Mer d’encre

Mer d’encre

... Tu avances, incertain, aux lagons de tes bords ... Pygmalion, jette l’encre aux marches d’univers,En ce jardin d’hiver exhalé de ton sein,Vigne vierge à l’assaut des façades du jourOù mon amour s’immole à ton humeur volage. Là, sur la page blanche...

Lire la suite

Patines du temps

Patines du temps

Nils Elias Kristofer von Dardel (1888-1943) Danse avec la mort, détail Comme une fulgurance, un éclat dans le sombre, Et cet élancement entre l’os et la chaire É loquence fourbue, cabrée, devant le seuil Où se meurt la révolte en un sanglot de rage. Muette...

Lire la suite

Damoclès

Damoclès

... Et non pas d’estoc, mais de taille ... La vie est le fil d’une épée,Elle frappe, saille sans failleEt non pas d’estoc, mais de taille,Coupable d’un crime notoire, Nous savons la fin de l’histoire.Battue des vents par la mitraille,Chair offerte au...

Lire la suite

Yeux-bleus

Yeux-bleus

... Pourvu que j’ensorcelle / La belle au regard bleu ! ... Là, je t’implore, il pleut...Ne me soit point cruelle,M'écoute, écoute un peu :Écoute moi, la belle ; Donne, si tu le veux,Ton cœur, qui n'est rebelle,Non plus que tes doux yeux,Dansant ma ritournelle....

Lire la suite

Ivre de son mystère

Ivre de son mystère

... Jonchées sous la ramée d'un rêve minuscule ... Une découpe brune sous un ciel d’acier,Pareille à l'échancrure où il vient s’appuyer ;Si proche et si lointain, à couvrir nos humeurs,Qui nous dérobe, ainsi, au regard des splendeurs. Jetée, dans l’infini,...

Lire la suite

Claude

Claude

... Obstiné à servir les dieux de la musique... In memoriam Claude Giudicelli (1935-2003) Te souviens-tu de lui, l’impénitent bavard, Distingué organiste et des plus compassé, Qui faisait remonter la lignée de ses maîtres À l’illustre Reicha, ami de Beethoven...

Lire la suite

Question de nom

Question de nom

... Mais que tient Sébastien ? Que fit Auguste au juste, Et que sera Sarah ? Sinon, que dit Simon Du jar au jas de Jeanne ? Arthur est sans rature, Entrez ! Lui dit André, Puis si la Priscilla Se hâte appelle Nath. Carla de ce car là, Où cause Théodose,...

Lire la suite

Érémitisme

Érémitisme

... Je vais taire, l’ami / Le thé dans l’air émis / De Rémi la termite ... Rémi, le termite Ami de la mite Ermite, A la mi-temps Remis de son mythe Émit tant de mie Que l’amibe abimée, Dans l’abîme sémite Émiette, sommité, La muette Aménité De son thème...

Lire la suite

Mon cancer et moi

Mon cancer et moi

... Et si je dure un peu, c’est pour lui dire adieu ... À qui me demande « Comment ça va ? » que dire… « Ben, mon cancer et moi, ça va, ça va, ça va ; On fait ce que l’on peut, on fait de notre mieux… » Car mon cancer et moi on passe sous les cieux, Pour...

Lire la suite

Plus changeant que les marbres

Plus changeant que les marbres

... Tout m’y rejoint, granit plus changeant que les marbres ... Du bois de notre peau jusqu'à la chair des arbres Il est peu de distance. Au vieux pays Creusois Je sais plus d'un ancêtre que j'ai enlacé, Jadis en mon enfance ; à se tenir debout, Plus...

Lire la suite

Humble phonème

Humble phonème

... En chacune travée de cette âme obsidienne ... Qui m’emmène au chant du poèmeOù gite, au meilleur de moi-mêmeCe peu que j’ai appris de l’âme qui est mienne. Quand je viens lui faire allégeanceAux bornes de l’ambivalenceEn chacune travée de cette âme...

Lire la suite

Pareils à l’oxymore

Pareils à l’oxymore

Premiers pas : juxtaposition d'une oeuvre de Millet, puis sa reprise par un Van Gogh admiratif Un moteur passe au loin, gaiement un oiseau chante,C’est l’été, le soir doux nous couvre à petit bruitEt l’on sent, sur l’estran, des murmures des eauxComme...

Lire la suite

Recours

Recours

... Oh, comme je voudrais à la source des jours / Remonter vers l’eau fraîche où baignaient mes séjours ... Retrouverais-je un jour ce lieu que j’ai quitté Qui m’est, comme l’aurore, un lieu d’éternité Et la douce lumière éclairant mon chemin Où mon âme...

Lire la suite

Hors d’enfance

Hors d’enfance

Photo Alain Laboile, http://www.laboile.com Ce livre est un journal, mais non pas de ma vie. D’ailleurs qu’y aurait-il à dire en ce réduit, Cette obscure antichambre où la mort m’éconduit, Aux rives d’une orée, hors d’enfance ravie. J’étais comme une...

Lire la suite

Clapotis

Clapotis

… « Il faut tenter de vivre… », nous dit un poète … Il faut hisser, morose, un pavois sur sa peineEt vogue la marine où bon semble le vent ;L’amertume et la mer vont ensemble au levant :La vague et l’aviron sont de même carène. À soi-même multiple, en...

Lire la suite

Renversant !

Renversant !

Versez, versez, vers ces versets Versez sévères ces verres si verts Vers ces essais, versez, le vair. Envers l’envers verse et révère, Révère et rend le révérend Si rêves errant sève en versant S’élève et rang s’évertuant. Hélas, vertu, le rêve rend Si...

Lire la suite

Lacunes

Lacunes

Antoine Léon Morel-Fatio, (1810-1871) Matelots serrant un hunier, détail Un chant de pacotille, issu de mon cœur blême, S’en vient trouver ma voix, aussitôt appareille, Nef au désir d’aimer que les embruns poudroient, Navire étrange et doux que l’horizon...

Lire la suite

S’il n’est rien qui demeure

S’il n’est rien qui demeure

Ivan Shishkin,(1832-1898), Vieux arbres tombés, détail Me quitteras-tu donc, canaille qui me tue, Ne me laisseras-tu pas le moindre répit, Fouaillant ma chair grenue au repli de l'organe, Pour laisser, dévastée, l'intranquille espérance ? Je traîne mon...

Lire la suite

Au Vieux-Voisin

Au Vieux-Voisin

... Un hameau de quelques foyers / Où la route se finissait ... J’aimais aller au Vieux-Voisin, Chez la douce tante Renée, Ma marraine et Jo, son mari. C’était une grande maison Dans le calme bonheur des jours, Un hameau de quelques foyers Où la route...

Lire la suite

Implorant la matière

Implorant la matière

Sigurd Swane (1879-1973), Portrait d'Andreas, détail Le petit enfant geint, capricieusement râle,Son cri emplit l’espace et creuse la pensée,Ornière en la fatigue où nos âmes se ploient,Vers la fin de journée, en houles délétères. Corps, vaguement troussés...

Lire la suite