Chœur silencieux

Chœur silencieux

Le kiosque à musique du parc des Contades, à Strasbourg Aux Contades, souvent, je me tiens en retrait, À contempler la vie passer devant mes yeux, Qui rêvent un poème où sont vos silhouettes. Dans le mitan du jour, s’inventent mille fêtes, La brise tendre...

Lire la suite

Chant de l’éther

Chant de l’éther

( Chandelle et terre ) Je n’ai envie de rien, Ode, au chant délétère. Démon ainsi fiance Mon âme de matière Lente en sa finitude Aux abîmes du faire. Et ma rime, à défaire, Chante en sa fine étude, Flamme où ma hâte y erre. De mon insignifiance, Rôde...

Lire la suite

Équidistant

Équidistant

Un battant de la porte d'entrée de l'Abbaye d'Orcival, Puy de Dome Il ne faudrait que je m’efflanque, Où l’univers a fait sa planque, Sans un murmure, au mur de Plank, Spéculation de sa big bank. La messe, en relatif ite Est dite en relativité, Espace...

Lire la suite

En bavardin

En bavardin

Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné, (1626-696) Les mots sont comme des fenêtres, Ouverts ou parfois refermés, Ils sont la porte de nos êtres, De nos esprits les grains germés. Sème ton cœur au gré du jour En ta parole et tes pensées, Fleurit...

Lire la suite

Pluie d’automne

Pluie d’automne

Gustave Caillebotte, (1848-1894) Rue de Paris par temps de pluie, détail On s’achemine vers la pluie :Dehors tout semble morne et gris ;Même les ris, même les crisQue font en riant les petits Se perdent au loin comme suie.Les arbres seront parapluiePour...

Lire la suite

Au chevet d’amitié

Au chevet d’amitié

... Il y eut la bonne table et les fruits de la terre ... Il y eut la belle table et les fruits de la terre, Un peu de vin, aussi, parfumant nos haleines, Ces mots tant de fois dits où fusent nos humeurs, La présence, en nos mains, de nos anciennes rives....

Lire la suite

Péronnelle

Péronnelle

Eugène Trigoulet (1864-1910), Elégantes sur la plage de Berck, détail Elle parle, elle parle, et parle pour parler,Pour se donner un peu l’impression d’exister ;Comme une meule brasse et l’ivraie et le grain,Des bavardes moissons de son morne destin....

Lire la suite

Hypocrisie

Hypocrisie

Honoré Daumier (1808-1879), Entracte à la Comédie-Française, détail Il campe sur son pré carré, Aveugle, sourd et, sans arrêt, Monologue son aparté À qui ne sait s’en écarter. Il tient de l’âne, il tient du bœuf On dit de lui : « Ce crâne d’œuf L’imbécile...

Lire la suite

Catacombe

Catacombe

... Inconfortable issue où je cherche mes aises, comme un derviche abscons qui tourne sur la terre ... Un souvenir ancien se heurte à ma mémoire, Je ne sais pas lequel, c’est une sensation, Quelque chose de vague en ma respiration Qui bat sous ma paupière...

Lire la suite

Plectre

Plectre

Johann Heinrich Füssli (1741-1825), Le cauchemar, détail C’était dans la nuitée le moment des alarmes, Tel, en un songe creux qui nous tient en ses charmes, D’une lente bascule où l’inquiétude sourd, S’habille un cauchemar, défroque d’un cœur Lourd. Et...

Lire la suite

Héritage

Héritage

Andrea della Robia (Florence 1435 - 1525), buste de jeune homme 1. L’enfance a un pays misérable et violent Peuplé d’impressions vagues, de grandes frayeurs, De sensations brutales, d’un profond silence À qui n’a pas de mots pour exprimer ses maux. On...

Lire la suite

Comme des fleurs qui dansent

Comme des fleurs qui dansent

... et beaux comme les fleurs, comme des fleurs qui dansent, comme un ciel rougeoie ... J’ai trouvé sur le web, telle chanson de joie, Un chœur d’enfants d’Afrique et de toutes couleurs, Beaux comme l’innocence et beaux comme les fleurs, Comme des fleurs...

Lire la suite

Gueuse

Gueuse

... Lors doctement j’inscris, renonçant à ma voie, son verbe de mystère en d’étrange faconde ... Elle n’obéit pas, la muse, cette gueuse Et m’emmène souvent où je ne voudrais pas Qui court à toute allure aux touches du clavier. Et sa mine, au crayon,...

Lire la suite

Bornes de lumière

Bornes de lumière

... Nous savons les trous noirs aux cœurs des galaxies ... Et calculons l’aplomb des bornes de lumière ... Nous sommes enchaînés au temps sur cette terre. Existe-t-il un antre aux gouffres sidéraux Où pulse, d’une horloge, l’univers en son mètre, Instance...

Lire la suite

Rhétorique

Rhétorique

Devinette : qu'est ce qui est rouge, blanc, bon au naturel autant qu'à l'huile ? Réponse : letton sur thon. Figurez-vous que j’ai, en main propre, lavé Ma figure à l’épure, mais au sens figuré. Cette figure de style, hostile, figurait Au péristyle, ainsi,...

Lire la suite

Geste innée

Geste innée

Une enluminure extraite du manuscrit du « Roman de Renart », 1301-1400 Je n’écrirai pas de roman. Certes, je m’y suis essayé, Et j’ai rempli quelque cahier De mes émois rédhibitoires. Ce ne sont que débuts d’histoires, Songes que j’ai su mal lier, Balbutiements...

Lire la suite

Semeur

Semeur

Le semeur, (détail), par Vincent Van Gogh (1853-1891) Je suis le grand semeur, Je sème paraboles, Je sème ma rumeur, Je sème des paroles ; Au fond de tous les cœurs Je sème farandoles De mots et de couleurs. Cueillez, cueillez mes drôles, Et que l’aile...

Lire la suite

Polissoir

Polissoir

Age de pierre, polissoir du Champ Soyer de Marcilly-le-Hayer déposé aux Musées de Troyes Inéluctablement je reviens sur la page, La bille à l’encre trace travée pour ma rime, À mes doutes se sont de fortuites agapes Et ce songe, à mesure, y construit...

Lire la suite

Pierrot de pacotille

Pierrot de pacotille

Paul Legrand (1816–1898) en Pierrot, par Gaspard-Félix Tournachon (1820-1910) dit Nadar Je respire, profonde en ma rime loquace La fragrance du jour ouvert en l’aube grise, Ma prébende de mots ici trouve sa trace Où je suis ce rêveur dont le verbe se...

Lire la suite

Vieux con

Vieux con

Léonard de Vinci, (1452-1519), grotesque J’ai moulu mon grand œuvre et m’en suis exténué ; Serai-je donc ce fou qui lime ses rimailles, Ce moine défroqué rivé à l’écritoire, Prophète, en son désert, comme un stylite abscond ? Ou bien plus simplement rien...

Lire la suite