Est-ce mal ou bénédiction

Est-ce mal ou bénédiction

... Ma scène, alors, est un écrit, / Si j’existe, en cette pulsion, / Qu’ai-je donc hors de moi décrit ... Je suis en représentation Ma scène, au jour, c’est un écrit, Si j’existe, en cette pulsion, Qu’ai-je donc hors de moi décrit ? Je ne sais pas ce...

Lire la suite

Petit soldat

Petit soldat

... Et mon père disait parfois / « Ce n’est pas beau, tu sais, la guerre » … Jadis à mes petits soldats Je jouais, gamin innocent, Alignant mes fiers bataillons. Ce n’étaient pas soldats de plomb Mais figurines de plastiques Pour sonner ma charge héroïque...

Lire la suite

Septembre tremble

Septembre tremble

Septembre Semble, semble, Avant le sobre Octobre, Annoncer de novembre Où l’on tremble, tremble, La venue Froide et nue Qui fera de décembre Cendres, cendres Et de nos cœurs ténus, Ingénus, Transis, Mais assagis, Messager de l’an neuf Qui est veuf. septembre...

Lire la suite

Séquelle

Séquelle

Je meure en ma demeure à ressasser mon doute, Ainsi l’humble veneur au seuil de sa déroute ; Ma courre n’est qu’un rêve insu des frondaisons Une meute de rimes nues mes oraisons. Vous saurez quelque jour où furent mes corolles À moins que dans l’oubli...

Lire la suite

En nos bords inconstants

En nos bords inconstants

... Boite au cran de l’horloge un pas qui nous décime / Et lentement nous broie... Etrangement, parfois, le temps, suspend son vol, N’en déplaise au poète perdu dans sa rime, Mais ce n’est pas la joie qui fige nos instants : L’ennui s’en charge mieux,...

Lire la suite

Maths : résolutions

Maths : résolutions

Les mathématiques Sont ma thématique, Les automatismes Mon automne en isthme. Le monomaniaque Le môme aux manies, aqueux, Comme les insomnies, Hommes, les uns somment, nient. Mais les mots, émotions Sont les maux des motions, En ces pôles, luttions. Anses...

Lire la suite

Les pillards

Les pillards

Käthe Kollwitz (1867-1945) Mütter, Krieg, 1919, détail L’homme, loup pour lui-même en sa folle arroganceSolde sa déraison en vaines prétentions,Ne laisserons-nous donc sur la terre en souffranceQue la morne marée de nos dérélictions ? Nous crûmes au progrès,...

Lire la suite

Les petits besoins

Les petits besoins

Francisco Goya, (1748-1828), Riña a garrotazos ( combat au gourdin) Il faut s’interroger sur la rigueur des choses Et puis laisser aller ce sable dans nos mains, Ainsi passent sur nous minutes et secondes Et le cœur bat toujours, hâve dans la poitrine....

Lire la suite

Intime effraction

Intime effraction

Maurits Cornelis Escher (1898-1972), new year 1947, détail Grave, une voix me porte aux cimes d’émotion. Là, comme transpercé j’écoute en sa parole L’inconnaissable verbe, d’intime effraction, Qui résonne en mon âme offerte à sa corolle. Mystère sous...

Lire la suite

Humble gîte

Humble gîte

... Et l’on se rend aveugle à regarder en soi, / Dans le mètre du monde, en sa propre distance ... La rumeur qui bruissait par la fenêtre ouverte, Un peu plus loin de moi s’en est allé rugir. Si ce n’est point la paix, encore, et s’il m’en coûte, J’ai...

Lire la suite

Jeux d’eau

Jeux d’eau

... Et ce bonheur jailli de l’enfance éternelle, /Inonde le vieil âge, aux bancs, qui les envie ... Autour de la fontaine ils sont quelques gamins Excités par l’été, la chaleur et le jeu À s’asperger, riant, en bouchant de leurs mains Le robinet qui...

Lire la suite

Équidistance

Équidistance

Carl Spitzweg, (1808-1885), le rat de bibliothèque J’ai écris, ce matin, dans l’approche de l’aube, Au miroir poétique où git l’alexandrin, Une poignée de vers emportant ma prébende Au hasard incertain de la postérité. Ce mensonge anodin m’est plus que...

Lire la suite

En attendant la nuit

En attendant la nuit

Édith Piaf, (1915-1963) " Si un jour la vie y'arrache à moi..." Il faut jeter dans l’aube un peu de sa musique Baladin éphémère en un ciel pathétique Et danser sur ce rien qui nous porte, nervi, Ainsi le funambule à son fil asservi. En l’irréel séjour...

Lire la suite

Vagues aux nuages

Vagues aux nuages

... Il est d’humbles naufrages en l’abysse splendide / Et tant de perditions qui n’ont plus de visages ... Je vois autour de moi d'impalpables linceuls, Sous des drapés soyeux de matières dormantes ; Ils semblent s’approcher, comme des oriflammes, Gerbes,...

Lire la suite

Onde mutique

Onde mutique

... Étrange mécanique au déchant de l’horloge, / Où, plutôt mal que bien, à l’étroit, le corps loge ... Le temps est cet espace où le présent perdure, Mais qu’importe où il fuit, qu’importe la mesure, J’existe dans l’instant, prisonnier de ce vide, Où...

Lire la suite

Grotesque

Grotesque

Giuseppe Arcimboldo (1527-1593), portrait aux légumes, détail Rire de soi, rire même des pleurs arides Mais rire en soi et garder les yeux vides ; Puis par l’humour, tracer, comme des arabesques, Devant l’azur borné d’imperceptibles fresques. Funambule...

Lire la suite

Grosjean

Grosjean

Benjamin Rabier (1864-1939) Illustration pour un alphabet Ce gars bon Du Gabon, Abonné Aux bonnets, Arrivait, Sans rivets, Où s’abreuvent Nos preuves. Holà ! Dit l’adjudant, Pas d’jus dans Ce jusant ! Se jugeant, Magistrat, Mage, y se taira ! Nul procès...

Lire la suite

Dans le sel de l’instant

Dans le sel de l’instant

... Je suis l’absence nue au seuil équidistant ... Je suis la fleur d’oronge qu’un songe accapare, Et je demeure en moi dans le sel de l’instant, Prêt à m’évanouir en vapeurs sous le ciel. Proche entre l’onde, fronde, et le superficiel, Dans le dire plutôt...

Lire la suite

Cœurs taiseux

Cœurs taiseux

Georges de La Tour (1593-1652) Fumeur au tison Toutes les musiquesSont contenues dans le silence,De par la mémoire des hommes. C’est pour cela qu’il nous faut bruirePour en réveiller les échos. Horreur si un être se tait ! L’humble bestiole qui bourdonne,La...

Lire la suite

Le gnome aux lianes

Le gnome aux lianes

... L’idoine liane que l’on glane ... Nomme le gnome au métronome,Anonne none en son icôneEt somme somme qui m’assomme. Mais qu’une dune t’importuneAux runes lune plus qu’aucuneImmune l’une, c’est la brune. L’iman aux mânes n’est insane,Il en émane, qui...

Lire la suite