Indédicace

Indédicace

... Quelle pauvre lueur, en la noirceur extrême, / Que le chant incertain et vague du poème ... Que dire à cet ami que le chagrin détruit, Quand le mal assassin a vaincu l’espérance ? Lorsque, dans la souffrance, à la porte du deuil, On voit, non pas...

Lire la suite

Wir ruffen zu dir

Wir ruffen zu dir

... Pater noster et Requiem Ne sont pour moi : « Et libera ! » ... Cela chantait à voix rugueuses « Maria wir ruffen zu dir » L’humble chapelle en résonnait, Les vitraux, je crois bien, tremblaient… Je ne sais quelles fois comblaient Ces cœurs où ce vain...

Lire la suite

Coliloque

Coliloque

Scène de lavement au XVIIIe siècle. Museo Nacional do Azulejo, Lisbonne (Portugal) Je suis tenu à l’affligée Par quelque douleur d’abdomen, Et, constipé, j’ai l’âme pleine D’une pensée sotte et figée. Fi donc toutes élévations Hors du silence de ce corps,...

Lire la suite

Morte saison

Morte saison

Charles-François Daubigny (1817-1878), Soleil couchant, détail S’en vont mes songes rutilants Au pays de morte saison, Espérance viendra demain M’en porter d’autres, des plus grands. Et lors j’irai vers les couchants Avec mon âme dans mes mains, Les yeux...

Lire la suite

Féal

Féal

Gustave Caillebotte, (1848-1894), Jeune homme à la fenêtre, détail Plus rien d’autre, ce soir, aux croisées d’amertume, Que mon cœur las et lourd, environné de brume, Et la désillusion pour porter ma rancune, Dont le ressouvenir, désormais, m’importune....

Lire la suite

En l’exil de ta vie

En l’exil de ta vie

... Qu’importe la victoire au lutteur assidu, / Le mal, toujours, remet son injuste couvert ... Voici : j’ai bataillé dans l’arène des mots. L’arrogant s’y exprime avec autorité, Comparse du puissant, il aboie, ce servile, Et se love, importun, dans la...

Lire la suite

Chanson de pluie

Chanson de pluie

... Nous voici sous le kiosque, ouste, il faut qu’on se pousse ! ... Hâtez-vous, les petits, courez, voici la pluie, Aux flaques ne trempez vos ripatons charmants : Sous la capuche, allez ! Cachez la boucle blonde, Aussi le frais minois ou la tendre frimousse....

Lire la suite

Les ados

Les ados

... Comme un clip, une pub, / En marge d’un réel ... Ils regardent le monde Un peu comme un vieux film, Les petits jeunes gens Déguisés marque et frime. Ils ne connaissent qu’eux, En monarques puérils Ils font de leur ego Mesure en toutes choses. Et,...

Lire la suite

Bonimenteur

Bonimenteur

Honoré Daumier (1808-1879), Bonimenteur devant une baraque de foire, détail Montreur d’un singe, ou bien d’une puce savante, Le poète aux tréteaux livre ses boniments. Il s’en délivre, enfin, comme on cède une mante Pour le prix de son livre où sont ses...

Lire la suite

Vil squelette

Vil squelette

... Vil squelette / Que vous êtes / Croyez-moi / Brisons là ... Inconvenants, Les revenants N’en sont pas revenus ; Les fantômes non plus Qui hommes ne sont plus ; Mais le spectre D’Electre, Qui de son sceptre Ou de son plectre Se délecte ; Fit une apparition,...

Lire la suite

Déclin de l’aurore

Déclin de l’aurore

... Au crépuscule amer décline toute aurore ... Novembre est arrivé et la maison frissonne. L’automne, jusque là, s’était montré clément, Déjà l’hiver prend poste sur le gréement, Déjà mon âme au creux de son remord tisonne. Chaque rigueur nouvelle étrille...

Lire la suite

Cinq août

Cinq août

... Je dévoie, dites-vous, mon art et mon talent, / Rimailleur inconstant accostant le futile ? ... Ce cinq août j’ai produit ce verbeux passetemps, Poème sans malice aux vers inconsistants ; Un sonnet par plaisir, rythmé pour un sourire Avec pour seul...

Lire la suite

Par ce mot nie

Par ce mot nie

Henri Rousseau (1844-1910), Le rêve, 1910, détail C’est en la circonstance De ces stances qu’on cire, Au sire, en sa constance, Qu’on tance à circoncire. Troublantes éprouvettes Soubrettes que l’on prouve En la proue où vous êtes Une quête se trouve....

Lire la suite

Incandescence

Incandescence

Roméo et Juliette, ballet de Sergueï Prokofiev(1891-1953), d’après Shakespeare Comme un petit garçon au bras de sa maman, Ce grand gosse pubère tient l’amour par la main, Le premier sûrement, fillette à peine mûre Qui s’est donnée à lui au ciel adolescent....

Lire la suite

Stase en un ciel béant

Stase en un ciel béant

... Que sommes nous, sinon qu’une brève envolée, / Poussière agglomérée, stase en un ciel béant ... Je marche chaque jour sur une même écharde. Ma douleur est aigüe mais j’y suis habitué, J’avance sans boiter, je fais bonne figure, Et je donne le change...

Lire la suite

Oiseau mort

Oiseau mort

Gisant d'Agnès Sorel (1422-1450) Serais-je celui-là dont la fougue, lassée, Au soir mélancolique disant : « c’est assez ! » À la vague naissante, au point de non retour, Se laissera glisser sans fugue ni détour ? Pareil à ce gisant qu’importune la lune,...

Lire la suite

Tour de piste

Tour de piste

Gustave Doré (1832 - 1883), Les saltimbanques, détail Maigre enfant de la balle, Tu traines, tu trimballes Ta malle Qui brinqueballe. Où la vie Te convie Tu vas, en vis à vis De chaque humble parvis. Et tu jongles, Rubis sur l’ongle, Tu sautes, contorsionnes...

Lire la suite

Criées de l’encrier

Criées de l’encrier

... Et, solitaire, danse au pas de l’encrier, / Ma stance, dérisoire ouvroir à mes criées ... Voici, ce jour me porte, encore, à vaine rime Et je vais à bon port écouter, maritime, Une brise, affleurée aux pavois de mon doute, Ebaucher à mi-voix matière...

Lire la suite

Ce qui meurt en l’instant

Ce qui meurt en l’instant

... Une plainte ou un cri, un mouvement grégaire / D’une racine qui jamais ne se libère ... Les frondaisons, parfois, bruissent comme la mer Dans ses embruns, au loin, gémissant sa misère ; Un grand vent les tourmente en balayant la terre Chaque feuille,...

Lire la suite

Farandoles

Farandoles

... Se sentir à l’abri dans notre pied-à-terre / En niant ce relent, qui nous monte à la gorge ... Vaquer de-ci, de-là, en avide noceur Et porter notre ennui à l’écran rallumé ; Bâiller, en ce festin qui sans cesse dégorge, Touriste en un pays crucifié...

Lire la suite