Virtuelle parabole

Virtuelle parabole

... On s'en fiche, c'est un fichier, un processeur n'a point de rive. ... Je ne taille plus mes crayons, J'ai oublié le porte plume, Pleins et déliés, humbles layons, Dictée, ma sente d'amertume. Certes ne suis plus écolier, Écrire m'est récréation, Je...

Lire la suite

Jardin nocturne

Jardin nocturne

... Je suis cet impétrant dans le jardin nocturne qui dédie son oracle aux orées à venir ... 1. Un peu de temps donné, une ombre en la seconde, Fraction d’éternité d’une simple faconde, Et quelque chose vibre en nous comme un écho, Une réminiscence, une...

Lire la suite

Au lendemain propice

Au lendemain propice

... Ainsi, entre deux corps, vient naître l’espérance ... L’enfance invoque en nous les semences d’humains, Ouvre l’âme au meilleurs de ce qui nous anime Et provoque nos cœurs à cette élévation Qui fait notre richesse en la geste d’aimer. Le nouveau né...

Lire la suite

Annales d’Anacon

Annales d’Anacon

... Fi, l’amour eut raison du fier anaconda ... Le grand anaconda Qu’on nommait Anacon N’aimait pas qu’on sonda Sa mine un rien bouffonne. II s’en encoléra Un jour à Carcassonne, Misère et choléra, Car il n’aimait personne. Pourtant une serpente En pinçait...

Lire la suite

L’écolier

L’écolier

... Et le maître là-bas rouspète pendant qu’il fait tout de travers … L’enfant dessine un horizon Aux lignes bleues de son cahier, Sage comme un bon écolier, Son rêve oubliant sa leçon. L’hiver a fermé la fenêtre, En la cour de récréation Frissonne et...

Lire la suite

Regards

Regards

Il faisait de très beaux clichés de la misère, Du tiers-monde affamé, des drames, de la guerre, Ému par la souffrance en profondeur de champ, Avec un grand souci de la composition. Comme un dogme il avait élu le noir et blanc, Laborantin subtil, dosant...

Lire la suite

Une enfant morte

Une enfant morte

Aline D, (1959-1960) dans les bras sa mère Je porte en moi une enfant morte Une fragile silhouette, Perdue en l’aube de ma vie, Image plus que souvenir. Elle m’habite, à survenir En moi, tendre, l’inassouvie, Diaphane, pure, humble fluette, Qui me chapitre...

Lire la suite

La lampe

La lampe

... Le temps s’en est allé et la lampe allumée ce soir là brûle encore obstinée près de nous ... Nous avions, je le crois, bu plus que coutume. C’était un soir d’été frissonnant de cigales Et nous avions dansé, légers, sous les étoiles. Tu avais ce regard...

Lire la suite

À l’ami idéal

À l’ami idéal

Détail de la façade est du palais idéal de Joseph Ferdinand Cheval (1836-1924) Tu es cet écorché toujours prêt à bondir, Aux aguets, ta parole, à jaillir sous l’affront, De tout ce qui t’émeus mordante, impérieuse, Et dans le contredit épousant la posture....

Lire la suite

Face à l’infini

Face à l’infini

À Marie, son mari, ses enfants et toute sa famille en lutte contre la SLA Il se peut qu’un jour je m’évade, Pour vous laisser seuls en la rade, Vous qui m’aimiez. Cela se peut Qu’un jour je vive en un ciel bleu : Ce que nous sommes importe peu. Ainsi...

Lire la suite

Doxa

Doxa

... Voyez donc l’histrion encombré de lui-même ... Qui façonne en sa glaise son double, gémeau ... Je suis ce que je dis et, dans l’arc improbable Où mon verbe déploie le spectacle des mots, Je suis ce bateleur de sa propre personne Qui glose avec le...

Lire la suite

Tracas

Tracas

Jacopo Amigoni, (1682-1752) portrait de Carlo María Broschi, dit Farinelli Qui tracassa le sot castrat Que séquestra une rascasse ? À sa rescousse en ce tracas Laissant sa housse, ah ça ! Traça Maousse un mousse, homme sans frousse. D’une rouste il fracassa,...

Lire la suite

La Palatine et le sultan

La Palatine et le sultan

Hyacinthe Rigaud, (1659-1743) Elisabeth Charlotte de Bavière, princesse Palatine, duchesse d'Orléans. La Palatine, pas latente Et qui perdait là son latin Quand Saladin dessous la tente La tente : éperdu, ce lutin. Salace et cela lui convient La place...

Lire la suite

Haricots

Haricots

Dans la cave, alignés telle une armée bizarre, Garants de la disette en l’ombre où ils veillaient, Pléthore, et en bocaux, c’étaient nos haricots. Ainsi le jardinier zélé qu’était mon père, Secondé par l’active industrie maternelle, Engrangeait sa récolte...

Lire la suite

Coquelicot

Coquelicot

Vincent van Gogh (1853-1890), Champ de coquelicots, Auvers-sur-Oise (1890), détail L’humble coquelicot Incline son fin calicot Hors le jardin, Aux soirs de juin. Sur les talus Là, tant et plus, Son œil sanglant Lorgne les nues. Sobre, élégant, Parasol...

Lire la suite

Spectre

Spectre

Image extraite du film "Le Festin de Babette" de Gabriel Axel (1918-2014) Je ne suis pas heureux au milieu de la fête, Dans le cercle brillant des amis qui plaisantent Je m’écarte et me gêne et garde le silence, Encombré de moi-même, à ignorer pourquoi....

Lire la suite

Nefs incertaines

Nefs incertaines

... Pour jeter le navire aux brisants de la mort, épave sous la mer qui brasse nos destins ... Que ferons-nous du jour qui sera le dernier ? Le saurons-nous, d’ailleurs, serons-nous préparés À cet ultime souffle en la chair qui s’éteint ? L’angoisse sera-t-elle...

Lire la suite

Insondables effrois

Insondables effrois

... Brumes des horizons parés de nos murmures ... Et nous suivons des yeux d’improbables épures ... Les vagues de la mer, fossiles sous nos pas, Sur le sable gravé d’éphémères instances, S’enroulent sagement sur l’estran mol et doux Où nos rêves d’azur...

Lire la suite

Chant d’espérance

Chant d’espérance

... De par ce nom écrit par la main d’Eluard au cahier d'écolier que brandit René Char ... Barbares assassins, bardés de certitudes, Qui venez à nos tables perpétrer vos crimes Armés, stupides gueux, de vos médiocrités Qui achèvent, sanglante, à leurs...

Lire la suite

Comme la feuille

Comme la feuille

... Au déversoir de Mélusine, aux replis des mortes forêts ... Cela ronronne en la carrée, Et moi itou dans ma routine, Jetée battue par la marée J’y fait ma ronde où je m’incline. Où sont mes rêves amarrés, Aux heures où sonnaient mâtines, Festons d’espoirs...

Lire la suite