Où la vie passe

Où la vie passe

Norman Rockwell,(1894-1978), Day in the life of a little girl, 1952, détail C’est une bande de marmots Entre une mère douce et le calme d’un père, Et ça discute, et ça questionne, Ç a rit, ça se dispute, crie et fanfaronne. « Ç a mange quoi, la coccinelle...

Lire la suite

Sous la bise du temps

Sous la bise du temps

... Ce ne sont plus qu’échos de lointaines musiques, quand les remous du temps viennent brasser nos cœurs ... Le monde est toujours neuf au regard de l’enfance, En chaque jour renaît, sur sa frêle innocence, La livrée de l’aurore, aux splendeurs passagères,...

Lire la suite

Que nul ne bouge

Que nul ne bouge

Première bougie en mon bouge... Voici donc une année pleine, en cette plaine alsacienne que je pérore, chaque aurore en ce blog. Il a été conçu un peu comme une bouteille à la mer par un poète amer, à peu près impublié, mais à pub lié par la plateforme...

Lire la suite

Le Beau-corps et le Narre-œufs

Le Beau-corps et le Narre-œufs

Illustration Elsa Speckel, http://www.lapattedencre.fr/biographie (Près d’à Ange là de Taine fonte, en lents vers) Très mais Beau-corps, sur ombre art chais perd Naît, eux en son keub un mage fort. Très mais Narre-œufs , par l’heure d'eau chez aller Lui...

Lire la suite

Narcisse

Narcisse

Salvator Dali (1904-1989, Métamorphose de Narcisse, détail Tous ces puissants désirs qui travaillent nos corps. Désir d’appartenir, de prendre, de fouiller, De fouir et de jouir ; l'appel de la violence En bouffées, dans le sang, qui frappe sous la tempe...

Lire la suite

En l’espace pluriel

En l’espace pluriel

Photo extraite du film « Johnny Mad Dog » réalisé en 2008 par Jean-Stephane Sauvaire La tache de sang rouge, brune est devenue, Qui donc saura, tantôt, que je suis mort ainsi ? Un monument de pierre où sera mon tombeau, L’oubli, plus sûrement qui disperse...

Lire la suite

Toujours mourant

Toujours mourant

... prisonniers dedans sa nasse, inertes, suivons le courant, immobile au deuil de l’espace ... Non, ce n’est pas le temps qui passe, C’est nous qui passons dans le temps, S’il nous embrasse, nous enlace, Ses sourires sont insultants. Et, prisonniers...

Lire la suite

Au seuil de vos paraîtres

Au seuil de vos paraîtres

... L’artisan d’autrefois, dans ce calme apparent, avait dépeint la vie sur l’antique masure … Fendu, ventru, pansu, sans grâce, portant beau, Ce pot de terre cuite, humble dans la cuisine, Jadis, où mère-grand dressait des fleurs séchées. Silhouette...

Lire la suite

Poèterie

Poèterie

Trouverez, à l’envie, des vers, grands et petits ... Les bris de mes soucis, les scies de mes ennuis ... Dans ma poèterie, Ouverte jour et nuit, Trouverez, à l’envie, Des vers, grands et petits. Et puis aussi les fruits De mon verbe recuit, Les bris de...

Lire la suite

Savinien

Savinien

Savinien Cyrano de Bergerac, par Tim Holter Bruckner, né en 1950 De cette passe d’armes, cette passe d’ombre Je suis sorti vainqueur, je crois malgré le nombre, Et, bretteur sans rapière en la lice du jour De haute lutte j’ai conquis droit de séjour....

Lire la suite

Aria da capo

Aria da capo

Elias Gottlob Haussmann, (1695-1774) portrait de Bach, détail Aussi longtemps que je vivrai, Musique sera mon regret : Les mots ne m’en consolent pas, Ne vais qu’au rythme de mes pas. Peu me chaut d’être le soliste Sous les lumières de la piste, Ni les...

Lire la suite

Laborieux orages

Laborieux orages

Egon Schiele, (1890-1918), Les amants, détail Le mal serein m’étreint où ma raison chancelle : Oh, la fièvre qui naît en la forme mortelle Et vient brûler, au front des filles, la sueur Dans la joute d’amour épuisant notre ardeur. Là je m’épancherai en...

Lire la suite

Jeu du poème

Jeu du poème

Dialogue, par le photographe Néo-Zélandais Doc Ross, né en 1955 Le Je du poète, C'est le contraire de l'ego, C'est très universel Et ça parle de l'autre. Le Je du poète, C'est une multitude Comme la mer immense, Il transcende les âges, Il transcende les...

Lire la suite

Au régaloir

Au régaloir

Piotr Kontchalovski (1876-1956) ), Portrait de Pouchkine à sa table de travail Mes mots sont chevalets, Outils pour mes rimoires Et j’en fais un ballet Où mon verbe à mes moires. Oyez de mon histoire Futiles cabalettes : Ne tentez pas d’y croire, Ce ne...

Lire la suite

Cendres de naguère

Cendres de naguère

... Et, dans le vain brasier des cendres de naguère, disperser les fumées de notre humble mystère ... Je t’ai haï, je crois, et le regrette encore ; Moi, que le trouble creux de la folie ignore, Je te voyais détruire une lumière en toi Qui n’y pouvait...

Lire la suite

Crabes

Crabes

... Où sont crabes entre eux, mornes et sentencieux ... La lune dans les cieux Me montre dans ses creux, Où sont crabes entre eux, Mornes et sentencieux. Je regarde sérieux, Les mensonges odieux, Les rites des faux dieux, Mimes mystérieux. Et tire, malicieux,...

Lire la suite

Poussins

Poussins

... Il y a des rondins, des agrès et des trous : un, deux, trois le voila parti conquérant de l’après-midi ... Les poussins sont au parc, encombrés de joujoux, De pelles, de seaux, de tamis. Là, posés sur le bac à sable, Les tout petits ne sont hardis,...

Lire la suite

Résolution

Résolution

Jean-Baptiste Camille Corot, (1796-1875), Le pont de Mantes Il pleure sous la pluie, grimpé sur un rebord. Il regarde la rue et le vide à ses pieds, Il dit qu’il va sauter, qu’il veut finir sa vie Et de profonds sanglots traversent sa poitrine. Un autre,...

Lire la suite

Télé Réalité

Télé Réalité

... Il est l’heure manant, allume ta télé : tu y verras la vie comme il faut qu’elle soit ... De nouveaux histrions produisent à grands frais L’amusement des peuples, la publicité, Généreuse marâtre aux poches toujours pleines, Finance en gabegies les...

Lire la suite

Pèlerin

Pèlerin

... Et je trace pourtant l’indiscernable épure en ce verbe impuissant, mendiant d’éternité ... J’ai fait sonner mon pas sous d’anciennes cimaises Et de ma solitude abreuvé mon cœur las ; Un mélisme à ma lèvre en la voûte sereine Cherchant l'écho, toujours,...

Lire la suite