Éther mité

Éther mité

... Éternité / Si terne, t'es / Éther mité ... Sévérité,C'est vérité,Verres à théSont verts athées. Sans mériterD'amers ite,L'adversitéL'avers citait. Mais j'acquittaisSans équitéMes vers quittés. ÉternitéSi terne, t'esÉther mité. octobre 2015

Lire la suite

Au songe intime

Au songe intime

... Car je ne suis qu’un songe intime, / L’âpre réel ne m’y intime ... Je fais le monde à mon image,Et cueille en passant son hommage,Il est la robe de mon jour,Moi le seul lieu de son séjour. Ses habitants, à mes côtés,À peine sont et plus qu’ôtés,Fantasmes...

Lire la suite

Crapule

Crapule

Honoré Daumier(1808-1879), lithographie, "Professeurs et moutards 1846", détail La colère en mon cœur agite sa tempête ;À ma lèvre, un rictus, mordant la commissure,Plisse ma bouche amère et mon sourcil froncé,Portant à l’enfant blond, englué dans son...

Lire la suite

Huitain

Huitain

François Villon, la ballade en viel langage françois, premier-huitain, manuscrit-de-Stockholm Hautain, je ferai mon huitainHuit fois, en vers octosyllabes,Arithmétique des syllabes,Deux fois quatre en double quatrain.Moi qui ne compte sans palabreSur...

Lire la suite

Fausse monnaie

Fausse monnaie

... Et, de vains quolibets, clinquantes certitudes, Je bats fausse monnaie quand vous vous tenez cois ... J’ai beaucoup voyagé, il m’en revient parfois…C’était en d’autres vies, jadis, et latitudes ;J'ai connu tous les us autant que la coutume,Mon âme...

Lire la suite

Ecorché vif

Ecorché vif

Johannes de Ketham (vers 1415-1470), L'homme zodiaque, détail Dans ma galerie de portraits,Où sont ancêtres alignés,Dont je ne connais guère traits,Une place m’est assignée. Quelque jour y mettrai ma trogne,Quand camarde d’un coup de dés,Vieille émondeuse...

Lire la suite

BWV 1009

BWV 1009

Ophélie Gaillard, « révélation soliste instrumentale » aux Victoires de la musique classique La belle virtuose joue du violoncelle…Sur l’ébène un bras blanc esquisse une arabesque,Virevolte l’archet, poudrant de colophaneL’air emplit de musique où sourit...

Lire la suite

Cause et kolkhoze

Cause et kolkhoze

... – « Allons au fond des choses ! / Me dit-il sous hypnose ... De mes rêves non roses,Ceux qu’on nomme névroses,Aussi de mes psychoses,De cela mon psy cause ; Il y cherche une cause,Ma parole proposeEt je bruis sans marquer de pause,Sans jamais qu’il...

Lire la suite

Gorgone

Gorgone

... Le mal te veut réduire à ta propre personne ... Relève toi, l’ami, cesse enfin de gémir,Sous le marteau l’enclume au désespoir résonneEt tu es l’entre deux, promis à la matière. Recherche encore en toi ce qu’il est de lumière,Le mal te veut réduire...

Lire la suite

Portique

Portique

... Portique de ma joie et de la nostalgie, / Désormais ... Sous le hangar disjoint qui couvre sa misèreIl sombre et meurt, ruiné, le portail de jadis,Moussu et vermoulu et mangé de vermine ;Livré, comme à l’injure, à la brume, aux froidures. Fermant...

Lire la suite

Porte close

Porte close

Les rayons et les ombres, aquarelle d'Albert Hartweg, détail Le libraire à fermé, sa boutique est déserte ;On n’a pas tiré le rideau : une affichetteInvite le chaland à passer son chemin.La vitrine est vidée mais, en regardant loin, Dans la pénombre ont...

Lire la suite

Idoles

Idoles

... Dans le creuset du doute, infuser nos misères ... Crier vers la lumière en ameutant les dieuxDepuis l’aube des temps peuplant sa solitude,Et réclamer son compte à cette idole obtuse ;Dressée, comme une stèle, en nos îles de Pâques. Dans le songe fumeux...

Lire la suite

En l’oubli parvenu

En l’oubli parvenu

Calendrier Maya C’est pour tromper la mort que l’on compte les heures,Le temps n’est qu’un désir au champ de la conscience,Le retour de la faim, le retour de la nuit,Les lunes, les saisons, imposent un refrain. Par le calendrier on se fabrique un frein,Demain...

Lire la suite

Verbe vain

Verbe vain

... Et lentement, sans déshérence, / J’ai vu tomber la fin du jour ... Je n’ai jamais parlé d’amour,J’ai préféré le geste tendreEt par pudeur je me suis tu,Me suis-je jamais fait comprendre ? Tout me fut légère espérance,J’ai cru ce qu’on nomme vertuEt...

Lire la suite

Décillement

Décillement

... Prurit en cette peau que je navre en ma veille, / Et qui trouve en l’instant comme un décillement ... Seul en l’après-midi, devant l’ordinateur,Je cherche à ma pensée un ductile paraphe ;Ici passe un essor, où la muse peut être,Qu’en sais-je moi qui...

Lire la suite

Plainte des vivants

Plainte des vivants

Katsushika Hokusai, (1760-1849), Prunier en fleurs, (détail) Tout comme les feuilles d’un arbreVont du printemps jusqu’à l’automneLas, rien n’est gravé dans le marbreOù l’éphémère papillonne. Le tronc qui porte ce branchageOù naît un jour la multitude,Aux...

Lire la suite

Bonbecs

Bonbecs

Pour un centime – en francs - et c’était pas grand-choseOn avait des bonbecs ; de ces caramels mousQu’il fallait deux minutes, ou peut-être bien troisPour déballer, ma foi, croqués en vingt secondes… Ah, quatre sous en poche et c’est le nouveau monde...

Lire la suite

Si mol, y erre

Si mol, y erre

... Les escarpins / Peints de Sapin ... L’ami sans tropeDu misanthropeOù va l’amarreDe l’avare ; Les escarpinsPeints de SapinSans retard truffentLe Tartuffe, Et les précieusesSi près, si gueuses,De Trissotin Troussent latin,Tout en déjouantLe fier Don...

Lire la suite

Noroîts

Noroîts

Aquarelle marine d' Isabelle Jambon Et, sans se récrier, tenter un nouveau jour,Chercher cette balise en le vert océan,Ce brisant redouté où guette l’échouage,Le corps dans la mâture et le cœur au mouillage. Ainsi que l’albatros errant aux altitudes,Bercer...

Lire la suite