauvre bougie. Je laisserai les cris L’insulte et la folie ; Je bâtirai un mur Entre moi et l’injure Au pays d’amnésie ; Puis...

Lire la suite

Aux immortelles

Aux immortelles

D’un ample lit à baldaquins, Pour cacher nos amours coquins, Nous avions rêvé autrefois. Las est défunt, le temps des rois, Nous n’eûmes qu’une humble banquette Pour effeuiller la pâquerette. Point de calèche, de dentelles, Mais aux brassées des immortelles...

Lire la suite

Après concert

Après concert

Pieter Brueghel le Jeune (1565-1636), danse de noces en extérieur Nous chantions « le Tourdion » ou bien « vide ton verre », Tout entier visités par une joie légère Et les plus enragés sortaient leur partition, Cherchant parmi eux qui savait donner le...

Lire la suite

Nisi Dominus

Nisi Dominus

Mystère, onde, marée. Sur les cordes, mystique, La musique se meut comme une ombre sereine, Au lent balancement d’un songe vénitien, « Cum dederit » exhale sa grave supplique. En la chambre banale où s’éteint mon enfance, En la ville vulgaire où mon âme...

Lire la suite