Où la paresse sombre

Où la paresse sombre

... Cherchant le recoin le plus sombre / Où, certes, fraîcheur s’exila ... À pas comptés sous le cagnât À midi sont hommes sans ombre, La canicule les dénombre, Où le soleil les aligna. Un peu comme l’alinéa, Comme la pierre ou le décombre, Cherchant...

Lire la suite

Fleur chétive

Fleur chétive

... Et j’étais celui-là qu’une gueule dévore / Pleurant sur la victime en méprisant le fort ... Je serai soupçonneux du lieu de l’insondable Où tu seras ma fée dans la plus haute tour, Muse, qui joue de moi comme aux sentes d’enfance Où, marmot éperdu,...

Lire la suite

Chapitre dernier

Chapitre dernier

... J’écris seul désormais, amer en notre livre ... Nous étions au matin assis en notre chambre Et devisant sereins de notre quotidien, Les travaux, la visite « et, sais-tu, ce tracas Ce mot de lettre enfin pour régler tout cela ». Sans doute y avait...

Lire la suite

Embruns de l’aurore

Embruns de l’aurore

... Au soir, comme banquise, en sa triste débâcle, / À l’encan de ce corps épuisé ... Close, comme le temps, notre errance mortelle, Effiloché ce lien dont l’amour nous ficelle Et sans objet, ces jours, qui se succéderont Sous un ciel d’amertume où nous...

Lire la suite

Rebond

Rebond

Renonce ─ si tu peux, au sel de la vengeance, Elle est une folie d’obsidiennes vigueurs Qui fait de ton malheur une sombre allégeance Et te condamne en vain à d’absurdes rigueurs. Construit ─ si tu le peux, une arche bienveillante, Rassemble le fracas...

Lire la suite

Sombre éclat

Sombre éclat

... L’acteur, grimé, se perd masque aux mille visages ... Ce moi, pluriel, enfoui en des limbes amères, En ce grotesque amas de graisses, de viscères, De muscles, de sueurs et de sang et d’humeurs Cet élan, qui retient tout ce lot de rumeurs… Multiple,...

Lire la suite

Souvenirs ravivés

Souvenirs ravivés

... Nous allions dans la joie des rêveries sans nombres ... Désormais dans l’ennui s’instille la douceur Certes, le vivre est là qui n’abandonne pas, Un peu de lassitude est pourtant alanguie En la rive saumâtre où s’englue mon étrave. Il n’est plus là,...

Lire la suite

Panégyriques

Panégyriques

Quetzalcóatl, le dieu « serpent à plumes », l'une des principales divinités pan-mésoaméricaines Je serai l’excédent, débord en ses enflures, Cet excès qui pérore au bord des sépultures Et jette, sans savoir, sa glose et ses églogues Au dieu qu’il se fabrique...

Lire la suite

Icitte

Icitte

Marty Feldman (1934-1982) L’avis de cet affidavit Dévie là vite en son devis, Bistre la vitre, ainsi la mitre, De l’émir à miré le pitre. Fichtre ! Ce litre se délite Où l’élytre à viré la mite, Bigre, le bigle délimite La rive où le mime l’imite. Lisses,...

Lire la suite

Chant secret

Chant secret

... Mon petit cœur souvent se fronce Au lieu où mon âme s’engonce ... On ne m’a jamais regardé, On m’a souri, mais pas aimé, Soigné, nourri, lavé bougé, Je suis un enfant déplacé. Je ne sais pas pour qui je vis, Je ne sais pas ce que je suis, Sur du vide...

Lire la suite

Galérien

Galérien

Ferdinand Victor Perrot (1808–1841), La bataille de Grengam, détail C’est des choses, voilà, qui viennent doucement Dessus mon front courbé. Je les veux pas vraiment, Même, ne les attends : elles sont là, qui passent Et froncent ma pensée, sans cesse...

Lire la suite

Ricercare

Ricercare

Valentin de Boulogne, dit le Valentin (1591-1632), Le Concert au bas-relief, vers 1620-1625, détail Passacailles, menuets, gavottes et chaconnes, La musique, lourée, naguère au clavecin, Dansait à l'archiluth, et la gambe, a dessein, Disputait aux archets...

Lire la suite

Pierrot grégaire

Pierrot grégaire

Pablo Picasso, (1881-1973), Pierrot, 1918, détail Où le ciel, peu à peu, s’obscurcit et s’éteint, Nette rotondité, le plein cercle lunaire Imprime sa clarté, qui luit comme l’absence. Cette déesse étrange impose le silence, Tant de mythes anciens, que...

Lire la suite

Gamine

Gamine

... Jamais je ne m’en rumine, / Et jamais ne m’en plaint ... Chaque matin, Martine, A son miroir sans tain, Enlumine Sa mine Et affine Son teint. Ainsi cette gamine, Mutine, Avec entrain, Butine Les vitrines Et chine Les bouquins. Jamais je ne m’en rumine,...

Lire la suite

Indigo

Indigo

En l’indigo de mes hors-champs, / Mon âme se tient au mitan / Du sombre nuancier du temps ... Rouge est ma peine au soir cuisant, Noire ma haine, pertuisant, Blanche ma nuit, morte à l’encan Où vieille rage à son boucan. Moires sont vertes, rouge sang...

Lire la suite

Pilastres

Pilastres

... Car vingt petits, déjà, sont une foule immense, / Il n’est plus nul recoin, céans, pour le silence ... Ça piaille, là-bas, la classe prend le train, Une marée d’enfants déboule avec entrain, Bousculant, des passants, les molles habitudes Et la gare...

Lire la suite

Grave ostinato

Grave ostinato

Invention à deux voix, autographe de la main de Johann Sebastian Bach Depuis que le cancer est entré dans ma vie, La musique de Bach s’élève en moi toujours, Une fugue, un prélude, une variation, Une cantate ou bien le chant de la passion. Je me hisse...

Lire la suite

Ultime chapitre

Ultime chapitre

... Semés au vents mauvais mais sommés de paraître ... Sommes hagardes d’individualités Nous sommes de ce train venant toujours à quai, Matins sans joie, hymnes grégaires, purgatoire, Ronronnement des quotidiens inéluctables. Dans ce dédit passent nos...

Lire la suite

Roncelierre

Roncelierre

Photographie de Robert Doisneau (1912-1994) Etait-ce limonade, orangeade, citron, Parfum de grenadine, de bière, de vin ? Ambiance de bistrot, intacte en ma mémoire… Papa s'y accrochait, ainsi, à mille ronces ; La palabre naissait, de questions en réponses,...

Lire la suite

Défaite d’une mère

Défaite d’une mère

... Dans la cacophonie il est tant de silence / Où la peine multiple a son gémissement ... Je dédie ce poème à une aube inconnue, À l'orée d'un matin fauché en son aurore, Au chagrin sans repos d'une âme assassinée À ma soeur, mais aussi au deuil de toute...

Lire la suite