Contre allée

Contre allée

... Les heureux savent la trouver, / Il s'y rendent, jour après jour ... Je cherche la rue de l’amour,Elle existe en chaque citéVille, quartier, bourgade, bourg,Croisant la rue de l'amitié. Les heureux savent la trouver,Ils s'y rendent, jour après jour,Mais...

Lire la suite

Bist du bei mir

Bist du bei mir

Fac simile de la page de titre du petit livre d'Anna-Magdalena Bach, 1722 « Sous me stère, benne où ne sous m’aille ne roue… » Ornant ces mots absconds d’un fort accent français Avec application, il chantait, le garçon. La note n’était pas des plus justes,...

Lire la suite

Un ris s’en vient d’éclore

Un ris s’en vient d’éclore

... Allons, d’un pas de plus, traçons, ultime jeu, / Une improbable sente où mon cœur s’encorbelle ... Puisqu’il faut que j’attende, en la tombée du jour Sans trop savoir enfin si demain sera là, Si l’avenir prospère au rebours de la nuit, Si l’achéron...

Lire la suite

Lève-toi, il est temps

Lève-toi, il est temps

... Même maître toujours et toujours même proie, / Asservir est le jeu du pillard libéral ... Il n’est pas d’épopée dans ce siècle sans but,Rien que se propager dans une morne absence ;N’exister, passager de sa propre habitude,Que telle une chair creuse...

Lire la suite

Crépuscule

Crépuscule

Oscar-Claude Monet (1840-1926) Saint-Georges majeur au crépuscule, détail Un vaste pan de ciel où battent des oiseaux.Sur ce lavis de bleu, échancrures loquaces,Nuées en chevelures vont et se défont.Ces vapeurs, qui sont âmes bercent, indolentes, Nos...

Lire la suite

Au bout de nos ripailles

Au bout de nos ripailles

... Mais pour l’instant le verre est rempli de mitrailles ... Ivre du jour, enfin, nous étions dans la joie,Libres, incontrariés et braillant de concert,Le cœur à l’envolée et le nez dans la bièreEt quelque chose en nous qui soupire ou bien croit. L’alcool...

Lire la suite

De runes en limons

De runes en limons

Jacques Mary, Coeur funambule, détail Arguant, au fil de nos mémoires, Nous sommes ce cœur funambule, Archivistes, en nos grimoires, D’un quotidien qui déambule. Là, dans le temps qui s’accélère, Nous laissant sur le bord du flot, Nous restons calme,...

Lire la suite

Devant l’onde fugace

Devant l’onde fugace

... Est-il une forme, une trace, / Immuable déroulement ... Ma forme modifie le temps Où se propage mon espace, Etrangement le temps qui passe N’est qu’une succession d’instants. Est-il une forme, une trace, Immuable déroulement Passé, futur, au firmament,...

Lire la suite

En la mer sans conquête

En la mer sans conquête

... L’espérance enlaidie nous suit, morne catin, ... Avenir sans projet, qu’un recommencement ... Que puis-je, en cette instance, envisager du soir ? Certes, la nuit tombée m’enveloppe de noir, Et les néons brûlés, en blafarde lueurs, De leur grésillement...

Lire la suite

Fêtes de l’esprit

Fêtes de l’esprit

... Voyez, dans les rébus étranges des portées ... J’envie les musiciens qui s’en vont festoyer Aux tables d’harmonie. Pour eux, point de cartons, De phrases ampoulées, de luxueux programmes. Au matin en tricot, pieds nus dans leurs savates Un mégot à...

Lire la suite

Noël de guerre

Noël de guerre

... Paix sur terre, dit-on, quand partout va la guerre ... Touchant comme un Jésus ce grand petit garçon S’est endormi, tantôt, en l’église indolente, Sur la banquette brune. Il dort, sans doute il rêve, Silencieux amour au regard d’une mère. Il est passé...

Lire la suite

Comme un regard blessé

Comme un regard blessé

... Candide en vérité, comme un enfant perdu, / Comme un regard blessé ... Ces choses sont venues à moi dans le silence, Les minutes gravées de cette trouble instance, J’en ai fleuri l’écho, pareil à l’histrion, Qui danse sur la flamme en sa méditation....

Lire la suite

Factions

Factions

... Voici ces hordes noires, déshumanisées ... Il est des clans, partout, qui se forment toujours Au gré de l’intérêt et des factions jalouses. Les sagesses sont folles en la raison d’état Qui bat le vain tambour de la guerre cruelle Émondant ses soldats...

Lire la suite

Témoin du temps

Témoin du temps

Carl Olaf Larsson, (1853-1919), Autoportrait 1895 ( détail) Nous sommes le témoin du temps Il n'existe que par nos lois, Aux bords qui figent nos instants S’inscrit sa marque sur nos corps. Vieillir n’est qu’un lot de remords Sur la peau en trame constante,...

Lire la suite

Du désir de rimer

Du désir de rimer

... Nulle âme ne saurait espérer du vivant ... Voici, céans, tout frais pondu, mon premier poème post opératoire. Evidement, ce n'est pas le plus follement joyeux de ce que j'ai produit à ce jour ; mais il me rassure, néanmoins, quant à l'état de mes...

Lire la suite

Hommage aux mages

Hommage aux mages

Benjamin Roubaud (1811-1847) la grande chevauchée de la postérité (Hugo, Lamartine, Dumas, etc.) ( Quatorze mages des mots sont ici évoqués... ) A l’arche l’eau de BerreQu’aux pôles laine on persévèreSoit franc, l’on vitD’essart ronde errer, pis, File...

Lire la suite

Extrémités du vide

Extrémités du vide

... Quand l’infinie distance où s’effrayent nos cimes... Un mot d’adieu, peut-être, encor, sur nos perronsQui sait en quel séjour, va, nous nous reverrons ?L’âge prend ma vigueur et engourdi mes reinsQuand la souple jeunesse, en attisant les tiens, Te...

Lire la suite

Au sein de la matière

Au sein de la matière

... Fécondes, mille voix au sein de la matière ... J’ignore si je vais encore emplir ma page, De mes doigts empressés ont fuit tant de poèmes, Tant de mots aboutés aux bouches du silence, Tant de marées en moi sur l’estran de ma peine. Si j’en ai, quelque...

Lire la suite

Inepte poète

Inepte poète

Un poète en sa bulle, où comment, goutte à goutte, on y voit Goethe... Il est un solitaire au cœur mal embouché Qui erre en l’aube claire, ou demeure couché. Maussade, taciturne, égaré, peu causant, Importun dans la foule il passe en maugréant. Il n’a...

Lire la suite

Crève-la-faim

Crève-la-faim

Kees Van Dongen (1877-1968), Crève faim (détail), illustration pour « l'assiette au beurre » Je pourrais m’arrêter d’écrire Pourquoi poursuivre ce délire Cet encre, ce papier, c’est rien, Du vent pour amuser quelque vil comédien ! Et au moins ça peut...

Lire la suite