Antériorité

Antériorité

... En cette épure douloureuse / Invoquée par le firmament ... En moi se mouvait la musique, Elle était la chose première Mais j’ignorais alors son nom, Présence intime à toute errance. Avant de naître en cette enfance, Avant que d’être ce prénom, Forme...

Lire la suite

De verbe et d’inaction

De verbe et d’inaction

... Je les maudis ces gueux et tous leurs ustensiles, / De pompe, de sacré, de verbe et d’inaction ... Tous ces peccamineux de furieuses engeances,Qui portent l’anathème à leurs fronts imbéciles,Et se font un rempart de leur dieu de faction ; Ceux dont...

Lire la suite

La coda claque

La coda claque

... Je panse, donc, j'essuie... Décors choraux Des corps coraux Car à la glu Caro s’englue, Art au quorum Au décorum, Narre et décarre, Descartes au quart, Mu, qui l’eut cru, Au ru décrue, Que dès là qu’eux Laquent l’aqueux La coda claque, Classe, au...

Lire la suite

Parfait horizon

Parfait horizon

In memoriam Nikolaus Harnoncourt (1929 / 2016 ) Il est de ces moments où l’on se sent ployer. C’est trop lourd, c’est trop dur ou cela fait trop mal, Et, tel en son terrier le chétif animal, On va se rencogner où frappe la douleur. Sans âge, sans partage...

Lire la suite

en mon humble réduit

en mon humble réduit

... Pour l’heure ai l’esprit gai ... / Je savoure d’un trait, / Ce bonheur incongru dont je me sens guérit ... Il me vient ce matin l’onde à l’humeur légère, Attablé au clavier de la machine à dire Mes doigts volent sereins, heureux dans la pénombre,...

Lire la suite

Cannibales

Cannibales

... Et cette faim de soi, en notre âme farouche / Qui lance vers la nue un désir aux abois ... La chair tendre d’un arbre écoulée dans ma bouche En croquantes issues ; pommes sures, noisettes, Brisures, craquements, cerneaux, noix et noyaux : Offrandes...

Lire la suite

Hasard d'une rencontre

Hasard d'une rencontre

George Wesley Bellows (1882-1925) Portrait d'un garçon, 1905, détail Ce grand garçon timide à l’air préoccupé, Adolescent songeur au doux regard d’enfant… Sous le voile abaissé de ses paupières closes, Je peins un lourd chagrin aux replis de son corps....

Lire la suite

Sonnets de l’intranquilité

Sonnets de l’intranquilité

Vincent Van Gogh (1853-1890), Le bon Samaritain, d'après Delacroix, détail 1. Demain paraît si loin, quand nos hiers sont proches.Le poids des ans grandit et charge de reprochesUn cœur, qui se soumet à s’en faire raisonEt prend la nostalgie pour ligne...

Lire la suite

Dans le chant de toute heure

Dans le chant de toute heure

Jacopo da Pontormo (1494-1557), Joueur de cornet, détails Ceux que le rock enrôle, Ceux qu’amuse musette, Ceux qui jasent du jazz, Caciques du classique ; Au barreau, baroqueux, Ceux dont le cor n’est qu’un Vieux cornet à bouquin, Qui affutent leur luth...

Lire la suite

O sapientia

O sapientia

... Ainsi j’aime au logis, / Où l’estime, en lot git, / Mon étymologie... L’ancien « sapience »A donné patience,Mais pas science. ÉtrangeFrange. Quand le linguiste éthiqueTique en sa linguistiqueLe codexA l’index Sans plus d’appendiciteSon appendice cite....

Lire la suite

L’appel

L’appel

... Voici, je m’acoquine aux rumeurs sidérales / Qui disent en la nuée le destin des étoiles ... Je ne peux déroger à l’ombre qui m’appellePour fleurir, dans le doute, au bouquet, la voyelleEt repousser un peu la tentation mortelle. Voit, je me tiens...

Lire la suite

Sans hâte et sans désir

Sans hâte et sans désir

Edward Munsch, (1863-1944), Auto portrait devant un ciel bleu, 1908, détail Tu voudrais espérer quand tout montre l’automneQu’au lieu de la déroute sombre et tourbillonneL’œuvre de tes reins ? Lorsque l’hiver approche,Au brutal apparat des souches, de...

Lire la suite

En l’infini de l’âge

En l’infini de l’âge

... Je ne serai jamais que cet agonisant / Dont la coque crevée n’écoute que le vent ... Laisse-moi déserter un instant la coupole,J’ai besoin d’air léger plus que pieuse parole,Et l’austère équipage attelant nos maréesÉpelle en moi, charroi, élingues...

Lire la suite

Glose d’espérance

Glose d’espérance

... Le corps en berne, cœur en perce, l’âme folle / J’immole mon poème aux travées du non-dire ... En vérité cela est bien triste à mourir,Tel l’« Usque ad mortem », d’une antique prière :Quand ce n'était qu’un mot, désincarné et vague.Frileusement réduits...

Lire la suite

Effarement

Effarement

... Je ne comblais personne et le savais déjà, / Lorsque j’étais petit ... J’ai commencé ma vie par un chagrin d’amour.Je n’étais pas celui qu’il aurait fallu êtreEt l’on m’a regardé croître sans joie. AinsiJe contemplais le monde avec effarement. Je...

Lire la suite

Harangue

Harangue

... Et le mot « résister » se conjugue, aux prémices, / Avec la dignité dont il est forme insigne ... La raison doit crier là où le cœur s’indigne,Dénoncer forfaiture en toute violence,Montrer la trahison dans ces fumeux discoursAppuyés sur la haine et...

Lire la suite

Chiffe

Chiffe

" ... Tel chiffe dérisoire Dans le néant notoire ... " Dès qu’on parle on s’invente. Et ces mots que l’on tente Pour habiller nos jours Du même vain discours ; Mensonge, vil satrape, Illusion qui s’épate À force de miroir Où il n’est rien à voir ; Ressassé,...

Lire la suite

Braise tiède

Braise tiède

Edgar Degas(1834-1917), L’Absinthe, détail Parmi les hommes suis le plus banal au monde Au silence il se peut que j’arrime faconde, Mais c’est par devers moi et, de mon chant secret, Nul ne veux ennuyer : je suis bavard discret. Au reste ces paroles,...

Lire la suite

Chorégies

Chorégies

Premier phare des Philippines, mis en service le 1er septembre 1846, sur l'ile de Corregidor Mon corps y dort au corridorOù dore le corrégidor,Igor encore, aussi s’endortAux corridas de ce señor. Qu’enseigne −horror ! en son rapport,L’enseigne ainsi ravie...

Lire la suite