Aux fontaines du vide

Aux fontaines du vide

Carte du fond diffus cosmologique du ciel en entier, duquel on a soustrait la lumière de la voie lactée ; ce rayonnement a été émis il y a 13,77 milliards d'années et démontre des variations de températures de l'ordre des microkelvins. C'est étrange folie...

Lire la suite

Ma gerbe ductile

Ma gerbe ductile

Vincent van Gogh (1853-1890), Champ de blé aux corbeaux Puisque le temps nous ment, Puisque la vie nous quitte, Puisque le firmament Nous trompe en son invite ; Puisque, vide, le doute, Au vain puits de la nuit, Nous tient en sa redoute Ainsi l’outre...

Lire la suite

Synchrotrons

Synchrotrons

Ne sommes nous que trajectoires, Particules élémentaires Dans un grand accélérateur, Fait pour découdre le social ? Collusion d’un ordre primal, Décérébré par un moteur, Ainsi vont nos trames grégaires, Aux collisions de nos mémoires. À grand bruit, parcelles...

Lire la suite

Ta dague et ton gadin

Ta dague et ton gadin

Ta décade à deux sous, Un soin, poète, poète, Toi qui n’aime à toper À l’onomatopée ; Trop d’hallali Hélas, là, l’aire, T’as ta dague en dessous Et pomme paume empaume. Mâche un machin, Pullule un bide en ce bidule, Tâte un tas de gadins. Drôle est là...

Lire la suite

Aux portées du néant

Aux portées du néant

Ilia Iefimovitch Repine (1844-1930), Les Bateliers de la Volga Comme un enfant perdu dans la quête du temps, Dont le regard sérieux interroge l’instant, Dans le remord ardent de notre infanticide, Nous allons, sans livrée, où la voile décide. La nef de...

Lire la suite

Hier ist kein warum

Hier ist kein warum

Primo Levi, (1919-1987) Non, il n’y a pas de pourquoi, Le mal existe pour lui-même. Absurdement, il fait sa loi Et murmure en chaque phonème. Est-ce l’instinct du prédateur, Est-ce notre malédiction, Ou le dol scarificateur De notre chair en perdition...

Lire la suite

Au dérisoire accent

Au dérisoire accent

Maurits Cornelis Escher (1898-1972), Exposition d'estampes Quelle est ma vérité dans l’oracle du jour ? Dans le fragment que j’ai pour me faire une idée De ce peu que je vois des limites du monde, Où mon cœur outragé dévoile sa faconde ? Et que puis-je,...

Lire la suite

Humble dévotion

Humble dévotion

Le mausolée de Brec'h, "Hic Cecide runt" Si je ne reviens pas de mon prochain voyage, Puisque je vais auprès de l’Hadès entrouvert, Puisque je vais toiser les rives d’Achéron, Puisqu’Orphée, de son chant, ne saurait m’en extraire ; Si le néant, demain,...

Lire la suite

Spadassin

Spadassin

Simon Vouet, (1590-1649), le spadassin L’esprit tout aiguisé par une courte sieste, Le poète saisit une plume, un crayon, Une feuille qui traîne, un papier de rencontre Et couche sa morale en ses pieds, paillasson ! Ah, la muse, viens-t-en que je te carambole...

Lire la suite

Spectre sera la rose

Spectre sera la rose

Je suis la fleur pâlie que la rosée défroisse, Aux rais de l’astre mort j’ai fermé ma corolle, Et figé mon parfum dessus ma tige, close. Mais il faudra bientôt que ma pourpre, déclose, Pille l’azur vermeil de sa précieuse obole, Chair d’or devant l’aurore...

Lire la suite

Aux crêtes du vent

Aux crêtes du vent

Daniel Kharitonov, né en 1998 Dans le vivant écho des vastes harmonies La musique, en ses voies, inspire le silence. Les cordes et les bois, les cuivres en parades Et la creuse timbale aux puissantes cadences, Tout cela fait élan, en sonores errances,...

Lire la suite

Le bailli

Le bailli

Qu’est-ce donc que cette âme où elle s’ensommeille, Qui vient cueillir la fleur étrange d’un poème Sur la crête d’absence où l’inconscient jaillit ? Mais qu’est-ce donc qui tremble, en moi, soudain failli, Dans le recours ardent de ma simple bohème, Sous...

Lire la suite

Hallucinés

Hallucinés

Bénédicte Vandewattyne, hallucination, http://ben.vandewattyne.free.fr/ Thermes innées, Terres minées Sont terminées. Terne minet Mène au ciné Enracinés, Clercs avinés, L'air ravinés, Hallucinés. février 2014

Lire la suite

Cordier

Cordier

... Car l’homme est chanterelle émue sur le cordier elle vibre en la touche, âme au crin de l’archet ... L’intervalle, le pas qui compte nos extases Est comme une musique, un rythme singulier Où bat de notre cœur l’arpège et la mesure. C’est notre mélopée...

Lire la suite

À l’enfant de l’aube

À l’enfant de l’aube

Il est un grand sourire en une face ronde, Le petit enfant blond qui court entre les jambes, Au milieu des grands, joyeuse contrebande, Il galope à tout va en ses rives fantasques. Les pisse-froids, boudeurs, s’offusquent de ses frasques, Quand sa mine,...

Lire la suite

Vestige

Vestige

Le petit enfançon pas plus haut que trois pommes Avait un gros ballon, plus rond que sa figure. Et cette chose énorme, échappée de ses mains Roulait en bondissant devant sa course folle. C’était une douceur, comme fleur en corolle Que ce bouquet de vie...

Lire la suite

Vingt et un juin

Vingt et un juin

À grand renfort de bruit on fête la musique, Et c’est un borborygme saturé d’amplis, Une plainte électrique déchirant l’azur, Raffut de circonstance en assourdissements. Il semble qu’on voudrait défier les firmaments, Hurler plus fort, ainsi, contre la...

Lire la suite

Bénédicité

Bénédicité

Albert Hartweg, Trolls, aquarelle J’ai remercié les arbres, leur complicité,Tout à l’heure en ce parc où ma faim s'attablaitEn disciple alanguit du très sage Épicure.Je leur ai dédié ma chanson en rimaille Pour faire à leur grand chœur un contrepoint...

Lire la suite

Le cœur est un refrain

Le cœur est un refrain

Des souvenirs je prends le bon grain et l’ivraie, La fausse remembrance aussi bien que la vraie, La prose que j’ai dite autant que l’inventée Et de la fleur séchée la fragrance éventée. C’est tout un que cela, je suis seul en ma peau, Et j’aurai beau...

Lire la suite

Musicien de foire

Musicien de foire

Crinière échevelée, d’un dernier romantique Il s’est fait la dégaine en rutilant esthète ; Il prend la pose et semble défier le ciel, Pacotille d’artiste au désir de recette. Paganini de foire et de chambre d’écho Il arrange toujours, vers le superficiel,...

Lire la suite