Au guindeau

Au guindeau

... Que mes vergues, là haut ... Garderont, en ces bords ... À l’heure d’épouvante où s’engloutit l’épave ... Quelque chose navigue, en moi, comme une étrave, Un silence oublié en de mornes langueurs, Sillage, sur la mer, que les vagues enlacent Et content...

Lire la suite

Les sœurs malignes

Les sœurs malignes

... Mais la brise et bise sont sœurs ... L’hiver ne voudrait pas mourir, Il raccroche en ses doigts venteux, Aux nuques nues des imprudentes, Echarpes trop tôt disparues. Pâles, pressées de par les rues, Silhouettes ne sont plus lentes, On trotte en maudissant...

Lire la suite

Théâtre d’ombre

Théâtre d’ombre

Philippe Caubère, interprète "La danse du diable" Je n’aurais pas vécu, j’aurais rêvé ma vie, Projetant, sur l’écran de mes paupières closes, Au rebours de mes jours qui s’épanchent dans l’ombre, La fiction délavée de mes désirs sans nombre. Là, dans...

Lire la suite

Comptine

Comptine

... J’en appelais à ton image qui calmait cet enfantillage, Grand-mère, et au son de ta voix ... C’était mon petit souvenir, Mon secret caché dans le noir Lorsque j’étais couché, le soir. Là, j’avais peur de voir venir Le monstre effrayant ma candeur,...

Lire la suite

Voix anciennes

Voix anciennes

... Où sont tous ces enfants, gracieux et vulnérables, poses décolorées figées dans les albums ... 1. L’enfance ne fuit pas d’un jour aux lendemains, Elle habille le corps, en traces surannées, Flammes jamais éteintes. Mais la sourde blessure Recuit sous...

Lire la suite

Frontons anciens

Frontons anciens

Vincent van Gogh (1853-1890), souvenir d'un jardin à Etten (les dames d'Arles) Je n’avais pas besoin du monde Et me passais de ses verbiages. On disait : « Vois le solitaire, Toujours à remuer ses rimes Sous l’astre mort de ses déprimes ! » Couché sur...

Lire la suite

Volute

Volute

Volute d'un chapiteau roman L’apaisement s’en vient, volute Au chevet sombre de nos corps Meurtris, que la douleur réfute, Au repoussoir de nos remords. Alors s’épousent dans un cri La chair et l’âme en leurs surplis, Tant, qu’une larme amère inscrit,...

Lire la suite

Péristyles

Péristyles

Paris vu depuis les hauteurs de Chanteloup les vignes, voir lien ci-dessous C’est comme si le ciel s’abouchait à mes lèvres Avides de hanter ces laiteuses clartés, Brume, souffle exhalé des moires d’eaux fumeuses, Nappes masquant, au jour, l’infini de...

Lire la suite

Partition

Partition

... En sa palette l'interprète irise au soir la partition, clair obscur que l'horizon cèle. ... La musique e st l'astre au couchant, En sa palette l’interprète Irise au soir la partition, Clair obscur que l'horizon cèle. L’azur en nous s'y renouvelle,...

Lire la suite

Pilate

Pilate

... Nul ne vient le bercer, pour lui, pas de chanson ... Aux pieds des murs d’argent de notre métropole, Mendiant sa triste vie, un tout petit enfant Crasseux, dépenaillé, prostitué, battu S’endort sur un trottoir en un lit de carton. Nul ne vient le...

Lire la suite

Las, le fat bée

Las, le fat bée

L'abbé cédait : Eux, elfes, j'ai hache, Ci-gît cas ... L'abbé cédait : Eux, elfes, j'ai hache, Ci-gît cas. Elle aime Haine : hop, écu Est resté eu ! Vers double verre Rixe, tigre Excède. janvier 2006

Lire la suite

Jadis

Jadis

Floue et surexposée, comme le souvenir... Tu appelles, je sais, toujours mon cœur attend, Il t’entend chaque jour, malgré le poids des ans, Petite fée, jadis, évadée dans le temps. L’illusion de ta voix, calme au chevet du vent, Délavée par les pluies,...

Lire la suite

Corolle

Corolle

Auguste Rodin, (1840-1917), le baiser Laisse-moi donc cueillir un baiser à ta lèvre, Comme en fraude on dérobe, folle farandole, Des filles en bouquets, ris pour parer sa quête. Farouche ne soit donc, puisque tu es coquette Et me dit l’embellie que j’implore,...

Lire la suite

Départ

Départ

Gustav Klimt, (1862-1918), Judith et Holopherne, détail Ils soufflèrent, les vents, dans la voile volag e Et le navire à l’ancre en rompit son amarre. L’enfance, qui riait sous les brises du port, En courut sur son err e, alerte, sans effort. Puis, peu...

Lire la suite

Pater

Pater

... Jadis dans les maquis où tu faillis mourir, En soutenant l’ami qui peinait à te suivre ... Je me souviens de toi comme un tas de chiffon, Dépouillé par la mort de ta pauvre prestance, Etranger devant moi dans le cercueil ouvert Au factice apparat...

Lire la suite

Froidures

Froidures

... Épouvantail en robe blanche, Aussi lunaire qu’un Pierrot ... Quand l’hiver mouche leur dédain, Ployant l’échine des forêts, Les bouleaux font la révérence, Leur cime affleurant le coteau. Tout est pur comme le cristal Aux froidures du jour venteux...

Lire la suite

Le chardon

Le chardon

Il est en moi, furtif, cet enfant au cœur triste Qui ne comprenait rien dans la rive des jours, Affamé d’un dessein lui échappant toujours, Ebloui de lumière au milieu de la piste. Oh, certes, j’ai grandi parmi ce désarroi, Comme un chardon, peut-être...

Lire la suite

Argan

Argan

Honoré Daumier, (1808-1879), étude pour "le malade imaginaire" Depuis longtemps déjà il ne cesse de geindre Et livre aux médecins chacun de ses organes ; Il porte la minerve et boite en béquillant Toujours en l’entre deux de quelque nouveau mal. Il lit...

Lire la suite

Graphomanie

Graphomanie

... Exploits d’huissiers ou de caissière ... ( parodie ) Sur des emballages de bière, Exploits d’huissiers ou de caissière ; Froissé, sorti d’une poubelle, Papelard pour ma ritournelle, J’écris ton verbe. Sur les journaux, les magazines, Sur mes bd, sur...

Lire la suite

L’âtre

L’âtre

En Creuse bat mon cœur, par des chemins ombreux Où j’ai laissé mon âme en friches, en jachères ; Pour mieux m’y réchauffer, pensif, dans le couchant, Je reviens à ce feu qui couve sous la braise. Il n’est que de souffler au foyer qui m’apaise Pour qu’y...

Lire la suite