Échos du silence

Échos du silence

Jean-Baptiste Camille Corot, (1796-1875), Paysage avec paysanne, détail Parfois le bref éclat d’un poème surgit, Souvent dans le matin, tout juste après la nuit, Lorsque l’aube indistincte invente ses lisières Sur le bord incertain des âmes en jachères....

Lire la suite

Nasse maudite

Nasse maudite

... Ainsi la messe est dite / Aussi l’âme s’édite ... De son fidèle iteDans sa fidélité,La morne nonne,Sonne, annone ; Promesse d’une messeQui ne cesse à confesse,La bonne diction,De sa bénédiction. Sans que tousseUn sanctusSans que trousse,— Sans qu’eux...

Lire la suite

Mère maquerelle

Mère maquerelle

... Qu’importe tout cela ! Il faut de la croissance ... Le veau d’or est luisant de nos Bérézina ! ... Des gamins, dans la rue, extirpés de l’enfance,Arborent en blasons l’effigie du commerce,Bébés consommateurs enivrés des réclames,Sous l’œil souvent...

Lire la suite

Qui lissa Mélissa ?

Qui lissa Mélissa ?

... Même Norbert, / Au pair, / N’opère ... Pippa Ne pipa Pas ; Beppo N’oppo- sa mot ; Tintin Déteint De teint ; Mouloud N’en boude L’oud ; Même Norbert, Au pair, N’opère. Mais qui ça Là, lissa Mélissa ? avril 2016

Lire la suite

Dépression

Dépression

... Entend ce chant subtil masqué par les moteurs ... Sous la veule frairie des machines à sous ... (Après une lecture de Valéry) Je sais le seuil étroit fermé sur ma détresse, La trappe dérisoire où veille ma démence Et les néants obscurs gisant auprès...

Lire la suite

Cabbale

Cabbale

Angelika Kauffmann (1741-1807) Portrait d'une dame en vestale1780 On accouche de soi, un peu, chaque matin Mais le soir nous défait ; quand s’ordonne la nuit On cache la déroute où chaque jour l’on fuit Cet étranger qui passe en un ciel sans destin. Intervalle,...

Lire la suite

Ouvrage de parole

Ouvrage de parole

Pierre Ier de Médicis (1416-1469), duc de Florence, surnommé « le Goutteux » Délectable ambroisie que ma vieillesse adore, Puisque je dois veiller avec parcimonie Au choix de mes plaisirs, à leur économie, Maintenant que la goutte, garce, me gratouille...

Lire la suite

Pris hier

Pris hier

Dessin de Joaquín Salvador LavadoTejón, dit QUINO né en 1932 en Argentine Gloire, adieu ! Opérés d’office Et au prix d’essaim, brillez, burnous ! J’avoue calamars, riz, pâtés, nos terrines : Qui enlève nos pêches et les émonde ? Qui riait, qui riait et...

Lire la suite

Piel

Piel

Gustave Courbet (1819-1877 ), Nu Couché, détail Piel, sa peau m’appelle… La souple cavité au repli de son cou,Où affleure un duvet dont la lumière joue, Perle qui m’ensorcèle ; Pâle, comme une opale, une veinule bleueDessine un paysage où son âme est...

Lire la suite

Sans plus rêver

Sans plus rêver

... Puis j’ai repris ma gratte, et plaqué mi-sol-do / Ma savate en cadence pour traquer le tempo ... Le jour où j’aurai mieux fait de prendre une cuite, Bizarrement vois-tu, je l’ai su tout de suite : Sur le montant du lit en m’écrasant l’orteil J’ai...

Lire la suite

Usé jusqu’à la corde

Usé jusqu’à la corde

...J’aurais, les yeux fermés, reproduit ses dessins / Que j’avais transformés, en mes propres desseins ... C’était un vieux tapis râpé par les usages, Sans doute poussiéreux, élimé aux passages Et mangé, j’imagine, au moins jusqu’à sa trame. En ma chambre,...

Lire la suite

L’heure est leurrée

L’heure est leurrée

" ... Et elles se sont décrochées, / Ni une ni deux, on filé ..." L’horloge est toute éberluée : Ses aiguilles se sont tirées ! Elles ont profité — bien fait, Que le garçon un peu distrait Qui remontait, ( quelle corvée ! ) Cette relique, antiquité, Avait...

Lire la suite

Mémoires moires sont

Mémoires moires sont

... Je me torture le cerveau pour me souvenir de son nom ! ... Son visage m’est familier, c’est une vieille connaissance : Je le salut, il me répond, nous devisons… - Je me torture le cerveau pour me souvenir de son nom ! Hélas, bon sang, mais flûte !...

Lire la suite

En l’horizon distant

En l’horizon distant

... je rassemble, débris, Celui qu’hier je fus, et qui s’est dispersé ... Au renouveau épars que le matin m’apporte, Je cherche à renouer les fils de ma mémoire ; Dans ma chambre d’ego, je rassemble, débris, Celui qu’hier je fus, et qui s’est dispersé....

Lire la suite

Loustic

Loustic

... Mais les grands sont jamais content … Avec des si, avec des si, On mettrait Paris en bouteille ! Avec des scies, avec des scies ? Ben y faudrait plein de bouteilles ! Tes yeux sont plus grands que ton ventre, Ton estomac dans tes talons ! Dans mes...

Lire la suite

Apparition

Apparition

Tim Guénard, né en 1958, écrivain français, voir lien ci dessous L’oubli, parfois, nous aide et parfois nous défend. Au fond de la mémoire, en vain metteur en scène, Il arrange les plans et met dans la lumière Ce que de nous l’on croit en cachant sa misère....

Lire la suite

Le chant de l’écritoire

Le chant de l’écritoire

... Rageur, biffant, griffant ma page de ratures, j’intime ma prouesse insigne et dérisoire ... À moi-même, parfois, je viens chercher querelle, Maussade et maugréant, comme un enfant blessé Et, dans l’abri du jour, intimement froissé, Je viens lécher...

Lire la suite

Où le profit conspire

Où le profit conspire

Niccolò di Bernardo dei Machiavelli (1469-1527) Trahir est-il le seul métier du politique ? Lecteur de machiavel plutôt que d’Aristote Faut-il atermoyer et puis se compromettre Pour s’élever au faîte en notre société ? Il semble qu’au puissant il n’est...

Lire la suite

Miroir des âges

Miroir des âges

Pablo Picasso, (1881-1973), fille devant un miroir, 1902, détail On ne sait pas que l’on grandit, C’est le miroir qui nous le dit. Mais, peu à peu, sous notre veille, Et dedans la malle aux merveilles, Les habits deviennent petits. Nos bras, nos jambes,...

Lire la suite

Convulsion

Convulsion

... Protagoniste insane de son propre leurre l’humanité gémit hâtant sa propre fin ... Se pourrait-il demain que la planète meure Malade des humains, comme un grand corps malsain, Vomissant notre espèce en une convulsion ? Le soleil mangera notre terre...

Lire la suite