Sans plus de vie

Sans plus de vie

... Sans forme, ainsi les oripeaux, / Sans plus de vie que l’apparence ... De mon habit de noir désir, J’ai fait l’apparat de mon doute Frotté l’horreur de ma déroute Où la souffrance vient gésir. Et je me suis payé de mots, Paroles comme des babioles,...

Lire la suite

Au fournil du devoir

Au fournil du devoir

... Le temps, cet assassin, parfois primesautier, / Tire sa révérence au compte du boulier ... Calme, assis sur un banc, en espérant le train,Tranquille, les yeux clos, l’âme insoucieuse, en paixAvec moi-même, avec le monde ; en ce parvisOù, d’un mois...

Lire la suite

L’attente

L’attente

... J’attends le dénouement au creux de mes viscères ... C’est par la poésie que je vaux quelque chose,C’est elle qui me tient au bord du précipiceOù je porte mes pas et me penche incertain,À penser que, peut-être, un au-delà nous ment. Ce monde qui m’opprime...

Lire la suite

La fête

La fête

... Un peu comme des flammes / Au feu de l’amitié ... La joie nous a unisEn ses douces clartés,Jusqu’au cœur de la nuitOù nous avons chanté. Nous avons bu le vinEt partagé le pain,Le rire et cette faimDe croire au chœur humain. Et là, dans les clameurs,Au...

Lire la suite

Etats d’âme du clown

Etats d’âme du clown

Honoré Daumier (1808-1879), Clown jouant du tambour, détail Un clown à le droit d’être tristeMais seulement s’il n’est en piste :Dans le cercle où s’en va l’artisteIl ne faut pas qu’il se désiste. Mais quand la lumière, les bruits,La foule des enfants,...

Lire la suite

Jardin d’espoir

Jardin d’espoir

Godfried Schalcken (1643-1706), Garçon jouant du cittern (guitare anglaise d’époque renaissance) Je veux couvrir de mon refrain,De maints silences l’aparté,Au bruit du monde, sans entrain,Où vais ma route à l’écarté. Ma musique, distraitement,Sans grand...

Lire la suite

Reprise

Reprise

... Dès lors hors je m’élève aux fragrances des fleurs / Ivre du renouveau qui s’empare des cœurs ... Il me vient à l’esprit ce songe, par instants,Que je fus mort jadis il y a fort longtemps.Une secrète grotte, en moi, sait ce mystèreQui, débordant ma...

Lire la suite

Meurtrier d’idéal

Meurtrier d’idéal

Robert Alexander Hillingford (1825-1904), Othello et Desdemone, détail Mais trahir à ce point, messieurs les socialistes,Camarades vendus à la loi du marché,Parangons sans vertu de la corruption,Pavanés aux palais de notre république ; Traitres et malandrins,...

Lire la suite

Rouet d'amertume

Rouet d'amertume

... Et puis enfin confit de tout ce repentir / ... Contempler son absence au quatre coins du ciel ... Heurter à chaque pas un autre souvenir,Sentir monter en soi la vague qu'on veut taire,S'enfermer dans le deuil à oublier de vivreEn refusant de voir...

Lire la suite

Que nul n’enraye

Que nul n’enraye

... Que nul n’enraye ! ... Nattes Et casemates Ne sont mates ; Ces nœuds Sans haine, eux, Sont hideux ; La termite Ermite, N’est qu’un mythe ; On note Que l’internaute Est terne hôte ; Mais connûtes- Vous l’anacoluthe Des Carnutes ? Là ne raye Ni n’embraye...

Lire la suite

Un univers en moi

Un univers en moi

... Un univers, en moi, poli comme un vieux songe ... J’avais ce sentiment d’appartenance au monde,Jadis en mon enfance, en la terre creusoise,Là-bas était une ancre, au rythme des saisonsEt l’aube dans sa roue, ainsi qu’un cœur, battait. Tout cela est...

Lire la suite

Vinyles

Vinyles

... Tel un écho songeur peuplé d’enharmoniques ... Mes premières amours, sous un diamant véloce,Au fond du noir sillon d’un vinyle gravées,Avaient le charme abstrait des muses entravées.J’y célébrais, pensif, solitaire, une noce Et j’accordais mon cœur...

Lire la suite

Où se cavent mes jours

Où se cavent mes jours

Léonard de Vinci, (1452-1519), un guerrier, détail Une faim rôde en moi toujours, qui se réveille,Métaphore au désir inassouvi sans cesse,Pareil à ce fossé, en ma chair écalée,Que creuse la psyché au redan de ce corps. Je voudrai rompre enfin ce lien...

Lire la suite

Adieu les jours

Adieu les jours

... Adieu bals et flonflons, / Adieu la vie, adieu les jours ... Sur mon prochain gâteauD’anniversaire, disEn guise de bougies,Ne mettrait-on des cierges ? Autant que nous pourrons,Nous y essouffleronsEt soufflerons, en rond,À perdre notre haleine. Puisque...

Lire la suite

L’aigle

L’aigle

Il erre Sur son erre Et serre Entre ses serres, Où ses vides sonnèrent, Avide sur son aire, Mais seul en son repaire Un seuil où l’on se perd. L’aigle En son angle Sangle le seigle, En son vol, volutes Envols que voulûtes S’immoleront vos luths. août...

Lire la suite

Passementeries

Passementeries

... Ce ne sont, il est vrai, qu’autant de menteries ... / Dérisoires atours et passementeries ... Songent ces mélodies, en moi, comme des fleurs,Il me faut les cueillir pour humer ces parfums,Et puis, dans mon herbier, coucher ce souvenirEn un lacis de...

Lire la suite

Môme, mie

Môme, mie

... Que suis-je, tiens, une momie, / Qu’a perdu sa môme, sa mie ! ... Où ai-je misMa douce amie,Ma moitié, ma belle, ma mieQue j’aime bien plus qu’à demi ? Où l’ai-je mise,En sa chemise,Ma promise,Chère insoumise ? Son rendez-vous l’ai-je remis ?En quelle...

Lire la suite

Art de la conversation

Art de la conversation

Tant que l’on peut parler de soi,Flatter le seuil de son ego,Se mettre en scène, dégoiser,Parler sans écouter personne ; Et de sa propre nullitéProuver une vaste inculture,Frappée au coin du lieu communUne pensée de pacotille ; Tant que l’on peut, de...

Lire la suite

Impossibles peurs

Impossibles peurs

... Il n’est de place en moi pour d’impossibles peur ... Je me suis éveillé aux livrées du silence, Une sérénité étrange au creux des reins. Pourtant la maladie épuise mon corps las, Quand mon âme, en la chair, depuis, songe au trépas. Sans tristesse...

Lire la suite

La rumeur

La rumeur

Le Livre de Chasse de Gaston Phoebus, miniature (14ème siècle), scène de chasse, détail La rumeur a couru, aux lèvres, à mi-voix,On disait : c’est certain, je le sais, je le crois,C’est demain, c’est bientôt, c’est sûr, pourquoi douter ?Certes le cœur,...

Lire la suite