Cœurs amoureux

Cœurs amoureux

Jules Breton (1827-1906), les feux de la St jean La brise tiède vient s’enrouler à tes mèches, L’après midi s’endort en de sourdes langueurs ; Aux ramages j’entends une chanson discrète Qui me parle d’aimer et pénètre en mon âme. L’été brûle, alentour,...

Lire la suite

Tant qu’on en peut tenir

Tant qu’on en peut tenir

... L’onde était parsemée de ces chœurs minuscules où s’assemblent dans l’humble un juste et bel entrain ... Il y avait, je crois, ce qu’il faut d’émotion. Le sourire, parfois, forcé, semble contraint Et les discours fumeux, pompeux ou ridicules : C’est...

Lire la suite

Lanternité

Lanternité

... Je vous convie, dès lors, passant d’éternité, verbes désincarnés, en mes faibles lumières ... C’était comme sanglots en l’obscure pénombre… Je n’ai pas bien compris ce chant brusquant ma veille D’une rime perdue, murmure à mon oreille, Dont je n’ai...

Lire la suite

Baladin du ciel

Baladin du ciel

Pablo Picasso, (1881-1973), Famille de saltimbanques, 1905, détail Dissoudre enfin ma peine en cette onde mystique Où bée, sur ma paupière, un don surnaturel ; Pencher mon âme nue vers ces ailleurs possibles En l’essence inconnue où s’invente mon verbe....

Lire la suite

Théorème

Théorème

... Je mesure l’espace et dit la proportion de ce temple de chair où passe ma question ... Je suis un théorème, une formulation, Réel mathématique froid, une équation Et je règle mon pas aux machines abstraites Des mondes inconnus qui roulent sur nos...

Lire la suite

Dieux oubliés

Dieux oubliés

... Barbares sont les dieux en leur Olympe amer, les idoles, les saints au verbe statufié ... Ce que me dit la mer, quand je viens à ses berges Est une infinitude où les mots sont absents. J’entends le sourd ressac où la vague s’épanche ; Contemple, en...

Lire la suite

Défaite

Défaite

Albrecht Dürer, (1471-1528), Memento mei, 1505 Homme, où est ta victoire ? Tout s'agite et se meut Et s'épuise à construire Un monde pétrifié D'où s'enfuit la lumière. Mort, où est ta défaite ? Le vide emplit les âmes Et le néant se mure De vastes certitudes...

Lire la suite

Le vélo de mon père

Le vélo de mon père

... Et je n’ai jamais su, les mains sur le guidon, assis à l’amazone en la roideur du cadre ... Le vélo de mon père était robuste et noir.Il avait bourlingué par les rues de la ville,Promenant ma frimousse en la vaste carrioleQu’il attelait, bonhomme,...

Lire la suite

La leçon de chant

La leçon de chant

... Je vous vois, tremblante d’émotion, votre regard tendu, à deux pas du pianiste, au jour de l’audition ... Vous aviez, chère dame, un regard attentif,Comme lame aiguisée qui cherchait à découdreL’épaisse carapace où je gisais, reclus.Timide et n’osant...

Lire la suite

En la marge impromptue

En la marge impromptue

... Quand la sente légère emprunte cette voie nous sommes ce layon, souvent, qui baguenaude ... Je n’ai point de désir en l’heure paresseuse, Le temps va comme il vient et je cours sur son erre, La vie, parfois, nous tient en de lâches liens Où le contentement...

Lire la suite

En ce verbe obsolète

En ce verbe obsolète

Katsushika Hokusai, (1760-1849), Soir de pluie à Karasaki, détail Je suis venu ici au défaut d’un vain songe, Ah, qu’il me soit donné, ce verbe où me déploie, Seul, en mon vol natif et sans exubérance, Mais pour la simple joie de vivre et d’exister. J’étais,...

Lire la suite

En l’acmé du possible

En l’acmé du possible

Photo Matthieu Dupont Parmi les fluides, fluide en l’instant qui me tientMe porte et, tout entier, me songe et me contient,Immobile je suis au milieu de mes peurs,Onde en ce corps étreint de ses émois trompeurs. Et, vacillant objet que la conscience anime,Roc...

Lire la suite

Paisible rivière

Paisible rivière

... S'écoule alors en nous la paisible rivière où le silence, nié, se défait, famélique ... La musique est ce lieu d’un paradoxe étrange Où, par le truchement de la feuille lignée, L’interprète survient, qui courbe la matière Au démiurge désir d’une onde...

Lire la suite

Point d’honneur

Point d’honneur

... tel un Hamlet songeur, je sais mon avenir inscrit en cette nasse ... Je vois, en ce miroir, s’esquisser ma douleur,Et je sens sous ma peau, squelette en devenir,Le crâne de Yorik : tel un Hamlet songeur,Je sais mon avenir inscrit en cette nasse. Je...

Lire la suite

Cabestans

Cabestans

... Et, les corps alourdis de trop d’ambre et d’épices, nous irons sur la mer narguer la solitude ... Je ferai bon accueil, un de ces jours prochains,Aux souvenirs bientôt, trames des lendemainsInscrits sur la mémoire où seront nos instants,D’ici peu...

Lire la suite

Souffle en la bise

Souffle en la bise

... Et sur le fil du temps, absurde funambule, libre et en équilibre en son vain préambule ... Le temps n’est rien qu’il faut entendre,Il trépasse sur nous, qui court sans nous attendre,Il n’est pas d’air du temps, il n’est que notre pair,On le subit,...

Lire la suite

En l’éternel miroir

En l’éternel miroir

... Il est temps que je passe, et ma source, chétive, qui va se tarissant coule comme l'on pleure ... Je me suis enivré de musiques, de mots,Et j’ai vécu la vie des hommes sans passion,Quoiqu’il en soit mon temps approche de son terme,Je ne sais rien...

Lire la suite

Poucet

Poucet

... On sent, à le toucher, dans la tiédeur du jour le bonheur de ce père en ces enfantillages ... Un père et ses marmots s’ébattent dans un pré, L’herbe semble s'offrir à leurs folles gambades. C’est un petit Poucet et son frère, plus grand Et l’homme...

Lire la suite

P’tit cœur

P’tit cœur

... Ça m’étouffe, parfois, lorsque la peur me mord, / Quand je reste tout seul à penser à la mort ... J’ai cinq ans, je suis grand, je regarde les gens ;Je vois dedans leurs yeux s’ils ne sont pas contents.C’est comme si, des fois, que je n’étais pas...

Lire la suite

Fleurs coupées

Fleurs coupées

Vincent van Gogh (1853-1890), Les iris, détail Où vont toutes les fleurs coupées, Flétries, après nos fins soupers, En quel jardin sans jardinier Où camarde tend son panier ? En quelle exsangue solitude, Privées, par un geste si rude, De la sève de leur...

Lire la suite