Immémoriale

Immémoriale

... Les troncs parcheminés sont œuvres de nature ... Trois arbres en bouquet font une révérence Devant un grand érable droit, majestueux ; Comme une colonnade, un Parthénon premier Dont la frondaison bruit, vénérable roture. Les troncs parcheminés sont...

Lire la suite

Christkindelsmärik

Christkindelsmärik

... On y respire la cannelle, les gaufres, le vin chaud, le sucre et le plaisir ... 1. Le Christkindelsmärik, en décembre, à Strasbourg, C’est le marché de la noël, de ses saveurs, De ses décors. On y respire la cannelle, Les gaufres, le vin chaud, le...

Lire la suite

En l’onde spirituelle

En l’onde spirituelle

Joseph Mallord William Turner, (1775-1851), Lever de soleil à Norham Castle J’ai fait de mon sanglot la pulpe de mon rêve, J’en ai badigeonné l’espoir où je m’élève Et, sanglé dans le doute, où est ma camisole, Délavé la nuit bleue d’un geste de parole....

Lire la suite

Les fraises

Les fraises

... Fruits rouges gorgés de saveurs et goûters ivres et sanglants ... Les fraises me faisaient rêver… Nous allions à l’Economat Pour y faire nos commissions. En ces temps on ne disait pas Les courses. On ne se servait pas, De soi-même dans les rayons....

Lire la suite

Ombre chinoise

Ombre chinoise

... Suis-je l’ombre chinoise au hasard des clartés ... Je disais : « Est-ce moi, cet étranger qui passe Et ne regarde rien ? » Le soleil, à l’oblique, Au soir, sur le talus, découpait ma silhouette Au loin, là, devant moi qui passait sur la route. J’y...

Lire la suite

Frondaisons

Frondaisons

Au parc, il est un arbre, solitaire et vaste, Qui semble une forêt. Ramures magnifiques Embrassant tout le ciel, ses feuilles, infinies En leurs moirures calmes sont peuple stellaire. Paisiblement, son ombre couvre, tutélaire, Des mères, des marmots,...

Lire la suite

De chair et d’âme se mêlant

De chair et d’âme se mêlant

... Lors, au sein de cette entropie de chair et d’âme se mêlant, poème, embrasse l’utopie... J’ai chanté dans l’aube détruite, Cœur dévasté devant l’aurore, La musique est comme une fuite Lorsqu’une onde, en soi, s’élabore. Faire sens où sont nos diatribes,...

Lire la suite

Le semeur

Le semeur

Vincent Van Gogh (1853-1890), Le semeur au soleil couchant, détail Plus on sème et plus on grandit, Plus on s’élève en nos parvis À donner ce qui nous conduit. Confiné en l’humble réduit Le grain se meurt et ne survit : L’épi, comme un poing, le brandit....

Lire la suite

Révérence

Révérence

Honoré Daumier (1808-1879), Crispin et Scapin, détail Le comédien est mort, sa flamme s’est éteinte, Sonore et forte voix qui portait sur la scène, Faisant renaître, au soir, l’inquiétude d’Hamlet, La folie de Macbeth ou la douleur de Lear ; Ce Scapin...

Lire la suite

À l’antique liesse

À l’antique liesse

Alfred Sisley (1839-1899), Une cour à Chaville, détail Un peu de neige, enfin, est tombée sur la plaine. Mon cœur, qui se souvient des glissades d’enfance, Par delà les grisailles, malgré la froidure, En sourit tendrement et songe, au petit jour. Car...

Lire la suite

Larmes

Larmes

... Par la fenêtre où j'ai rencontré votre peine ...Tu aurais vu couler les larmes de ta mère ... Par la fenêtre ouverte, où la lumière entrait,J'ai laissé mon regard, indiscret promeneur,Surprendre votre voix qui chantait doucement ;Tandis que votre...

Lire la suite

Les demeures du vent

Les demeures du vent

Camille Corot (1796-1875), Le coup de vent Séparés, séparés, mais si proches pourtant, Si loin de ces beautés déposées sur nos cœurs Au contre-chant de l’âme où se vient murmurer Cette épure, parfois, qui semble une agonie. Séparés, séparés des cieux...

Lire la suite

Où ma panne je risque

Où ma panne je risque

... S’il reste un calembour au rebours de mes soutes Polymnie s’en amuse et ma panne j’y risque ... Ma lyre quelquefois plaisante de ces joutes Où le vers, qui paraît dans son manteau de rime, Sévère, me déplait. Lors je lui fais la nique. La muse ne...

Lire la suite

Où la pythie s’enfuit

Où la pythie s’enfuit

Le petit appétit De la pythie partie Aux portes de Phrygie Qui frise et s’assagit ; Régit en son giron L’hégire sans raison Aux rives de Charon Et son embarcation. Se sont imprécations Que ces dérélictions Sans rimes ni saison. Ici je m’en saisis Et la...

Lire la suite

Un pygmée à Lyon

Un pygmée à Lyon

... Le ouistiti pygmée, le singe le plus minuscule au Monde ... Pygmalion le pygmée Ami du paon Léon, De Senlis à Lyon S’enlisait sans lion. Pas gai, de ses pagaies, Sagace, aussi rythmé, S’agaçant des sagaies Se grimait, aux aguets. Ainsi calmé, Léon,...

Lire la suite

Tous comptes faits

Tous comptes faits

J’ai fais, hideux, Ni une ni deux, Etroit, à trois, J’ai monté, quatre à quatre Les marches, Et cinq minutes après Je me suis retrouvé Assis, ah, si ! A Sète Avec des huitres. Ainsi remis à neuf Sans dédit, Me suis dit L’après midi : Ce gonze, En Douce,...

Lire la suite

Mon pays a le cancer

Mon pays a le cancer

Je publie un poème par jour, sur mon blog http://www.lesvieilleslettres.com/ avec une avance de quatre mois environ, ce qui explique qu’il soit déconnecté de l’actualité. Tant mieux, dans le fond, la poésie, après tout, ce n’est qu’un peu de légèreté...

Lire la suite

Gaston

Gaston

... Confus, se confie-t-on, voyons, au phasme au mimétisme abscons ? ... S’agace-t-on, Gaston, Sagace, du sarcasme Du caméléon ? Confus, se confie-t-on Voyons, au phasme Au mimétisme abscons ? Et des tons du Teuton Que défend le fantasme, Allons, s’entête-t-on...

Lire la suite

Conte

Conte

Image extraite du film « Le petit Poucet », réalisé en 1972 par Michel Boisrond (1921-2002) Cache-toi marmouset, ou sinon je te mange, Je suis l’ogre pataud qui court après ton rire Au fond du soir propice aux contes et aux histoires. Assis au bord lit,...

Lire la suite

Mistigris

Mistigris

"Le avventure di Pinocchio", série réalisée en 1972 par Luigi Comencini (1916-2007), d'après Collodi Le petit Gepetto, quand il était enfant, Aimait déjà, c’est vrai, les pantins, les tympans, Les cloches, les bourdons. Quand il avait l’cafard Sa mère,...

Lire la suite