Bacchus

Bacchus

Bacchus est un dieu morne à la pointe du jour ; Sa lèvre enflée exhale une haleine mourante Et ses tristes regards se posent alentour Qui contemplent, hagards, une aube terrifiante, Née de l'impure ivresse. Déchéance affalée Aux lices d’un comptoir en...

Lire la suite

Ostinato

Ostinato

Musique est mon ostinato Je vais, je viens à son tempo, S’égouttent à mes yeux ses eaux Qui passent sur mon cœurs, sanglots. Ses trilles sont mon staccato Ses mélodies mes oripeaux Et comme au naufragé radeau Elle mène mon concerto. J’y dérive en des...

Lire la suite

Fin de parcours

Fin de parcours

Que dira le dernier des hommes Au dernier des enfants humains ? « Dommage, petit, c’était bien, Le festin, déjà est fini ; Je te laisse pour l’infini, Tant pis s’il ne reste plus rien, J’ai souillé sentes et chemins, Peuplé la terre de fantômes... » ?...

Lire la suite

La révélation

La révélation

Aline D, (1959-1960) Il fallait bien qu’ici, sans doute, j’aboutisse, Est-une fin, en soi, ou un nouveau début ? Je reste circonspect : un verbe s’est écrit, Devant moi, sous ma main, une vérité blême. Je suis abasourdi de ce dernier poème, Ainsi donc...

Lire la suite

Pour défier la mort

Pour défier la mort

Il nous reste à cueillir quelques bouquets d'aurore, Mon amour, quand bien même, âcre, au vent de la bise, L'air qui nous recevait émonde nos désirs. Elle va, l'illusion des rives grimaçantes , Où le rire, figé aux lèvres murmurantes, Invoque nos pénombres,...

Lire la suite

Ardents, libres et droits

Ardents, libres et droits

À Mikael M., en d'autres contrées Le compagnon de route a déserté l’appel. Non pas qu’il soit tombé ou bien se soit perdu, La vie qui bifurquait l’emmène en d’autre landes : Nos forces dispersées chercheront ondes vives. Nous fûmes dans la lutte, ami,...

Lire la suite

Brassées de l’autan

Brassées de l’autan

En mon futur il est une impassible borne, Je la vois, devant moi, sans même en tressaillir, Elle est de marbre noir, ou d’ébène peut-être, Elle semble le deuil au mitan de la vie. Ombre parmi les ombres, sombre, elle convie L’attelage du corps et de l’âme,...

Lire la suite

Au noroît des cœurs

Au noroît des cœurs

Photo LD, sur la rive du lac de Servières, Puy de Dôme Le regard de l’enfant était droit et fiévreux, Sa geste, sa mimique, et quelque chose, en creux, Dans tout son corps tendu exprimait une attente : Déjà la vie, pour lui, avait été violente. J’ai su...

Lire la suite

Rimes aux lots

Rimes aux lots

Léonard de Vinci, (1452-1519), grotesque Dénué Des nuées, Je veux descendre Des cendres, Démonter Des monts et, De l’essence Des sens Encenser L’an sensé. Ainsi, Disait Vinci, L'un vente Et je l’invente. décembre 2011

Lire la suite

Orbe du chant

Orbe du chant

Luca della Robia, (1400-1481), tribune des chantres de la Cathédrale de Florence C’est un profond mystère, il nous perce d’un trait, Nous cueille à l’improviste et laisse bouche bée ; En nous le battement semble marquer le pas D’un cœur, soudain, blessé...

Lire la suite

En la mer, oublié

En la mer, oublié

Joseph Mallord William Turner, (1775-1851), A Disaster at Sea Le poème est un lieu d’ultime vérité. Intime m’y révèle en mon altérité Et si je viens à vous, qui me lirez peut-être, C’est comme un prisonnier derrière une fenêtre. Je ne sais que décrire,...

Lire la suite

Lu ce libelle

Lu ce libelle

Le grand poète, à petits mots Déverrouillera le langage À petits vers, à contre rime, Pourvu qu’il ne soit point trop sage. En matamore du verbiage Absurdement il trace et trime Accumulant en son bagage Libelles en rythmes jumeaux. Tomberont en son escarcelle...

Lire la suite

Le marchand d’oubli

Le marchand d’oubli

Détail de l'affiche du film "Quo Vadis ? ", réalisé par Enrico Guazzoni, sorti en 1912 Il est dessus l’esquive un pâle charlatan, Bonimenteur faraud qui sans fin nous harangue, Braillard de pacotille éventrant nos cœurs lourds Et souillant, dans notre...

Lire la suite

Paysage en couleur

Paysage en couleur

... Les nuages sont bleus, moutons dans les hauteurs, les pointes des montagnes piquent ces brouteurs ... L’enfant s’est emparé des crayons de couleur, Et voici sur la page blanche il trace un cœur : « C’est pour maman ! », il dit, et rajoute des fleurs,...

Lire la suite

La citation

La citation

Il avait l’air éteint, l’âge sait nous faucher, Tremblante était sa main et figé son sourire ; Son geste, sûr, jadis, désormais malhabile, Roulant la cigarette hésitait longuement. Chaque fois qu’il fumait, humant l’air un moment Il avait sa victoire...

Lire la suite

Les hérissons

Les hérissons

... S’ils sont en boule qu’on ne chamboule, pour eux tout roule ... En séries sont Que chérissons, Hérissés sont Les hérissons . Ils font la nique, Epiques, piquent C’est leur tactique, Point de réplique ! S’ils sont en boule Qu’on ne chamboule, Pour...

Lire la suite

Oradour

Oradour

... J’avais douze ans, peut-être, mon père nous menait aux ruines d’Oradour ... Le sang parle moins fort aux sentes de mémoire. Qui ne l’a pas connu ne peut se figurer L’écharde, dans la chair, et l’escarre à jamais Que l’horreur plante en nous, blessure...

Lire la suite

Le cas du cor

Le cas du cor

... Un ver enfin, qu’était plus fin dit, « bien, bien, bien il faut un mathématicien, pour compter, ah, tant de virgules ... Un mille-pattes À mille pattes Avait, avait Un cor au pied. Il savait bien De quel côté Mais même, sûr, Si c’est l’impair, Cela...

Lire la suite

Des ronds dans l’eau

Des ronds dans l’eau

J’ai vu un vers, à pied, qui me sonnet gaiement Lors je l’ai fait monter dans ma verve ajourée Parole, parabole, afin de faire – crime Vite, quatre à quatrain, rimes énamourées. Là je file bon train mon fier alexandrin En somme, divisé, je devise et m’escrime...

Lire la suite

Xylophone

Xylophone

... Dépassés ces accès mais, stressé en ces piques, le cil au silo sonne aux cônes électriques ... L’exil au xylophone au faune des lexiques Explique, si l’aphone en fit don à ses cliques, Que l’aune en suit l’excès pour tous les dyslexiques. Ainsi lèse...

Lire la suite