Tourbe

Tourbe

... Murmurant mon essence en l’orée impatiente, ton tronc sera livrée où mes songes naîtront ... Tu manquera un jour, vieil arbre, en mon tombeau, À mon front amoindri et recouvert de tourbe Et de cendre et d’humus et par l’oubli des hommes. À moins que...

Lire la suite

Pieds de cochons

Pieds de cochons

... Bisouillant en riant ce délice d’arpions au festin d’osselets de nos pieds de cochons ... La mine réjouie et la lippe gourmande, De ses marmots curieux attisant l’impatience, Parfois, papa, le soir, rentrait, faisant mystère D’une chose cachée, -...

Lire la suite

Gurrumul

Gurrumul

Geoffrey Gurrumul Yunupingu, né en 1971 sur l'île d'Elcho, au large de la terre d'Arnhem, en Australie L’aveugle musicien du peuple aborigène Qui dit sa mélopée de cette voix d’enfance - Celle qu’on garde en soi, sans jamais la renier ; Ce beau visage...

Lire la suite

Rémission

Rémission

... Dis à l’antique Parque, à la chère fileuse, en continuant l’ouvrage, en dupant la coupeuse ... Je me tuerai demain, à moins que je sois mort…Demain, il sera temps, demain rase gratis :La corde n’est pas prête et le chanvre, je crois,N’est pas encor...

Lire la suite

Sancho pensa

Sancho pensa

Honoré Daumier (1808-1879), Don Quichotte et Sancho Pança Sancho pensa, pansant sa rosse : « Pançà ta panse vraiment penche Un peu trop bas… » Qui choque Quichotte En parlant bas ? Là-bas, passant, c’est le Pançà. « C’est du ciné, ma Dulcinée, Ma destinée...

Lire la suite

Déshérence

Déshérence

... Ainsi notre espérance, ainsi nos trames vont, au fil de l’érosion en l’abime sans fond ... Solide comme un roc au milieu du courant… Mais le courant l’emporte, veule, exubérant ; Ainsi notre espérance, ainsi nos trames vont, Au fil de l’érosion en...

Lire la suite

Black boy

Black boy

William Lindsay Windus (1822-1907), le garçon noir, 1844, détail Dans le tram, l’autre jour, en la foule, agrippé, Dans la presse agité, secoué comme un prunier ; J’eus soudain près de moi au hasard d’un arrêt Adolescent timide, un peu gauche et gêné,...

Lire la suite

Aveu

Aveu

Lionel signe parfois léo, ici ornementé par son ami Pierre Bertaut, flûtiste et calligraphe Discret protagoniste aux lettres dont il joue, Révérence parler des rimes qu’il dénoue, Offrande compassée d’une muse trop sage, Il erre en les travées d’un vaste...

Lire la suite

Evasement

Evasement

Van Gogh peignant des tournesols, 1888, par Paul Gauguin (1848-1903) Un parmi le possible à l’œuvre dans l’instant Comme une forme, un vase, ainsi qu'un contenant, Je suis dans ce qui passe et meurt en un moment. Voici, le temps s’enfuit dès le commencement,...

Lire la suite

Dernier heurt

Dernier heurt

... Au son du métronome tous les hommes sont, comme de vains pensums, pendus à l’hameçon ... Passent à petits pas, las, les petites gens, Aux horloges, compas qui mesurent leur temps ; Au son du métronome tous les hommes sont, Comme de vains pensums,...

Lire la suite

Sens au nez

Sens au nez

... Epiée, en vie et vers, c’est vert, un nez mystique, belles jambes... À l’hémistiche, belles iambes, En pieds enviés et vers sévères, C’est, label, l’ode aux cent sonnets. Sa ballade est une rengaine, Sa comptine elle a quatre, trois strophes. D’eux...

Lire la suite

Portraits croisés

Portraits croisés

... Ce moutard de quinze ans ... Que voit-il ?... un vieux con mal luné ... et qui le scrute, envieux ... Ce petit con maussade assis là, face à moi,Qui me toise de haut, d’une moue méprisante,Le col ouvert en grand, la doudoune seyante,Tête ceinte d’un...

Lire la suite

Autocentré

Autocentré

"La casa del arbol" et sa balançoire à 2660 m d'altitude, près de la ville de Baños de Agua Santa, Equateur L’enfant se léchait les genouxPour être sûr qu’il existait,Et quand l’adulte lui parlaitSes yeux fuyaient, calmes et flous. Car on l’avait voulu...

Lire la suite

Sur d’anciennes amours

Sur d’anciennes amours

... Tous mes anciens aïeux, disparus du présent, murmurent par ma voix comme chante le vent ... C’est là que j’ai compris, sans qu’un mot fut donné,Qu’alors j’appartenais à cet ordre du monde,En cette simple ellipse où s’écoulaient mes jours,Dans l’abondance...

Lire la suite

Do not stand at my grave

Do not stand at my grave

Camille Corot (1796 1875), L'étang à l'arbre penché Ne t’en viens sur ma tombe paraphrase du poème de Mary Elisabeth Frye d Do not stand at my grave and weep I am not there. I do not sleep. Ne t’en viens sur ma tombe, Encombré de tes pleurs : Là je ne...

Lire la suite

Sous les mouvantes nues

Sous les mouvantes nues

Guillaume de Harsigny (vers 1300-1393), le plus ancien gisant "transi" conservé en France Une tombe seulette, au beau milieu d’un pré, On se dit : « c’est étrange... » Au nouveau cimetière Il s’en fut le premier. Telle une sentinelle, C’est un mort inconnu...

Lire la suite

Dans l’infini ouvert

Dans l’infini ouvert

... Chrysalide rompue, en ce corps extirpé, l’être s’en vient renaître au déchant d’une gamme ... Elle nous met en cause, intime, la musique,Et se lève soudain dans le chevet de l’âme,Ainsi qu’une bourrasque, une tempête heureuseQui vient bouleverser...

Lire la suite

La goule

La goule

Lewis Hine, (1874-1940), Spinner in Globe Cotton Mill, Augusta, Georgia, 1909 1. C'est comme un cœur qui pulse un battement sauvage, Halètement de goule abreuvée de diesel, De graisse, de travail et de misère d'homme : Machine, monstre hideux qui ne libère...

Lire la suite

Hérodiade

Hérodiade

... Ainsi son or, prince consort, au sort, jetait ... Hérode aimait Jouer aux dés. Mais, érodé, Dedans son dais, Que dire ? Aidé De son laquais, Césaire, rodé, Sincère rodait. Ainsi son or, Prince consort Au sort, jetait. Et son trésor En son palais Interjetait....

Lire la suite