Chœur perdu

Chœur perdu

... Il ne m’en reste plus qu’une tristesse grise, au jour décoloré dont je me sens floué ... L’expression familière et qui était la tienne, Sur ton visage, là, intact en ma mémoire, Mais désormais dissout, toi qui dors sous la terre Au sourire d’un autre,...

Lire la suite

Les rôles

Les rôles

... Je tiens le registre, au quotidien vaguant, des lettres de cachet que mon cœur vous adresse ... J’en ai payé le prix, de cette verve prude, Harassé dans mon coin mon lot de solitude Et marqué, comme fer au creux de mes épaules, La marque d’infamie...

Lire la suite

Insane dictateur

Insane dictateur

Charles Spencer Chaplin (1889-1977), Le Dictateur L’avenir est un peuple, il est souvent floué, Il n’est de république aux arcanes du temps, Mais un tyran cyclique aux arrêts sans appel, Qui sans cesse avilit et leste nos avoirs. Ne reste que le champ...

Lire la suite

Une vague frontière

Une vague frontière

Jean-François Millet (1814-1875), La Nuit étoilée, détail L’âme, comme engourdie, aux soirs de canicule, On berce son corps las devant le crépuscule, Aux lentes agonies de nos vaines suées, Nos échines vaincues, gisent exténuées. Penser devient un leurre,...

Lire la suite

Multiple absence

Multiple absence

... roches inconnues où j’inscrivais mes traces, dans des strates moirées, nautile solitaire ... Si c’est un mal curable, il peut être mortel. Est-il, en ma besace un reste d’avenir ? Calme, je m’interroge et je pense à mon terme, Je ne crains seulement...

Lire la suite

Deuils impossibles

Deuils impossibles

... Et l’enchevêtrement de nos peines passées... crisse comme les pages en l’album suranné ... Survivre à qui l’on aime est la grande souffrance Et rien n’abrège en nous la douloureuse errance Où divaguent nos cœurs, en l’impossible deuil Où meurt l’enfance...

Lire la suite

Sonnailles

Sonnailles

Bouillonnement, bruine et lumière, Aquarelle d'Albert Hartweg, détail Il me reste un écho où ma douceur se fane Et, comme une fragrance épandue sur ma vie, Elle colore un peu le joug de mes grisailles. J’en fait l’appel serein de mes vaines rimailles,...

Lire la suite

Hyène

Hyène

... Puis notre pauvre cœur, condamné aux morsures du temps, hyène affamée qui rit de nos blessures ... J’espère bien qu’un jour l’éternité me garde, Lorsque j’aurais rendu mon souffle, le dernier ; J’espère bien jamais ne retourner céans : Ce réel est...

Lire la suite

Doublons

Doublons

... Doux, blêmes vers aux lots des rimes doublez, mes verseaux holorimes ... Au carnet de mélancolie, Au quart, naissent élans qu’on lit Mes maux sombrent en hérésie Mes mots sombres sont poésie. Doux, blêmes vers aux lots des rimes Doublez, mes verseaux...

Lire la suite

La Parque

La Parque

Alfred Agache (1843-1915) Les Parques, détail Ton pauvre corps rompu est couché dans la tombe. Tu ne reviendras plus t’asseoir auprès de moi, Nous ne partagerons plus le vin de ta vigne, Tes jours sont achevés : je n’ai plus que ton nom. Hier encore tu...

Lire la suite

Cales sèches

Cales sèches

Claude Joseph Vernet (1714-1789), Un port sous la lumière de la lune, détail 1. À belles dents, jadis, nous croquions la vie belle, Jeunesse, dans l’obscur, en sa vive étincelle Et notre écho sonore, acharné à se dire, Bruissait à tout propos, sans autre...

Lire la suite

L’hédoniste

L’hédoniste

Épicure, en grec Ἐπίκουρος / Epicouros, (vers 342 av. JC-270 av. JC) Plutôt que d’en jouer, il faut serrer les coudes,L’individu se meurt en la foule anonymeEt le néant s’invite aux gestes que nous sommes. Et c’est une béance, au vide de nos mains,Tous...

Lire la suite

Néo-fascisme libéral

Néo-fascisme libéral

... Et le clan des vainqueurs du haut d’un mirador contemple avec dégoût ... le troupeau relégué ... Perpétré à grands bruit le crime est une audace Et la cupidité, vertu, qui accapare, Livrant le bien commun, toujours, au petit nombre, Elu par le hasard...

Lire la suite

Rimes riches

Rimes riches

... Un six aussi silence héla, sise au sosies l’an rêche appât ... Alice est lisse et lasse, hélas : Ah, l’hisse hélice et lacé l’as. Salace cela s’élança là : Ca, la seule, à Ceylan sala. Ainsi ceci si lent cella : Un six aussi silence héla. Sise aux...

Lire la suite

La rime à régir

La rime à régir

... Livides lipides, la graisse m’agresse ... ( ou le régime à rire ) Le régime m’a régit : c’est raie, gym. J’irai, mis À la diète, tiède, tiède... Privations en privé, Programme sans trop d’grammes, et maigrir sans m’aigrir. Mais, sans frire, passant,...

Lire la suite

Monnaie de contrebande

Monnaie de contrebande

... J’ai fixé sur ma vie un malheur imprécis, en mon verbe esquissé, en mon âme reclus ... Une ombre en moi toujours appesantit sa nuit, Comme, du corvidé, le cri mélancolique Aux landes désolées d’où sa noirceur s’enfuit, Vers le firmament doux d’un...

Lire la suite

Plaintes

Plaintes

Egon Schiele (1890-1918), Autoportrait avec Edith Harms, detail Viens-t-en contre mon corps pour conjurer la mort,Nous allons de nos cœurs délier les humeursEt dans la douce étreinte, encor, carguer nos craintes. Je veux rompre mes reins, là, contre tes...

Lire la suite

Furtive embellie

Furtive embellie

Étienne de La Boétie, écrivain humaniste et poète français, (1530-1563) Même sans le vouloir, nous sommes le partage, À cœur ouvert, ou bien à son corps défendant, Il nous faut accueillir l’autre en un ciel mouvant, On ne peut exister, reflet dans un...

Lire la suite

Havre

Havre

Vincent van Gogh, (1853-1890) main avec une tasse, esquisse L’enfant rouge et blessé, alangui de sa peine, Qui jette sur les murs et sur les portes closes Son âme sans étai, qui cherche à tout saisir, Et ne sent que néant sur ses lèvres avides ; Qui sait,...

Lire la suite

Paysages du dire

Paysages du dire

... Et nos conversations semblent un cimetière ... Elle parle, elle glose et jamais devant elle, Non, ne regarde. Fuient ses yeux toujours mobiles Et puis à la fenêtre enfin se perdent, loin, Vagues comme une mer éloignée de ses rives. Car nos âmes ainsi...

Lire la suite