Au seuil de l’âge vieux

Au seuil de l’âge vieux

... Que suis-je devenu, au seuil de l’âge vieux, et que ne suis-je encore un doux être curieux ? Un visage d’enfant, entrevu à l’écart, Là, à la dérobée derrière cette vitre. Je n’entends pas sa voix, je ne sais rien de lui, Petite âme en ce lieu comme...

Lire la suite

Dans la houle du remords

Dans la houle du remords

... Et, dans la houle du remords, le cœur s’emballe et n’en démord ... Quand le corps invite la mort Une feuille, une plume, l’encre, Et les mots deviennent une ancre, Certes l’on s’arrime en ce port. Havre illusoire en la tempête Môle où vient giter...

Lire la suite

Les rives inclémentes

Les rives inclémentes

... Et, près d’aller fouler, bientôt, l’ultime sente ... en la source buvons, désormais transparente ... On ne fait jamais deuil de cet amour versé Dans l’orée de nos jours. L’âge est un océan Qui ramène l’émoi que l’aurore cela En cette plénitude. On...

Lire la suite

Pareils à l’insensé

Pareils à l’insensé

Ludwig Eduard Boltzmann (1844-1906), physicien et philosophe, auteur de la formule de l'entropie Tant pis, nous l’ignorons, mais chaque instant est rare, ‒ C’est par ailleurs heureux, quand celui-ci nous navre, Mais la plupart du temps, inabouti, il passe,...

Lire la suite

Innombrables et flous

Innombrables et flous

... Et dans l’onde nocturne, à brasser mes remous ... je ressasse, sans fin, mon éternel remord ... La nuit s’en est venue délayer l’horizon.Là-haut, la lune absente au ciel blasé de brume,Et quelques lumignons pour attiser l’obscur :Voici, mon rêve passe,...

Lire la suite

Comme un élancement

Comme un élancement

Georges Braque (1882-1963), Double figure sur fon marin, détail Deux ombres sont passées, trames du firmament, L’une était de soleil et l’autre était de nuit, Deux faces d’un Janus intimement mêlées, L’urgence les reliant comme une intime fibre. Seul,...

Lire la suite

Gemme

Gemme

... Pâle guetteur d’éternité polissant mon mal et ma gemme, retiré, au cœur du poème ... Inspiré du lied « Ich bin der Welt abhanden gekommen » de Friedrich Rückert (1788-1866), mis en musique par Gustav Mahler (1860-1911) Je me suis retiré du monde,...

Lire la suite

Inaccessible hiatus

Inaccessible hiatus

Lucian Freud (1922-2011), portrait de Francis Bacon, 1952, détail Jeune homme il est déjà du côté de l’absence, Qui fuit, de long en large au quai, sous les grisailles, Il arpente le vide, attendre est son destin, Patienter, remettre et puis ronger son...

Lire la suite

En ce rondeau

En ce rondeau

Georges de La Tour (1593-1652), la diseuse de bonne aventure, détail Le temps sans cesser bat ses verges Et pourtant il n’a point de berges, Il coule, aux heures successives, Mais pourtant il n’a point de rives. Prison, il nous mène en sa barque, Peu...

Lire la suite

Non avenus

Non avenus

... Le muscle, le nerf et la peau, au cataclysme de l’aurore sont bercés de vaine illusion ... On ne fait qu’amuser la mort, Nos poèmes et nos chansons, Nos danses et nos fariboles, Leurre morne et phantasmes sont. Dans le réduit de solitude Où s’épuisent...

Lire la suite

Meer

Meer

... Par cet océan de musique, mon œil s’épanche de ses larmes ... À nouveau j’ai eu ce matin, Doux et grave, mon entretien Avec la pensée du vieux Bach. Certes, me ressource en son art. En son clavier métaphysique Les fugues sont une métrique, À l’aune...

Lire la suite

Commémoration de l’intime

Commémoration de l’intime

... Voici, se ruinent pour jamais mes belles sentes de mémoires ... Se pourrait-il, dis, que tu meures, Hélas ! Mon vieux pays d’enfance ? Certes, bien sûr, je le sais bien, Tu périras avec mon cœur, Et mes souvenirs oubliés, Seront semences dans l’ivraie....

Lire la suite

Parade du paradoxe

Parade du paradoxe

... Comme un macabre danse, au chant de son remord, sous le tympan gothique, ignoble farandole ... Une page de plus pour apaiser l’angoisse Et cette étreinte crue où mon âme se poisse ; Comme en verbeuse trace une allitération, Aux ressauts des échos,...

Lire la suite

Au remord de la plaine

Au remord de la plaine

Théodore Rousseau (1812-1867), Sortie de forêt à Fontainebleau, soleil couchant Certes, je le sais bien, tout cela finira, Tous ces mots rassemblés en théories de verbe, Toutes ces fleurs fanées séchées en mes herbiers, Immortelles, bouquets de stances...

Lire la suite

Emile et mille

Emile et mille

Marie Laurencin (1883-1956), Réunion à la campagne (Apollinaire et ses amis), détail L’ami Émile à mille amis. L’âme, d’Émile est mise là : Là mit l’Émile les mille âmes De ses amis prisant l’Émile. Fébrile, je pile, dit-il. Utile Émile, ami des mille...

Lire la suite

Aux colombages

Aux colombages

Les fenêtres de la maison Kammerzell, à Strasbourg L’Ill, à l’embarcadère coule, résurgent, Et sur ses quais, vacants, vont et viennent des gens ; Ainsi le temps se fige, en l’ancienne cité, Colombages y sont trames d’éternité. Le pavé qui moutonne retient...

Lire la suite

Pluie d’été

Pluie d’été

... Mouillé d’une larme, au secret de son regret, comme bat le morne pavé la pluie d’été ... La morne pluie d’été Bat le pavé ; Morose, ici est un cœur lourd Amer et gourd. Au ciel où sa douleur se fonde Il nait une onde ; En son antre le temps semble...

Lire la suite

Tant pis

Tant pis

Ingmar Bergman, (1918-2007), image extraite du film « Le Septième Sceau » C’est grisaille, dehors, à petits pas l’automne Nous mène vers décembre, à gel et à froidure. Tant pis. La chambre est close, un feu brûle dans l’âtre, Sur ma lisière encore, il...

Lire la suite

Facondes

Facondes

... Et cette logorrhée dont le dol nous inonde ... pour apporter le vide aux confins de la terre ... Inutiles ces mots échangés sans passion, Amas entremêlés de molle componction, De certitudes vagues, de poisseux ennui, Bavures dans le jour pour déguiser...

Lire la suite

L’appeau hésite

L’appeau hésite

... Serein, beau, dix-sept ans ? Baguenauder, en faire, Des rimes et des vers, n’est certes, sérieux ... Y faut pas poèter plus haut que son Q.I. S’y fier, à versifier, six fiers ne persévèrent : Où qu’on pose un poseur, saurait-il composer ? Donne-t-en...

Lire la suite