Tra la la !

Tra la la !

... D’une larme salée, il mouille un peu son lait… « Une gifle ? » Il renifle : évitée, la mornifle... « Je veux pas, dit l’enfant, Na, c’est comm’ça Tra la la ! » Il ne sait plus pourquoi Ca va pas Le p’tit gars ; « Je veux être en colère Tra la lère...

Lire la suite

N’y vit dix vies ici

N’y vit dix vies ici

Je suis venu, J’ai vu, Des recrues, Les vains crus. Qu’ai-je cru De ces crues, Des revues De ces vues ? Rien de plus Las, perclus, Et reclus Que des songes inclus, Des mensonges ardus Et des rires perdus. février 2014

Lire la suite

Inventaire

Inventaire

Mon âme jetterez, quand je n’y serai plus,Vos poubelles emplies de l’homme que je fus,Encombré des bricoles, restes, et miroirs,Livrant au clair obscur secrets de mes tiroirs. Paperasses noircies de césures, de versOù vous ne voudrez pas sentir, de mon...

Lire la suite

Ultime contrejour

Ultime contrejour

Un glas vient de sonner plus fort en mes contrées, L’air a fraîchi, soudain, elle a fuit, la fauvette, Et l’ombre se dessine aux lisières des pins. Le crépuscule, en l’aube, a déjà ses confins, Ce qui de nous s’écoule est une onde muette Et chaque jour...

Lire la suite

Élégie

Élégie

Corolle insoupçonnée un poème surgit Dans la fange du jour. Le poète régit Son verbe et sa pensée, virtuelle, secrète, Elève l’ambroisie que son humeur sécrète. La muse, courroucée, daigne enfin lui ouvrir Maussade, son cœur las ; dans le sein d’un soupir...

Lire la suite

Migration

Migration

... Et demeure le soir, plein de crasseux oublis, en ce je ne sais quoi de désespoir grégaire ... Le rail souple dessine une épure gracieuse, Entremêlée, au loin, de squelettes, profils, Arachnéen écrin de pylônes et fils, Emprisonnant l'air bas d'un...

Lire la suite

Insomnie

Insomnie

... Lors voici que ma veille au point du jour succombe, ma fatigue est vaincue ... L'aurore fait son lit aux fronts sombres des bois Où la brume s'enlace au tronc noueux qui songe ; Pâle, en l'air chargé d'eau, un vague reflet tombe. Lors voici que ma...

Lire la suite

Truchement

Truchement

Je suis étrange truchement, Quelque chose par moi se noue Qui n’appartient qu’au firmament, Inaltérable, si j’échoue. Je ne sais pas ce qui se joue, J’ignore ce linéament Qui de mon âme se déjoue Et mène à mon renoncement. Je trace en ma page mon brou,...

Lire la suite

En la source native

En la source native

Photo extraite du cours métrage "Première neige" de Michaël Lalancette (Quebec) Salle d’attente, sans fenêtre, en l’hôpital. On se sent creux, de soi comme dépossédé, Un enfant crie, boule d’énergie qui s’épand Mais, hors de lui, toute vie, là, semble...

Lire la suite

Petit mendiant

Petit mendiant

Le gamin à l’accordéon, N’est pas doué mais il y va, De tout son cœur qui fait des bonds Sous le soufflet qu’un jour creva. Il n’est pas vêtu de haillons Mais sa peau qu’un aïeul cuivra N’a pas trop connu le savon : La misère le poursuivra. Devant la...

Lire la suite

Vendémiaire

Vendémiaire

Jean-Baptiste Camille Corot, (1796-1875), Le Coup de Vent, 1865 Qu’y avait-il avant les vents ? Cachés dessous leurs paravents, Que faisaient les moulins savants, Brassant aires de leurs auvents ? Mais dis, où on le vend, le vent ? Vient-il des pays du...

Lire la suite

Custer

Custer

Le champ de bataille de Little Bighorn, par le chef Sioux Matȟó Wanáȟtake (1846-1904) Le général Custer, ce brillant tacticien, En parlant des indiens qu’il trucidait si bien, Disait « un bon peau-rouge est un peau-rouge mort ! » Les poètes, sans doute,...

Lire la suite

Dédicace du jour

Dédicace du jour

Camille Corot, (1796-1875), Paysage d'automne Au poème du jour nouveau, Venu, comme réminiscence, Fleur incongrue de mon cerveau Que la muse, parfois, dispense ; À ce paquet de verbe nu, Comme d’un enfant la souffrance, Eclose au parvis ingénu Où rime...

Lire la suite

Lymphomes

Lymphomes

Lewis Hine (1874-1940), Mineurs à Pittston, Pennsylvanie, 1911 Ils ont organisé la souffrance des hommes, Il n’est plus en leur mains de schlague ou bien de fouet, La machine à penser rythme leurs métronomes. Voyez passer la chaîne et ses bêtes de sommes,...

Lire la suite

Dominicale

Dominicale

Les beaux petits enfants, joyeux poussaient leurs cris Que la tablée, émue, commentait, réjouie. Mère-grand évoquait l’usage de jadis Et les jeunes mamans, scrupuleuses, l’avis Du pédiatre, du sage et des académies. Tout le monde trottait après les pieds...

Lire la suite

Verbe gruge

Verbe gruge

L’oiseau de nuit Cherche un refuge, Encrier où crier. Et sa danse commence, Sérénade ou bien stance, Mélopée sans cadence. La parole, ancre, y est : Verbe gruge Moire d’ennui. mars 2014

Lire la suite

Condoléances

Condoléances

Couché dans mon cercueil en rêvant d’une bière Je m’ennuie à mourir ! Au bal des petits vers Certes, c’est ma tournée, mais n’ai aucun convive : La danse macabrée n’est pas une bourrée. Sous la terre tombé, vainement labourée, Dans le séjour des morts...

Lire la suite

Prémices

Prémices

Le volet rabattu sur la vive lumière À claire voie laisse filtrer, brise légère, Un souffle embaumé par l’été, plein de rumeurs, Dans le sein bienheureux de ces calmes splendeurs. Cœur à cœur nous épions les prémices du jour, Paresseuse livrée d’un paisible...

Lire la suite

Aux cieux livides

Aux cieux livides

Pablo Picasso, (1881-1973), Musicien, danseur, chèvre et oiseau, 1959 S’il fallait que je trouve mots Pour dire mon dégoût de vivre, Je les maillerai de ton rire Qui me retient devant l’abîme. Puis je leurs trouverai la rime Au cœur de cette âme où vient...

Lire la suite

L’île aux sophistes

L’île aux sophistes

Raffaello Sanzio, dit Raphaël (1483 -1520), L'école d'Athènes, détail C’est à Athènes Démosthène Qu’est la litote d’Aristote, Là où se fane Aristophane Et où radote L’Hérodote. Encore au socle De Sophocle, Esope, affable, ah, Fabula, Et l’Alexandre, un...

Lire la suite