Graffitis

Graffitis

Graffitis sur mes pages blanches, Aux quatre coins de cette ville Aux rues, aux places, parcs et branches Ai semé mon verbe stérile. Oyez rimes de ma chanson, Voyez, j’ai le verbe facile, Voici le parfait mirliton Qui tricote son codicille. Pitre ventru...

Lire la suite

Des doublets dédoublés

Des doublets dédoublés

Déballez des balais. Des balles, des bas laids : Il faut avoir un verre à soi Disait le ver à soie. Ainsi désole, aux rythmes, Les rimes holorimes, Aphone ou homophone La faune à l’homme aux faunes. En double et adoubé Les roubles des doux, blets, Dédoublent...

Lire la suite

Dernier cercle

Dernier cercle

Les nuées, sur mon front, forment comme un couvercle Et du ciel bas et lourd, où menace l’ondée, Une grise lueur accroche ma pensée. L’horloge bat, au loin, la gigue cadencée, Du temps qui, sur ma vie lentement émondée, Trace une marque, à vif, sur le...

Lire la suite

En un ciel finissant

En un ciel finissant

Zachary D. Un enfant vient de naître au chevet du bonheur, Déjà sa frêle vie à chassé les jours sombres, Ainsi s’ouvre l’aurore au chant du crépuscule, Ainsi l’avenir chante aux portes de la nuit. J’ai lissé sur mon front ma crainte et mon ennui Pour...

Lire la suite

Le chant d’Orphée

Le chant d’Orphée

Musique survit à la mort, Elle est ce vent qui coule encore Et gonfle voile, dans le port, Où chante la rive en ces bords. Musique survit à la mort : La camarde, qui nous dévore, Quand même à l’échine nous mord, N’y peut rien de tous ses efforts. Musique...

Lire la suite

Ravaudeur des mots

Ravaudeur des mots

Pieter Claesz, ( vers 1596-1597-1661) nature morte avec lettre et chandelle, 1625 J’ai fait ma pirouette,Habituelle musette,Si désespoir me prendAinsi je m’en déprend. Un mot de calembourAvive mon contour,Lorsque, dans un sourire,Larme devient de cire....

Lire la suite

Dans le marbre des voix

Dans le marbre des voix

Dans le marbre des voix, en de graves contours, Songe d’une oriflamme aux hunes chamarrées, Il se dessine, en creux, cette absence éternelle Où se joue notre écho, en geste de pensée. Dans le cri modulé d’une gerbe insensée, Ainsi vains oripeaux de notre...

Lire la suite

Diapason

Diapason

Y a pas de sonAu diapason,Pas de SamsonNi Dalila. Où est le « la »Monsieur Saint-SaënsEt dans quel sensBruira-t-il là ? Bête fourchette,Toujours muette,Là, sur ma dent, Adolphe AdamQui siffle, holà ?Ah ! C’est un la… octobre 2010 Abonnez-vous ! Il ne...

Lire la suite

Душа моя (Mon âme)

Душа моя (Mon âme)

Libre, mon âme, envole-toi ; Comme un oiseau sur les rumeurs du vent, Comme un fétu, par le vaste océan Brassé jusqu’aux lointains De l’horizon sans but ; Comme la flamme au cœur de l’incendie, Comme la note au seuil de l’harmonie, Comme la vie, au bord...

Lire la suite

Vague à l’âme

Vague à l’âme

Katsushika Hokusai, (1760-1849), la Grande Vague de Kanagawa (1831) Parfois la sombre humeur me prend,Vogue la vague au vague à l'âme ;Parfois la sombre humeur m'entame,Vaquent les jours au fil du temps. Même aux beaux jours, même au printemps ;Même aux...

Lire la suite

Tocsin des vivants

Tocsin des vivants

... Tout le temple frissonne et se change en écoute ... Un chœur est comme un mur, et c’est un mur sonore,Et c’est un mur vivant où chaque brique danse,Où chaque cœur s’accorde en sa corde, fragrance,Frémissement divin dont la tourbe s’honore. Ainsi qu’en...

Lire la suite

Cantique de Schrödinger

Cantique de Schrödinger

... Mort et vivant, vivant et mort, / Mêlés ensemble intimement ... 1. Suis-je à la fois mort et vivant Comme le chat de Schrödinger, Aux profusions d’un univers Multiple, ouvert et captivant ? La science n’est pas un répons, Toujours avant elle questionne...

Lire la suite

Empire

Empire

Le Palais du Rhin, ancien Kaiserpalast, à Strasbourg Près du Palais du Rhin, étrangement l’on sent Comme une odeur d’humus. Les bancs tout vermoulus Sur lesquels le Kaiser, jadis, posa les yeux – Et, peut-être, qui sait, son auguste séant ; Exhalent vers...

Lire la suite

Ter

Ter

Comment ? Taire Le commentaire Et qu’on m’enterre ? Et comment faire ? Cela m’atterre En somme, austère, Môme s’en sert Un moment, serf Des mots sincères. Echos, Mystères, Au commis, stères, Ce mime enserre. septembre 2012

Lire la suite

Métaphore

Métaphore

Oeuvre de Walter Crane (1845-1915) Je cherchais une idée pour en fleurir ma prose, La belle périphrase ou le vers chantourné, Métaphores, litotes, figures de style Au champs de l’oxymore où planter mon verbiage. Hélas ! Rien n’est venu. Comme l’oiseau...

Lire la suite

En la brume du temps

En la brume du temps

l architecte....infatigable, photo de claudine capello, http://www.fotocommunity.fr L’araignée obstinée qui danse, sur le vide, Son modeste ballet sur un fil invisible, Preste, gracieusement, de sa laideur fluide, Telle une ballerine enchante l’air paisible....

Lire la suite

Où ma lèvre murmure

Où ma lèvre murmure

Ex-votos de la source des Roches à Chamalières (première moitié du premier siècle de notre ère), conservés au musée Bargouin de Clermont-Ferrand. Hier après-midi, au musée, en visite,Mon œil fut arrêté par une sépulture.Voici, nous disait-on, l’homo sapiens...

Lire la suite

Au voyageur dénué

Au voyageur dénué

Comète McNaught par ESO/Sebastian Deiries (http://www.labizeauxetoiles.fr) À mon retour des galaxies, Après avoir tant voyagé, Le cœur encor tout constellé Des cheveux d’anges des comètes ; Je me suis d’abord reposé, Un siècle ou deux, sur les nuées,...

Lire la suite

Résonances magnétiques

Résonances magnétiques

C’est un peu de mémoire vive En de numériques arcanes, Fantômes d’électricité, Aux résonances magnétiques. Allons, rien n’est parachevé, Tout n’est qu’en l’ombre du virtuel, Mon œuvre est née dans le silence, En silence demeurera. N’espère rien poète...

Lire la suite

Le blanc seing

Le blanc seing

Francisco Goya, (1748-1828), Les Parques Rien de plus que l’instant : c’est notre seul viatique ! Il n’est point d’échappée à cette loi suprême, Qui nous prend et nous porte en son vain stratagème Pour nous laisser perclus dans le soir sarcastique. Qu’aies-je...

Lire la suite