En l’ombre qui m’invite

En l’ombre qui m’invite

George Bellows (1882-1925), Paddy Flannigan, détail Si je songe à l’enfant trahi,En moi s’épanche un lourd chagrin,En mon sein, où murit ce grain,Comme un souvenir me salit. Je n’ai nulle réminiscenceD’avoir été cet abusé,Pourtant je sais cette nauséeQui...

Lire la suite

Râle ou silence

Râle ou silence

... J’avance parmi les faillis / Comme ce verbe d’agonie ... Même pas, non, envie d’écrire,Je suis éteint, chandelle morte,Rien n’atteint le seuil de ma porteAi-je encore une chose à dire ? S’est enfuie toute ma parole,La poésie n’a plus rive,Même la...

Lire la suite

Contemporaine

Contemporaine

... faussé, dans la fosse, oh, oh, / Cahotait un criard chaos ... Le soliste déconcertéDu concerto déconstruisaitLa thématique, antique éthiqueAlambiquant les harmoniques. Le chef d’orchestre le suivait,Du chef opinant. S’ensuivaitQue, faussé, dans la...

Lire la suite

Où passent les factieux

Où passent les factieux

... Aux frontons délavés des falaises sans nombre ... Ma voix confidentielle encombrée de silence,Murmurée sans apprêt aux portes de l'absence,Se perd en mille échos confus comme de l’ombreAux frontons délavés des falaises sans nombre. Ainsi je suis l’errant...

Lire la suite

Fleurs immatérielles

Fleurs immatérielles

... Abreuvant d’idéal les fleurs immatérielles / Que j’esquisse aux frontons des rimes d’obsidienne ... Chanter, chanter toujours, malgré le mal en soi, Avancer, calme et droit, une note après l’autre, Là où la mort nous mène, au baiser de Charon, Sur...

Lire la suite

En la courbe solaire

En la courbe solaire

Robert Henri, (1865-1929) Irish lad, détail J’ai parfois de la peine avec la joie des autres,Comment leur en vouloir de leur simple bonheur ?Mais partout cela heurte, en moi, le même écueil,Toujours enturbanné de la honte et du deuil. Qu’y puis-je ? C’est...

Lire la suite

Défaite de Samothrace

Défaite de Samothrace

... Envol sublime et vain dont le chef a chuté... Quelque chose est en moi qui semble une prière,Je ne veux nullement, or, quémander la grâce,Tout agacé je m’en défends, le front buté. Phlogistique, ce dieu, dont l’esprit, amputé,S’empanache, clinquant,...

Lire la suite

Implacable glas

Implacable glas

... Tandis qu’Œdipe, enfin, oracle aux yeux crevés, / Fuit l’implacable glas des destins achevés ... Et s’il n’était plus temps, puisque le temps nous quitte, Que tout ce qui nous fuit jamais ne nous habite Et que le souvenir est un menteur savant, Faisons...

Lire la suite

Sans plus de page

Sans plus de page

Henri Michaux (1899-1984), spécialiste testé et incontesté des relations diplomatiques Ouménèdes Des Ouménés de Bonada Tout homme aîné de bons ambages, D’un bonnet doux du canada En sa manade fait adages. Mais sur l’alpage on s’enjamba Sans embarras dans...

Lire la suite

Où l’épave sera

Où l’épave sera

... Notre coque crevée, à courir sur notre erre / Le naufrage est inscrit où l’épave sera ... Prend le temps, mon ami, sinon il te prendra,Tant que la coupe est pleine, à plus soif il faut boire,La disette est inscrite au seuil de ta mémoire. Prend le...

Lire la suite

Mémo

Mémo

... J’aime enfin, / Mais sans fin / Mes confins ... 1. J’aime assezL’émincé, J’ai masséLe mince et CommencéeLes mains, c’est. 2. J’aime aussiCes mots ci Même aux sciesMémos, si, D’émaux sixMôme, ainsi. 3. J’aime enfin,Mais sans fin Mes confins,Mec, on...

Lire la suite

Frontispice propice

Frontispice propice

... Ici, étant le frontispice / Que je glisse / Propice, / Avec malice ... Le poète à ses heuresEt celui du dimancheParfois se prennent par la manche. Ils s'en vont voir, voire, Celui du temps perduEt tant et plus,Pour boire un verre de plus. Est-ce,...

Lire la suite

D’un versant l’autre

D’un versant l’autre

... Amer, je porte en moi ce versant d'un passé / Que ne peut refleurir que de nos vaines ivraies ... Lorsque j'étais là-bas, je voulais être ici,Loin des plaines bleuies de ma naïve enfance.La vieillesse semblait, à mes yeux nouveaux nésUne profondeur...

Lire la suite

À toutes nos enfances

À toutes nos enfances

... La trace en nous, blessée, de toutes nos enfances ... Au plus profond, toujours, de cette tourbe blondeCreuser, sans départir, en la presse du monde,Et chercher un recoin où parle le silencePour décrier l’écho de la molle abstinence. Et reprendre...

Lire la suite

Dans le souffle des nuits

Dans le souffle des nuits

... Il est tant de souffrance au radoub de nos vies / Dols aux géhennes où les Parques sont ravies ... Il n’est plus de parade au sort qui me conduit, Le mal est en cet antre où la mort nous réduit, Il cave mon ennui et plane en mes écrits, La chair silencieuse,...

Lire la suite

À l’ovule avalé

À l’ovule avalé

... Au Valais / Cavalé / Le valet / L’enleva ... Allez, vaL’aléaDes valléesSans allées. Au ValaisCavaléLe valetL’enleva. S’élevaLe voletOu volaLa volée. Ce veau-làD’Avila,DévoluL’a voulue. Et l’ovuleAvalé,L’a vu leRavaler. novembre 2013 ExpoRevue,Guide...

Lire la suite

À la rime arrimé

À la rime arrimé

... Mon sonnet sonne, à l’inverse est ; / Mon verbe y tresse son verset ... Je suis ce type casanierQui ne sort jamais de chez lui,Maussade, le nez dans un livre,Les yeux baissés, la bouche aride. Je crains le jour, aime le vide,Je m’enferme où je me...

Lire la suite

Soleil d’angoisse

Soleil d’angoisse

Gustave Doré (1832–1883) gravure pour « Le Petit Poucet », détail L’enfance est un sanctuaire où l’espérance habite.Celui qui le profane et froisse cette image,Celui qui le corrompt et rend indélébileUne infecte souillure assassinant une âme, Ce vil profanateur...

Lire la suite

À la p’tite semaine

À la p’tite semaine

Un calendrier, dans l’ancienne Egypte, il y a près de 5000 ans, dans le temple de Karnak, à Louxor S’amène, amène,Ma semaine… À l’un, dis-je à lundi ? À l' amarre à mardi, À la mer que redit mercrediSi je dis à jeudi, Que vendre, dit, vendredi ?Ah, ça,...

Lire la suite

Aux plis d’un contrechant

Aux plis d’un contrechant

... Inspiré, quelque fois, par la muse propice, / L’amateur à pour lui d’être ce cœur épris ... C’est un premier degré donné à la musique.Les voix sont sans apprêt, droites et peu subtiles,Mais franches, bien conduites, pures, lumineuses,Qui fuguent,...

Lire la suite